La boutique du tennis

Passez demain, au revers de tennis à une main

Amelie Mauresmo en revers par Bruno Girin

Merveille d’amplitude et de relâchement sur ce revers d’ Amelie Mauresmo © Bruno Girin

Aujourd’hui, si la plupart des joueurs et joueuses ont appris à jouer leur revers de tennis à deux mains, quelques-uns d’entre eux choisissent en court de route de libérer leur deuxième main pour tenter l’aventure du revers à une main. Le jeu  en vaut-il vraiment la chandelle ?

Ce deuxième article de ma nouvelle rubrique technique (après celui sur l’utilité de la vidéo) est aussi une première car j’ai eu le plaisir de recevoir le courrier d’une lectrice qui me questionnait à propos d’un sujet qui me passionne, puisque qu’il s’agit de la problématique du passage du revers à deux mains au revers à une main.

Bonjour,
Je m’appelle Clémence et j’ai bientôt 17 ans. J’ai commencé le tennis à l’âge de 12 ans mais après une mauvaise fracture en 2008, je n’ai pu reprendre le tennis qu’en 2010.
Depuis le début,  j’utilise un revers à deux mains, ce que m’ont toujours conseillé de faire mes entraîneurs. Mais aujourd’hui je remarque que j’ai tendance à lâcher mon coup avec seulement une seule main, c’est pourquoi j’aimerais tenter d’utiliser le revers à une main. Le problème est que je n’ai pas la bonne technique et que dès que je frappe la balle, elle part très haut ou complètement sur la gauche. Je pense que je prends la balle trop tard et que je n’utilise peut-être pas la bonne prise.
Je ne sais pas quel revers vous utilisez mais je me suis dit que vous auriez peut-être quelques conseils à me donner, car j’ai beau chercher, je ne trouve rien, et j’aimerais vraiment utiliser le revers à une main.
J’aurais donc voulu avoir votre avis si vous le pouviez, ayant vu que vous aviez une très longue et belle expérience dans le tennis.
Merci d’avance et j’espère que vous pourrez me répondre.

novak Djokovic en revers à une main

Même les meilleurs joueur à deux mains savent lâcher leur deuxième main si besoin © fi_chince

Bonjour Clémence,
Je te remercie tout d’abord de ton intérêt pour mon Blog, et te félicite de chercher à améliorer ton tennis. Pour ma part, je joue mon revers à une main depuis que j’ai commencé le tennis au début des années 80. A l’époque, c’était la norme et les revers à deux mains étaient plutôt rares. Aujourd’hui c’est l’inverse et j’ajouterai, heureusement, car  il est quand même plus facile de démarrer, quand on est jeune, à deux mains qu’à une seule.

Il m’a fallu de longues années avant de pouvoir  maîtriser le revers à une main, mais il est devenu un de mes points forts. C’est pourquoi ta démarche me plait dans l’idée.

Tu te poses la question de savoir s’il est possible et opportun de jouer ton revers à une main ?
Eh bien je te réponds par l’affirmative car d’une part beaucoup de joueurs et de joueuses ont franchi le pas, d’autre part frapper son revers à une main comporte plusieurs avantages.
Il est par ailleurs intéressant de noter que statistiquement le changement se fait plus souvent dans le sens deux mains, une main que pour l’inverse.

L’influence culturelle du revers à deux mains

revers coupé de Stephan Edberg

Stephan Edberg, le meilleur revers à une main des années 80 avait commencé par le revers à deux mains © Carine06

Tout d’abord, il est normal que tu aies démarré par le revers à deux mains. A 12 ans, il est infiniment plus simple de frapper le revers à deux mains, à la fois pour des raisons techniques et de force physique.
Utiliser les deux mains permet un gain instantané de vitesse de balle et permet de compenser un manque de puissance physique.

J’ai passé pas mal de temps lors de mon apprentissage du revers à une main à acquérir un poignet stable au moment de la frappe.

Avec l’utilisation pour frapper la balle de la deuxième main (que les techniciens appellent dominante), la stabilisation du poignet n’est plus un problème puisque elle est assurée par la première main (que les technicien appellent directrice).

Le revers à une main arrive à maturité plus tardivement

Techniquement, les biomécaniciens ont prouvé que la gestuelle du revers à une main était plus difficile à acquérir car exigeant plus d’actions différentes que celle du revers à deux mains.
Frapper la balle en revers à deux mains implique deux actions pour le joueur correctement placé sur la balle. La première action consiste en une rotation de la hanche et une poussée simultanée des jambes suivie de la deuxième action du travail commun du tronc et des bras.

Dans le même temps, frapper un revers à une main implique 5 actions successives. En premier lieu il y a la rotation des hanches suivie en deuxième lieu de la rotation du tronc à laquelle succèdent les déclenchements successifs du bras, de l’avant-bras et de la main.

Chez les compétitrices professionnelles en 2012, on cherche les revers à une main depuis les retraites d’Amélie Mauresmo et de Justine Hénin (Francesca Schiavone tout de même). Chez les messieurs c’est un peu mieux avec tout de même une grosse domination des joueurs à deux mains. Dans le TOP 20 mondial de 2012,  je  compte Roger Federer, Richard Gasquet, Nicolas Almagro et Stanislas Wawrinka.

L’occasion de tenter une nouvelle expérience

Seulement voilà, Clémence, tu arrives à un âge où ta pratique du tennis et du sport en général t’ont permis d’acquérir la force physique et la coordination nécessaire pour envisager de passer au revers à une main.
C’est donc, non seulement possible, mais encore le moment idéal pour tenter l’expérience. Le fait que tu lâches ton coup avec une seule main est un signe que tu recherches plus de liberté dans ton mouvement et que ta main directrice (voir plus haut) a pris suffisamment de maturité pour prendre le contrôle des opérations.

Les différences entre le revers à une main et le revers à deux mains et les ajustements qui en découlent.

Placement, distance par rapport à la balle

Revers reflexe de Jo Wilfried Tsonga

Frapper près du corps n’est pas conseillé en revers à une main ©Toga

C’est un point important vu que le revers à deux mains se joue plus près du corps que le revers à une main.
Passer au revers à une main c’est bénéficier d’une plus grande amplitude gestuelle et d’un bras de levier plus important qui entraînera une augmentation de la vitesse de la tête de raquette. Mais pour pouvoir bénéficier de ce gain de puissance, il faut laisser une plus grande distance par rapport à la balle.
Si tu joues déjà des revers coupés à une main (avec une prise correcte), la bonne nouvelle c’est que la distance pour jouer des revers frappés à une main sera la même (un grand avantage du revers à une main).

Prise de raquette

Tu évoques, dans ton courrier, un possible problème de prise de raquette. Ce sera là l’objet de mon principal conseil technique, mais c’est aussi le plus important. La plupart des mauvais revers à une main le sont à cause d’une mauvaise prise de raquette.
Actuellement, deux prises sont principalement utilisées au niveau de la main directrice (la main droite en supposant que tu sois droitière…) dans la pratique du revers à deux mains :

la prise marteau et la prise fermée de coup-droit.

Malheureusement, rares sont les joueurs et joueuses à deux mains qui utilisent la prise idéale semi-fermée de revers pour la main directrice (pourtant une prise utilisée par Rafael Nadal et Novak Djokovic).

Rafael Nadal pourrait lâcher sans problème la main droite

La prise semi-fermée en revers de Rafael Nadal © Mirsasha

Si la première prise (marteau) te permet de jouer des revers coupés (choppé), la deuxième prise (fermée de coup droit) ne te permettra pas de jouer de revers à une main correct du tout (tu risques même de te faire mal).

Le seul avantage de cette deuxième solution  est que tu peux frapper coup droit et revers en gardant la même prise.

Le plus important est qu’aucune des deux premières prises ne te permettra de faire de revers frappés ou liftés.

Les joueurs et joueuses qui utilisent la troisième solution de la prise semi-fermée de revers ont déjà une prise correcte pour frapper leur revers à une main.

Je te conseille donc, si ce n’est déjà fait,  d’apprendre les prises de revers marteau et prises de revers semi-fermée ou fermée (prise western ou semi-western de revers). Ces deux prises sont le préalable indispensable au passage au revers à une main.

Ces prises de revers t’obligeront, en plus, à adopter le bon plan de frappe : en avant du corps.

plan de frappe de Richard Gasquet

plan de frappe en avant du corps ©mbevis

J’utilise la prise marteau pour mes revers coupés et volées de revers et une prise de revers fermée pour mes revers frappés et liftés. La prise de revers fermée peut être plus ou moins fermée à ta convenance. N’hésites pas à tester différentes options avant d’être à complètement à l’aise, ce qui peut prendre quelques semaines.

Adopter une bonne prise pourrait donc résoudre à la fois tes problèmes d’orientation du tamis et de prise de balle en retard. Une leçon particulière avec un professionnel pourrait être un bon investissement tant ce point est important.

Plan de frappe

Le plan de frappe idéal du revers à une main se situe plus en avant du joueur que le plan de frappe du revers a deux mains (conséquence d’un bon placement et d’une prise de raquette correcte).

Préparation

Suarez Navarro en revers à une main

Préparation par le haut du revers à une main de Suarez Navarro ©Chip_2904

Pour bien préparer en revers à une main, le mieux est de démarrer par le haut que ce soit pour un coupé (préparation directe) ou pour un frappé/lifté (préparation convexe avec le tiré du coude et mouvement de la tête de raquette en arc de cercle).

Un mini programme pour travailler le revers à une main

Exercice du frisbee

Cet exercice est décrit dans le livre de Frank Borrel : Le tennis comment ?
Se munir d’un frisbee. Tenir avec sa main libre le grillage du terrain et tenter d’envoyer le frisbee dans une cible située dans l’axe. Cet exercice permet le bon positionnement du corps à 45° du grillage pendant la préparation et à 90° lors du lancer et en fin de geste. Il permet aussi le blocage de la ligne d’épaule pour le maintien en arrière du bras libre. Il permet enfin le guidage du bras directeur vers l’avant et le mouvement de supination de l’avant-bras au lancer et en fin de geste (utile pour le lift).

Utilisation des balles cool

Ces balles qui ont été conçues pour faciliter l’apprentissage des plus jeunes sont en réalité très efficaces à tout âge pour opérer des ajustements techniques. Je les utilise régulièrement moi-même. Dans la deuxième partie de mon mini programme, je te conseille de jouer des revers coupés avec des balles cool dans les carrés de service en prenant bien soin de te placer de profil, de bloquer tes épaules lors de la frappe et de positionner correctement ton bras libre. Tu pourras ensuite passer (toujours avec les balles cool) aux revers frappés.

Transfert du poids du corps

Frapper des revers coupés avec des balles normales en insistant sur l’équilibre et le transfert du poids du corps vers l’avant. Je te conseille de frapper des séries de revers en te focalisant sur ce point technique.

Travail du lift

Fin de revers à une main d'Ivan Lubicic

La supination en fin de geste du revers à une main © mbevis

Reprendre les exercices 2 et 3 en liftant les balles par un travail  du bras et du poignet. La rotation de poignet vers l’extérieur pour gratter la balle en fin de geste s’appelle supination.

Rappel des avantages du revers à une main pour se motiver face aux difficultés

Roger Federer athlétique en revers

frapper une balle haute a une main sera toujours plus difficile qu’a deux ©shadeofmelon

Malgré tous ces (bons) conseils, passer du revers à deux mains au revers à une main mettra quelques temps à se mettre en place.
Je ne saurais que trop te conseiller de prendre ton temps, d’être à l’écoute de tes sensations et d’oublier la compétition un moment.
Je pense qu’il faut que tu voies les avantages du revers à une main sur le long terme.

Le revers à une main est plus économe en jeu de jambes et en mouvements du corps.

Le revers à une main permet plus d’allonge et en conséquence de jouer plus facilement les balles excentrées.

Jouer son revers à une main permet l’amélioration de nombreux secteur du jeu :
Meilleur revers coupé, meilleure volée de revers, meilleure main (toucher de balle) et jeu vers l’avant plus facile.

Ces nombreux avantages compensent largement les inconvénients de ce type de revers.

A une main, les balles hautes sont plus difficiles à jouer, les balles fortes plus difficiles à contrer et les revers longs de lignes plus difficiles.

Enfin et pour conclure, c’est aussi une affaire de sensations et de plaisir de jeu qui rentre en ligne de compte dans son choix de revers. Ces éléments sont loin d’être négligeables.

Je te souhaite bon courage, Clémence, ainsi qu’un soupçon de patience et de persévérance dans ta démarche, pour ne rien avoir à regretter plus tard.

Vincent

Si vous avez des expériences de tentative de changement d’un type de revers à un autre, je vous invite à vous exprimer dans les commentaires ci-dessous.

Pour aller plus loin

http://www.slate.fr/story/43099/tennis-federer-revers

http://www.welovetennis.fr/interviews/15744-alain-solves-on-ne-peut-plus-laisser-un-revers-a-deux-mains-faire-ce-quil-veut

Bibliographie
Franck Borel  Le Tennis Comment ?

Cette entrée a été publiée dans technique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

39 réponses à Passez demain, au revers de tennis à une main

  1. Clémence dit :

    Un énorme merci pour ce très bel article que j’ai lu avec une grande attention malgré l’heure tardive… Je crois que je n’aurais pas pu trouver mieux ailleurs ! Vous m’avez appris beaucoup de choses et je suis certaine de pouvoir m’améliorer grâce à vous et vos conseils. Je vais tenter de mettre tout ça en application le plus vite possible, et, sachant que les vacances sont arrivées, j’aurais bien plus de temps 🙂
    Encore mille mercis d’avoir pris le temps d’éclairer mon problème et d’écrire cet article ultra enrichissant, et peut-être que maintenant la place de numéro 1 mondial m’est réservée… (évidemment je plaisante ^^)
    Bonne continuation à vous et à votre blog que je suivrai toujours attentivement et que je conseillerai à la moindre occasion !

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Clémence pour tous ces compliments et très content que mon article aie pu t’apporter quelques réponses à tes questions.

      J’espère qu’il pourra éclairer d’autres lecteurs et lectrices qui souhaiteraient suivre ta démarche vers le revers à une main.

      Je te souhaite de bonnes vacances et de prendre beaucoup de plaisir sur les terrains cet été.

  2. adam dit :

    Très difficile de faire un revers à deux mains quand on a une tendinite !

  3. Guillaume dit :

    Superbe article !
    Je suis passé à 1 main après plusieurs années d’échec à 2 mains.
    J’ai mis du temps à être régulier et aujourd’hui ça commence à payer.
    Le revers long de ligne reste cependant très compliqué à effectuer.

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Guillaume pour le compliment et content que cet article t’aie plu.

      Pour le revers à une main le long de la ligne, il est plus long à maîtriser que le revers croisé particulièrement si tu as des latéralités oeil-main croisée (gaucher-oeil directeur droit ou droitier-oeil directeur gauche). Mais cela fera l’objet d’un prochain article.

      En attendant, je te conseille de continuer à travailler ce coup qui mettra très souvent ton adversaire en difficulté vu que ce dernier aura tendance à anticiper le coup croisé.

      • Bruno dit :

        Bonjour,
        Cela veut il dire qu’un revers croise a une main est plus facile pour quelqu’un qui a la lateralite oeil-main croisee ?
        Merci

        • Vincent Bonnin dit :

          Exactement, un joueur à la latéralité croisée aura tendance à prendre la balle côté revers plus devant lui et donc croisera plus facilement la balle (ou aura plus de difficultés à jouer long de ligne).

  4. Alan dit :

    tres bon article : perso, j ai changé à une main il y a 20 ans (à cause d’Edberg, fatalement…) et c est vrai que la volée et le toucher de balle se sont améliorés presque naturellement, ce qui tombait bien vu que je voulais devenir un attaquant. Je pense, comme tu dis, que le projet de (changement de) jeu peut être une bonne motivation. Par contre, la précision du placement et du jeu de jambes est plus important à une main : on ne dispose pas du facteur ajustement grâce à la main gauche…En tout cas, première visite sur le site et je pense revenir plus souvent

  5. Winz dit :

    encore un article vraiment intéresant !!
    et un exemple parmis tant d’autres, l’illustre Pete Sampras a débuté avec un revers à 2 mains… et c’est vers l’âge de 16 ans que son entraineur (le regretté Tim Gulikson) a pris la décision de le faire passer à une main pour favoriser son jeu d’attaque et le faire gagner en sensation au filet…

    • Vincent Bonnin dit :

      C’est un très bon exemple que tu nous a trouvé ici Winz,

      Cepandant si le très regretté Tim Gullikson a entraîné Sampras lors de ses meilleures années, c’est à Peter Fisher, pédiatre génial et passionné de tennis, que l’on doit le passage de Sampras à un jeu d’attaque complet et flamboyant.

      Peter Fisher qui a entraîné Pete Sampras lors de son adolescence était fan du tennis autralien des années 60-70 (Rod laver, Lewis Hoad, Roy Emerson…). C’est lui qui lui a appris que quand un attaquant jouait bien, il était irresistible.

      J’aime beaucoup personnellement ce principe mais je crains que la réalité soit malheureusement plus complexe et que les défenseurs ne gagnent aussi de temps en temps.

  6. genty dit :

    bonjour,

    bon ben à 38 ans, je passe le cap, revers à une main !
    Je suis 4/6, mon meilleur classement, j’espere donc le conserver.
    A une main, j’ai trouvé davantage de relâchement ce qui améliore finalement mon relâchement global dans l’échange. et puis c’est une découverte, donc, ç’est motivant de ré-apprendre.
    Je suis aussi passé à la raquette en bois qui , par son poids, favorise encore le relâchement et par son petit tamis, ipose une grande concentration sur l’impact, bref, je tente des trucs.. !

    • Winz dit :

      raquette en bois?? en étant 4/6 ?? t’as pas peur de faire des tendinites?? avec le changement de gestuelle en plus….

      • Vincent Bonnin dit :

        En tout cas cela doit impressionner ses adversaires.
        Ca me fait penser au sketch de Coluche qui jouait « le temps des cerises » muni de gants de boxes.
        « Mon prof de musique me disait, joue avec des gants de boxe, tu verra, quand tu les enlève ça va tout seul »

        Jouer avec une raquette en bois doit être sympa au niveau expérimental.

    • Vincent Bonnin dit :

      Félicitation genty pour ton choix d’expérimenter le jeu à une main. Mon professeur de tennis a lui aussi franchi le pas lors de son adolescence. Quand je lui ai demandé ce que ça avait changé pour lui, il m’a répondu :
      « Mon coup-droit s’est amélioré »

      En effet il avait tellement peur de frapper son revers en match qu’il le tournait un maximum.

      • genty dit :

        au contraire, moins de tendinites ! la raquette étant plus lourde, j’ai plus de poids à l’impact et surtout j’ai l’impression d’avoir moins à forcer, davantage de levier. C’est sur que lorsque je rencontre un adversaire nouveau, il peut avoir légèrement l’impression que je le snobe ou pire que je me moque.Mais il n’y a rien à faire, au bout de 25 ans de tennis, soit je change des trucs , soit je me lasse…et puis le bois, c’est plus tendre, on a la sensation d’un moelleux à la frappe qui donne le sentiment d’agir plus longtemps sur la balle.Du coup, je me sens certes moins puissant mais plus précis, et surtout, depuis que je suis passé au bois, j’ai l’impression de réfléchir en jouant, alors qu’avant, je frappais quasiment toutes mes balles.

  7. Romain dit :

    Merci infiniment pour cet article et pour ce blog de manière générale.
    Superbe blog.
    J’ai un niveau moyen et mon revers a toujours été problématique..
    J’ai repris le tennis depuis septembre et je galère depuis des mois avec le revers à 2 mains. Depuis 2 ou 3 semaine j’ai décidé de passer directement au revers à 1 main. Ou je me sens plus à l’aise.
    Je me sens complètement étriqué à 2 mains très compliqué pour lâcher mes coups.
    Je n’ai pas forcement plus de réussite encore a 1 main ( sauf revers coupé bien sûr que j’ai toujours fait à 1 main ) mais je me sens vraiment plus à l’aise, moins étriqué..
    On perd certes une main, mais de part l’amplitude supplémentaire, le bras de levier plus important, le bout de raquette plus rapide en fin de coup. Le revers à 1 main est-il plus puissant que le revers à 2 mains? Si on regarde les star de l’atp par exemple, ceux qui cognent à 1 main ont-il généralement des revers plus puissant?
    A très bientôt sur ce blog! Et encore merci pour ce blog qui fait plaisir à lire 😉

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Romain,

      Et tout d’abord, merci pour ton témoignage. Si tu te sent étriqué à deux mains donnes-toi le temps de persister sur le revers à une main. Le revers à une main est aussi (et surtout) une question de sensation.

      Pour la question de la puissance, je pense qu’ un revers à une main frappé à hauteur de hanche avec une grande amplitude gestuelle sera le plus souvent plus puissant que son homologue à deux mains. Pour te guider sur les fondamentaux du revers à une main, je te renvoie à cet excellent article d’Alex sur Tennis Attitude :

      http://www.tennis-attitude.com/comment-apprendre-revers-une-main-en-maitrisant-4-points-clefs-avec-revers-de-gasquet-en-video-cest-encore-mieux/

      Une chose est cependant certaine le coup droit d’un joueur sera presque toujours plus puissant que son revers. Et quelles que soient tes ambition en revers à une main ton coup droit devra prédominer dans ton jeu.

      Bon courage dans ton apprentissage du revers à une main, crois-moi, le travail en vaut la chandelle.

      Vincent

  8. Romain dit :

    Merci pour votre réponse et pour vos liens.
    Mon prof me sent également plus à l’aise à une main nous avons donc définitivement abandonné le revers à 2 mains…ouf!! 😉

  9. Gaska dit :

    Je voulais juste avoir un petit conseil c’est mieux pour le coup droit lifté de prendre la balle par le bas ou par le haut ? Et pour la prise c’est mieux la prise semi-westerns ou western ?

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Gaska,

      Pour la prise de coup droit, les deux prises western et semi-western sont correctes.
      J’ai une petite préférence pour la semi-western (prise fermée ) plus polyvalente. Rafael Nadal qui jouait en western quand il a gagné son premier Roland Garros est passé en semi-western pour être plus efficace sur les surfaces ou le rebond est plus bas (gazon par exemple).

      Je te conseille de préparer ton coup droit lifté toujours par le bas (en descendant ta tête de raquette), y compris pour frapper les balles hautes. A l’impact, la position du tamis est fonction de ton niveau. Si ton coup droit est lent et faiblement lifté, il te faudra alors prendre la balle légèrement par le bas (afin qu’elle remonte pour franchir le filet). Au fur et à mesure de l’augmentation de ton niveau et de la violence de ta frappe liftée tu pourra progressivement prendre la balle par le haut (tamis légèrement tourné vers le sol) afin de la coiffer.

      Bon courage

      Vincent

  10. Ahmed dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce super article que je viens de découvrir par hasard, et ça tombe bien car je suis en pleine transition 2mains–>1main. Ceci dit, mon cas est un peu particulier car j’ai commencé par le revers à une main avant de passer à 2 mains, je voulais plus de puissance. Mais je continuais à lâcher quelques revers à une main, notamment sur les passing-shot. Actuellement lors d’exercices de revers à l’entraînement j’alterne 1 main/2mains même si le coach râle un peu, car il trouve que mon revers est meilleur que mon coup droit, et à 2 mains il paraît plus naturel. En match, je joue tous les revers croisés à une main et les décroisés à 2 mains, sauf si je suis pris de vitesse et que je n’ai pas le temps pour préparer le 2mains.
    Pourquoi je repasse à 1main ? C’est purement esthétique !!! Entre rendement ou performance d’un côté et beau geste de l’autre mon choix est fait d’avance, je ne me voie pas jouer au tennis sans faire de beaux gestes et des enchaînements « stylés ». Je préfère perdre en produisant du beau jeu que gagner en jouant petit bras. La satisfaction de la manière prend le dessus sur la frustration du résultat.
    Pour finir, je me pose la question de conserver les 2 revers ?

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Ahmed,

      Je te remercie tout d’abord de l’intérêt que tu portes à mes articles.

      En ce qui concerne la dimension esthétique de ton jeu, je pense qu’il est important que tu la conserve, cela fait partie de ton identité de joueur.

      http://blog-tennis-concept.com/trouver-identite-jeu-tennis/

      Je suis convaincu, mais ça n’engage que moi, que chez un joueur comme Roger Federer, cette dimension est très importante. Maintenant je pense qu’il est possible de faire en sorte de combiner esthétisme et efficacité.

      Pour en revenir à ta question de garder ou pas tes deux revers, je pencherai plutôt pour que tu te « limite » à ton revers à une main. Si j’écris limite entre guillemet, c’est que tu pourrais alors explorer toute les possibilités technico-tactique du revers à une main : alternance du lift, de la frappe à plat, du chop, développement de ton jeu vers l’avant, de l’amortie et de la volée.

      A mon avis la perte d’efficacité en jeu de contre du revers à deux mains est largement compensée par la démultiplication de la palette technique qu’offre le revers à une main si tu décide de jouer vers l’avant.

      Bon courage à toi

      Vincent

  11. Gaska dit :

    Tout d’abord il faut savoir que tu as quelques problème de coordination car tu n’assimile pas la frappe en croisé et la frappe longue ligne.
    Tu es un peu comme tsonga qui faisait les deux revers y’ pour la puissance et l’autre pour le style. Donc je te conseil de choisir celui ou tu es le plus à l’aise et de corriger tes petits défauts technique.

  12. Benoît dit :

    Bonjour,

    depuis 10 ans que je fais du tennis, j’ai appris avec le revers à deux mains, mais je suis toujours incapable de le faire correctement (en fait j’y arrive uniquement quand la balle est en dessous ma hanche), je me suis donc essayé au revers à une main, mais je le fais comme au ping-pong, c’est à dire la raquette verticale, poignet en haut au niveau de la tête et tamis en bas. Au bout d’une heure je commence à avoir mal au poignet, et je me demande si je ne dois pas changer de technique de revers. Le truc c’est que ce revers est maintenant devenu mon coup le plus fort (et notamment le long de ligne qui passe étonnamment bien et le lift qui est bien meilleur que sur mon coup droit ), et ça me rends fou de tenir une heure grand max à jouer comme ça
    Que faire ?

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Benoît,

      Un coup, aussi bon soit-il, doit bien évidement être modifié s’il ne te permet pas de tenir un match complet.

      La bonne nouvelle, à mon sens, c’est que tu peux persévérer dans le revers à une main car ton poignet est suffisament solide pour tenir le choc.

      C’est difficile de porter un jugement technique sans vidéo, mais à lire ta description, j’ai l’impression que c’est surtout le bras qui travaille dans ton geste. Il faudrait que tu utilises sans doute davantage les jambes (plie les genoux avant la frappe) et la rotation du tronc (dévissage puis vissage du tronc). Enfin pour le lift, bien faire descendre la tête de raquette sous la balle pour jouer avec le bras, l’avant-bras et le poignet.

      Il vaut mieux voir ça avec un professeur de tennis bien sûr.

      Bon courage à toi

      Vincent

  13. tennisdanslesang dit :

    Salut Vincent.

    Je crois que je vais définitivement passer à une main en revers.
    J’ai toujours joué à deux mains, mais en match ( et à l’entrainement ), je suis crispé, je n’arrive pas à trouver du relâchement, et je suis vraiment pas à l’aise du tout en revers à deux mains.

    Mon prof m’a dit qu’on commençait souvent le revers à deux mains par manque de puissance, mais une fois arrivé à l’âge adulte la main gauche ( je suis droitier ) gênait.

    Et j’ai essayé de passer à une main il y a quelques mois et je me sentais beaucoup plus à l’aise, mais comme je n’avais jamais joué à une main je faisais évidemment beaucoup de fautes. Donc je suis repassé à deux mains car je fais beaucoup de compét…
    Sauf que malgré que je fasse des gammes de revers ( à deux mains ) à l’entrainement, je suis toujours pas à l’aise du tout en match.

    J’envisage de passer définitivement à une main, quitte à faire quelques contres le temps que ça se mette en place.

    De plus quand je visualise dans ma tête les deux revers je me sens beaucoup mieux à une main…

    Que me conseilles-tu ?

    Merci. ( désolé pour le pavé )

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Corentin,

      Si tu souhaites passer un palier, il te faudra probablement passer au tout revers à une main à l’entrainement comme en compétition. L’ensemble de ton courrier le suggère.
      -Malgré de nombreux moments à faire des gammes en revers à deux mains tu reste crispé en match quand tu joue à deux mains.
      -Tu es plus à l’aise à une main, même si tu fais trop de fautes pour l’instant.
      -Tu te visualise mieux à une main qu’a deux (ce que l’on arrive à bien visualiser on fini souvent par le réaliser en vrai).
      -Tu es parfaitement conscient que ce changement risque de faire faire quelques contres au départ (un investissement en fait).

      Pour tes futurs matchs à une main :
      -Apprend à couper ton revers pour pouvoir varier et posséder rapidement un coup neutre, régulier et précis.
      -Décale toi davantage en coup droit (pour frapper moins de revers)
      -Essaie d’accélérer à une main quand tu mène 40/0, 0/40 et quand tu as une balle qui t’arrive pas trop vite à hauteur des hanches.

      Bon courage et ton prof à raison, il n’y a pas de raisons pour que tu ne finisses pas par y arriver.

      Vincent

  14. Pierre dit :

    Bonjour Vincent,

    Tres interessant ton article. Cependant si je puis me permettre tu oublies un point essentiel sur les inconvenients du revers a 1 main: le retour de service.

    Surtout quand on tombe sur des joueurs qui ont un gros kick et visent systematiquement ton revers. Hormis un slice ou relancer 3metres derriere sa ligne c est assez dur a relancer a une main.

    Je suis que 15/4 mais je vois le meme phenomene chez les pros. Nadal cherche toujours le revers de Roger avec son service tres lifte. Derriere il a quasi toujours une balle facile a jouer.

    Cependant je reste un fan inconditionnel du revers a une main, c est pour moi le plus beau geste au tennis.

    Sportivement

    Pierre

    • Bruno dit :

      C’est vrai,

      Au très haut niveau, Federer « faisait » un peu pitié sur les retours de service. Surtout que les joueurs pro ont des services de très grande qualité.

      Wawrinka a trouvé la parade en arrivant à faire un slice bien placé pour faire reculer et garder loin l’adversaire, près de la baseline (il l’a beaucoup fait à l’USopen 2016). Mais en aucun cas il n’est capable de faire un retour de service agressif, sauf sur un second service moyen de son adversaire.

      Le revers à deux mains est très beau, mais pas du tout adapté pour le tennis de très haut niveau sauf quelques exceptions qui ont un très grand talent. Ces exceptions confirment la règle.

      Après, je comprends l’argument comme quoi le tennis avec revers à deux mains est un tennis aseptisé et lisse où la force et la puissance comptent…

      • Vincent Bonnin dit :

        Bonjour Bruno,

        Je suis entièrement d’accord avec toi sur le fait que le revers à deux mains (si on juge le coup de manière isolée) est objectivement plus fort que le revers à une main. En plus, il est plus simple à apprendre.

        Seulement, si on prend le tennis d’un joueur ou d’une joueuse dans sa globalité, le fait de jouer son revers à une ou deux mains, influe sur l’efficacité générale. Plus facile de varier les trajectoires à une main (slice meilleur), plus facile d’amortir, plus facile de volleyer.

        Je suis convaincu que des joueurs comme Federer, Dimitrov, Gasquet ne seraient pas meilleurs s’il jouaient à deux mains.

        Après, biomécaniquement parlant, des attaquants de fond de court comme Wawrinka, almagro ou Thiem (qui n’ont pas besoin de varier) parviennent à exploiter des grosses amplitudes et des gros relâchements en revers à une main (plus qu’ils ne le feraient à deux, j’en suis sûr). Je ne trouve pas que leur gestuelle soit inadaptée au haut niveau.

        Pour certain joueurs et joueuses qui stagnent en revers à deux mains, ça vaut le coup d’essayer si c’est pas meilleur à une main (surtout à un niveau amateur).

        Bon tennis à toi

        Vincent

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Pierre,

      Ta remarque est très juste. Quand j’évoque la difficulté à frapper les balles hautes à une main en fin d’article je pense bien évidemment aux services liftés qui giclent haut au dessus de l’épaule si on reste placé comme pour recevoir un service slicé.

      Après le dilemme est : est-ce que j’avance pour couper la trajectoire (risque, contrôle aléatoire) ou bien est-ce que je recule (et je me trouve contraint de frapper très fort pour conserver de la longueur)?

      Mais bon, quand on joue à une main, on est normalement habitué à faire des choix.

      Bonne continuation dans tes frappes de revers à une main

      Vincent

  15. Bruno dit :

    lapsus…je voulais dire « le revers à une main est très beau »…mais celui à deux mains aussi d’ailleurs.

    Moi des tendinites à répétition me font revenir vers le two-hand backhand…

    • Vincent Bonnin dit :

      le revers à deux main peut être aussi très beau et très stylé. J’apprécie tout particulièrement ceux de Djokovic, de Benoît Paire et de Nalbandian (il y a quelques années) pour ne citer qu’eux.

      Soigne bien tes tendinites

  16. Bruno dit :

    Bonjour,

    Sur la lancée de la réflexion entre le revers une mains ou deux mains, j’ai pas mal réfléchi sur ce sujet ces derniers temps (il faut bien s’occuper…!).

    Bien sûr que Gasquet, Federer et Wawrinka ne seraient pas meilleurs à deux mains car ils ont construit tout leur jeu sur ce revers une main et en exploitent au maximum tout les avantages en essayant de limiter les désavantages.

    Au final, je pense que c’est une affaire de sensation et de style de jeu, car le revers à une main va vraiment influencer celui-ci.

    Ensuite, c’est une affaire de raquette, car il faut selon moi une raquette plus lourde en manche pour le revers une main. C’est quasiment obligatoire, on n’a pas du tout les mêmes sensations avec un autre type de raquette. On pourrait alors se dire que le revers une mains n’est « pas fait pour son jeu » mais un changement de raquette adapté peut prouver le contraire et apporter d’excellentes sensations.

    Je me suis aussi posé pas mal de questions sur la latéralité. Je trouve ce sujet passionnant car lié au cerveau et à toute sa complexité. Il est curieux en effet de savoir que Nadal joue de la main gauche mais est droitier dans la vie de tout les jours. Coric, lui est gaucher mais joue de la main droite…les deux ont un revers deux mains…

    Quand à Djokovic, il est droitier mais joue au foot du pied gauche…
    Bref, un sujet passionnant, d’autant plus que je pense que tout ça est aussi lié à l’oeil directeur.

    Pour ma part, je suis gaucher seulement pour l’écriture mais droitier pour tout le reste.

    En revenant sur les revers, j’avais juste une question: Sur quel type de revers (une ou deux mains) pense-vous que le genou droit est le plus sollicité (notamment en rotation). En effet, j’ai le genou droit fragile (croisés et ménisque il y a dix ans) et je souhaite adopter le revers qui le ménage le plus. Je pensais que c’était le revers une main car il fait moins courir (plus d’allonge). Mais en fait, j’en suis pas sûr car il fait aussi plus reculer, car moins à l’aise sur les blocks…Et un revers une main sur une balle près de la ligne du fond et montante, donc quasiment de demi volée…est vraiment très difficile (sauf pour Wawrinka). ça me semble plus semble de « bloquer » à deux mains dans ces conditions ».

    Ou bien, pour ménager mon genou, est-ce le revers à une mains « slicé » à la Karlovic qui est le plus adapté. Stratégique mais pas beaucoup de sensations…

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Bruno,

      Au niveau de la latéralité tout est indépendant (oeil, main, pied) et ainsi toutes les combinaisons sont possibles.

      Pour ménager le plus ton genoux droit (celui que tu sollicite le plus car celui de ton pied d’appel) je te verrais bien frapper un maximum de revers à deux mains avec des appuis ouverts.

      Si tu frappes à une main tu adoptera soit des appuis en ligne, soit des appuis croisés. Tu poussera alors plutôt avec ton genoux droit.
      Si tu cherches à frapper à une main en appuis ouvert ce ne sera pas naturel car pousser avec ta jambe gauche ne l’est pas vraiment.

      En revanche, cela me semble plus naturel à deux mains (mais ce n’est peut être qu’une impression) de pousser avec la jambe gauche (même si ce n’est pas ta jambe habituelle). Faisable selon moi (je connaît quelques joueurs qui ont changé de main en cours de carrière pour problèmes de santé)

      Bon courage

      Vincent

  17. Bruno dit :

    Merci pour les conseils!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *