8 conseils pour gagner plus facilement vos tie-breaks au tennis

Plus d’excuses pour baisser les bras lors de vos prochains tie-breaks (ou super tie-break), les huit conseils qui vont suivre vont vous permettre d’améliorer votre savoir-faire tennistique sur les points importants. Jouer pourcentage, savoir gérer une avance au score, mettre la pression sur votre adversaire, bien réagir si on est mené, sont quelques-unes des clés qui vont vous permettre de tirer votre épingle du jeu lors des jeux décisifs.

Un des formats de match en vogue actuellement est le super tie-break qui remplace le troisième set classique. C’est un format qui risque de se développer à l’avenir car c’est un format qui simplifie pas mal de choses en permettant de réduire et de « lisser » la durée des matchs. Très pratique pour les juges arbitres de club en tournoi, ce fameux super tie-break, qui fait grincer pas mal de dents chez les pratiquants amateurs.

Deux spécificités du super tie-break

Voici ce que j’ai remarqué quand le super tie-break remplace le troisième set

Une catégorie de joueur désavantagée

Défenseur moins avantagé ©mirsasha

Quel que soit votre habileté à jouer un tie-break, si vous faites partie de la catégorie des défenseurs, (remiseur, rameurs, crocodiles…) le super tie-break va vous désavantager. Ou plutôt, il va vous enlever l’avantage que votre endurance physique et mentale vous procure à mesure que le match dure. Ce qui est logique vu que le match durera moins longtemps (voir article comment jouer un rameur).

Je fais une parenthèse pour vous faire remarquer qu’à ce propos, vous êtes nombreux à ne pas aimer les tie-breaks et conjointement à ne pas aimer jouer des rameurs : il y a ici un paradoxe. Si vous êtes dans ce cas, demandez-vous si vous n’êtes pas ce genre de joueur à aimer vous trouver régulièrement de fausses excuses.

Je vous rassure, je suis parfois dans ce cas. Jouer un crocodile ne me fait pas forcément plaisir dans la mesure où je sais que ce sera forcément un match long et difficile. Quant à la perspective de jouer un super tie-break, ça m’angoisse assez souvent aussi.

Importance du gain du premier set

En cas de match avec super Tie-Break, le gain du premier set revêt une importance bien moindre que dans la configuration d’un trois set classique.
En trois sets classiques, le gagnant du premier set gagne dans 80% des cas. Si le premier set est serré, le perdant du set se prend souvent un coup de bambou virtuel derrière la tête à la perspective de devoir gagner encore deux sets pour l’emporter.
Avec le super tie-break, le perdant du premier set sait qu’il lui suffit de remporter un set et un tie-break pour l’emporter. Ca rééquilibre les chances et crée plus d’incertitude et donc plus de points importants. Puisqu’on évoque les points importants revenons sur cette vérité du tennis qui est que le gain d’un match se joue le plus souvent sur la capacité à jouer des points importants

Premier conseil : ne vous préparez pas d’excuses

Isner, performant au tie-break©mirsasha

Il est courant, chez les joueurs et joueuses de club, de considérer les tie-breaks comme une loterie. Comme si le gain ou la perte d’un tie-break était due au seul hasard. Cependant, si sur toute une saison, un joueur comme Djokovic gagne en gros les ¾ des tie-breaks qu’il dispute, cela ne peut être le fruit d’un heureux concours de circonstance répétitif. Si le tie-break était une loterie, il n’en gagnerait qu’un sur deux (loi des grands nombres oblige).
Cyril Ravilly, auteur du livre Tennis les fondamentaux tactiques, dégage trois tendances sur les statistiques de tie-break chez les pros dans un article paru sur le site de l’éditeur Amphora. La première tendance est que le pourcentage de tie-break gagné est fortement corrélé au pourcentage de victoire du joueur, la deuxième est que les gros serveurs ont souvent un taux de réussite au tie-break légèrement supérieur à leur taux de victoire globale, la troisième étant que les « petits » serveurs ont un taux de réussite légèrement inférieur à leur taux de victoire globale.
Donc pour moi, et je sais que vais en choquer plus d’un en affirmant ça, c’est symptomatique du manque de culture mentale dans les clubs que d’affirmer que le tie-break est une loterie.

Gagner un tie-break c’est marquer 7 ou 10 points (avec deux points d’écarts)
On ne gagne pas 7 ou 10 points par hasard
Vous allez me répondre que si on est mené 4/0 dans un tie-break, c’est très difficile de revenir.
Pensez-vous que l’on se retrouve mené 4/0 par hasard ?
Mon premier conseil sera donc d’admettre qu’un tie-break se gagne avant tout avec son savoir-faire tennistique et sa capacité à bien jouer les points important (un tie-break, c’est que ça).

Deuxième conseil : Mesurer ses risques lors des premiers points du tie-break

Selon Brad Gilbert auteur de winning Ugly (gagner à tout prix), un tie-Break n’est rien moins qu’un set raccourci où chaque point est aussi important qu’un jeu.

Si je vous pose la question de savoir quels sont les points importants dans une partie de tennis, vous allez me répondre les balles de jeu, les balles de set et les balles de match. On sera tous d’accord là-dessus.

Et bien, dans un tie-break, chaque point est au minimum plus important qu’une balle de jeu. Puisque par rapport à une balle de jeu classique ou un seul des deux joueurs peut remporter le jeu. Ici, les deux peuvent le faire conjointement. Qui ne gagne pas le point (le jeu), le perd.
Dans un tie-break, à chaque point (ou presque), on joue autant pour gagner…que pour ne pas perdre !

Si on dit souvent que les premiers points d’un tie-break sont primordiaux, c’est parce que plus on mène, plus on a la possibilité de prendre des risques.

Des risques par rapport aux lignes :

Plus on joue long, plus on se protège et plus on neutralise l’adversaire. Plus on joue excentré, plus on a la possibilité de créer le déséquilibre.

Des risques par rapport à la vitesse de balle :

Au tennis il a un rapport vitesse/précision très important. Si on frappe fort dans une bonne zone (la fameuse zone excentrée), on augmente ses chances de gagner le point directement. Pour frapper fort on augmente l’amplitude du geste or plus on augmente l’amplitude d’un geste plus on perd en précision.

Des risques par rapport à la prise de balle tôt après le rebond :

Prendre la balle tôt peut permettre d’obtenir plus facilement l’avantage (le déséquilibre). Cela crée en plus une rupture dans le rythme (une variation) qui va obliger votre adversaire à réagir. Prendre la balle tôt demande une plus grande rigueur dans le jeu de jambe, une plus grande concentration. Plus on prend la balle tôt, plus on prend le risque de faire la faute.

Des risques par rapport à ses habitudes de jeu

On peut prendre des risques aussi en tentant un enchainement de coups qu’on n’a pas l’habitude de tenter habituellement pour surprendre l’adversaire

Conséquences du gain des premiers points

Si on mène 6/1 dans un tie-break, par exemple, on dispose de 5 balles de set (ou de match) on peut donc se permettre de prendre de gros risques. On a 5 possibilités de tenter un coup (ou un enchainement) à 20% de réussite.

A 5/1 on a 4 possibilités de tenter un enchainement à 25% de réussite pour remporter le set, à 6/3 on à 3 chances de tenter un enchainement à 33% de réussite etc…

Tout cela est bien sûr très théorique. Mais cela vous montre l’importance des premiers points du tie-Break et de l’opportunité de prendre des risques mesurés et progressifs au fur et à mesure que l’on augmente son avance au score.
D’où l’importance de bien connaître son tennis.

Troisième conseil : quelques principes pour jouer pourcentage

Faites ce qui vous réussit le mieux

Faites surtout ce que vous réussissez mieux que votre adversaire : Cela ne veut pas forcément dire renvoyer la balle de façon attentiste (sauf si c’est ce que vous savez faire ce mieux, bien sûr).
Pour certain ça va être chercher à monter au filet (si vous êtes un joueur offensif), jouer service-volée, frapper fort dans la balle si vous avez un coup droit puissant et sûr, varier les longueurs si vous jouez en contrôle de balle ou encore prolonger les échanges si vous êtes un défenseur.
D’où l’importance de bien connaître son jeu pour augmenter votre régularité et réduire vos fautes
Si vous jouez l’attaque : soignez vos coups de préparation

Pensez à ce que vous avez fait pour gagner vos jeux jusqu’à présent

Si vous jouez un tie-break classique, vous en avez gagné 6. Si vous disputez un super tie-break, basez-vous sur ce que vous avez fait pour gagner le premier ou second set (selon les cas).
Pensez a comment vous avez mis la pression sur l’adversaire, comment vous avez créé la frustration chez lui.
Là encore, plus vous connaissez votre tennis, plus vous avez de chance de tirer votre épingle du jeu.

Quatrième conseil : Activez vos jambes, c’est le moment ou jamais

Soyez hyper disponibles au niveau des jambes. Donner le max au tennis, c’est donner le max au niveau des jambes. En augmentant votre tonicité vous augmentez votre régularité, votre précision et votre puissance.
Chez un joueur comme Federer c’est flagrant, l’intensité de son jeu de jambe augmente avec l’importance des points.
Allez sur toutes les balles. Quel que soit votre style, vous vous devez d’augmenter votre couverture de terrain dans les tie-breaks et super tie-break. Votre adversaire doit avoir l’impression qu’il doit faire un effort supplémentaire pour marquer le point.

Cinquième conseil : Mettez la pression

Mettez la pression ©Vadim Kreynin

Je vais revenir sur Djokovic, le champion des points importants (et des tie-breaks).
Le champion serbe est sans doute le joueur qui possède le meilleur ratio régularité/précision. Il est capable de jouer vite, long et précis de manière extrêmement sûre.
Il met la pression sur l’adversaire en toute sécurité.
Essayez à votre tour de voir comment vous allez pouvoir mettre la pression sans faire de fautes directes. Pensez à un Boa Constrictor comme l’écrit Brad Gilbert dans Winning Ugly.
En fonction de vos forces et faiblesse ça peut être enchaîner service volée sur le revers adverse, frapper des coup-droit hauts et liftés, glisser des balles coupées basses, jouer le chip and charge…
Gardez les coups brillants pour quand vous mènerez largement.
Si vous êtes capable de jouer ces coups qui mettent la pression sans prendre de risque, vous prendrez une sacré option sur le gain du tie-break.

Sixième Conseil : respirez profondément

Le tie-break étant un moment ou la tension monte d’un cran dans le match, une bonne respiration vous sera des plus utiles pour faire face à cette épreuve.
Bien respirer boostera votre énergie et vous aidera conjointement à vous relâcher.
Commencez à respirer dès que possible (dès que vous savez que vous allez jouer un tie-break en fait).
Bien respirer vous permettra de vous recentrer sur le moment présent, de vous aider à chasser les pensées parasites, de vous recentrer sur ce qui a marché pour vous jusqu’à présent.

Septième Conseil : Surprenez votre adversaire

Si vous maîtrisez bien les fondamentaux, essayez de surprendre votre adversaire par des coups inhabituels mais à fort pourcentage toujours.
Si vous êtes joueur de fond de court/contre : montez au filet, enchaînez vos services/retour au filet ou montez à contretemps. Si vous n’avez pas fait ça du match et que votre adversaire montre des signes d’énervement cela pourrait s’avérer très payant.
Attention, il faut déjà bien maîtriser son jeu et connaître des coups alternatifs à fort pourcentage.
Plus vous connaîtrez votre jeu plus vous pourrez vous permettre ce genre de tactique sur des points importants.
Une autre manière de mettre la pression de manière extrêmement simple est de varier votre position en retour, de vous avancer sur les deuxièmes balles adverses.

Huitième et dernier conseil : entraînez-vous à jouer des tie-breaks

C’est facile à mettre en place à la fin d’un entraînement, rapide, ludique et ça vous entraînera à jouer les points importants.

Que faire si vous êtes mal embarqué dans un tie-break ?

Analysez rapidement pourquoi vous êtes mené et réagissez rapidement.
Vous avez fait des fautes à cause d’une trop grande prise de risque ou de mauvais choix de coup : jouez plus simple

Vous avez fait des fautes techniques : respirez, contractez-décontractez les muscles, bougez les jambes

Votre adversaire vous neutralise : tentez quelque chose d’inhabituel pour le perturber

Votre adversaire joue un ton au-dessus de vous : continuer à jouer votre partition, point par point sans sur-jouer. Il se pourrait bien que votre vis-à-vis ait du mal à conclure.

Et vous, aimez-vous jouer les Tie-Break ? Avez-vous des astuces pour vous imposer au jeu décisif? Je vous invite à vous exprimer dans les commentaires.

bibliographie :

 

crédit photo image mise en avant : Carine06

Partagez cet article !

Posté par Vincent

Articles liés

0 commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.