La boutique du tennis

Quatre bonnes raisons de jouer en double au tennis

double messieurs Bhupathi-Paes ©Sudhamshu Hebbar

Les tournois de double ont aujourd’hui pratiquement disparu des compétitions amateurs, mais cette discipline reste une grosse attraction des matchs par équipe. En plus, et c’est l’objet de cet article, disputer des doubles sera très bénéfique à votre jeu.

J’ai parcouru pas loin de 100 km dimanche dernier (16 octobre 2011) pour disputer un unique double, lors d’une première journée de championnat par équipe vétéran.

Cela pourra surprendre quelques-uns d’entre vous mais jouer des matchs officiels de double était un objectif important pour moi cette saison.

Le jouer avec mon ami Patrick, partenaire sérieux et motivé qui partage mes entraînements, fut un plus, qui rendit cette partie particulièrement savoureuse. Cette partie victorieuse nous permit en sus d’arracher le point du nul contre l’équipe adverse.

Le jeu de double est d’un premier abord plus technique que le jeu de simple

Si le jeu de double demande moins d’engagement physique que le simple, jouer un bon double demande un bon niveau technique et un minimum de pratique.

Souvent les débutants n’aiment pas jouer en double et j’ai mis un petit moment avant d’apprécier le jeu d’équipe au tennis.

Les débutants se sentent tout d’abord restreints dans leur choix avec des cibles imposées difficiles à atteindre. Au retour de service, par exemple, il leur faut impérativement éviter le partenaire du serveur posté au filet, alors qu’en simple ils ont le loisir de mettre la balle ou ils le veulent.

Les débutants doivent aussi vaincre l’appréhension de jouer au filet. Et quand bien même un tempérament offensif les entraine à monter au filet en préparant une attaque, jouer en double c’est aussi démarrer directement au filet « à froid ».

Enfin, quand on débute dans le jeu de double, il faut bien avouer que la moitié du temps on s’ennuie ferme. La faute au jeu sans la balle qu’il faut pratiquer, par exemple, quand on est partenaire du serveur.

Pourtant, après quelques parties disputées avec la volonté de respecter les canons de la discipline (jeux en ligne, prise du filet), vous prendrez rapidement goût au jeu de double.

Quel que soit votre niveau, jouer en double régulièrement, vous fera faire des progrès spectaculaire. Voici les principales raisons :

Jouer en double est moins exigeant physiquement

Parce qu’en double on a juste un demi-terrain à couvrir, on peut se concentrer sur d’autres choses que courir après la balle.

Dans un match par équipe jouer le double après le simple assure souvent une meilleure récupération.

Sur un entraînement à quatre, disputer un double au final permet de prolonger intelligemment la séance.

Jouer en double permet de travailler, en situation de jeu, tous les coups du tennis

La volée

Un double se gagne au filet. La fréquence des volées jouées est beaucoup plus importante qu’en simple.

Si vous êtes partenaire du serveur, vous démarrez au filet, paré à intercepter le retour du relanceur.

Si vous êtes partenaire du relanceur et que ce dernier a réalisé un bon retour, vous devrez avancer vers le filet.

Si vous servez vous choisirez, soit d’enchainer vers le filet directement, soit de suivre le retour croisé du relanceur au filet.

Enfin quand vous retournez, vous avez souvent la possibilité de faire retour-volée.

Si vous cherchez à améliorer votre volée vous entendrez souvent dire que le double est la meilleure école. Les volleyeurs ont beaucoup moins de terrain à couvrir qu’en simple et peuvent se permettre de plus se concentrer sur la technique de la volée.

Jouer en double permet aussi d’apprendre la patience au filet. Le terrain couvert par les adversaires étant plus long, jouer des volées de conclusions demande souvent une ou plusieurs volées longues préalables.

Le service-volée

Cet enchainement parmi les plus spectaculaire et efficace du jeu de simple est grandement facilité en double. En effet quand le serveur-volleyeur (en double) fait sa reprise d’appui pour se diriger vers sa première volée, le retourneur est pratiquement obligé de jouer sur lui.

service volée au centre en simple

Dans ce premier schéma, le joueur A, qui joue en simple, sert au milieu en C1. Si le relanceur B a anticipé la montée, il pourra jouer aux extrémités P1 et P2. Le serveur-volleyeur A quand il jouera sa première volée devra couvrir la zone bleue entre P1 et P2.

service volée en double

Quand le joueur A joue en double et qu’il sert en C1. Le relanceur C devra éviter la zone Rouge qui représente la partie de terrain couverte par le partenaire du serveur. Ce joueur posté au filet sera à l’affut de la moindre balle à sa portée pour intercepter. Quand A jouera sa première volée, ce sera entre des extrémités P1 et P2 beaucoup plus réduite.

double Bjorkman-Woodbridge ©Swiv

Le retour

Retourner en double signifie en premier lieu éviter la volée tranchante du partenaire du serveur. Pour cela, les possibilités sont plus réduites qu’en simple puisque le relanceur doit soit :

  1.  Jouer croisé-court.
  2. dans le cas où le partenaire du serveur tente l’interception, tirer un passing (difficile) le long de la ligne.
  3. dans le cas d’un service faible, jouer directement en force sur le volleyeur.
  4. Si le partenaire du serveur colle trop au filet, lober celui-ci.

Si on ajoute que dans les trois premier cas, le retour doit raser le filet pour éviter le volleyeur, vous mesurerez les contraintes du retour en double par rapport aux contraintes du retour en simple.

On pourrait même rajouter une autre nécessité qui est celle de jouer « pourcentage ». Comme en double, les fautes s’additionnent, la première qualité d’un retour est la régularité.

Lob et smash

Quand les deux joueurs adverses sont installés au filet, ils forment un véritable mur qui n’offre que deux possibilités principales aux défenseurs :

1 le passing rasant au milieu des deux joueurs.

2 le lob, qui, s’il est bien réalisé, désorganise l’équipe adverse.

Il y a souvent des lobs en double. La conséquence est qu’il y a souvent des smashes. Comme pour les volées la couverture de terrain des défenseurs vous obligera dans bien des cas à faire plusieurs smashes avant de conclure

Le service

Comme pour le retour qui doit être particulièrement calibré. Le service du joueur de double doit privilégier la précision et la régularité. Le pourcentage de première balle revêtant une importance beaucoup plus importante en double qu’en simple, on joue très souvent en double des premières-deuxièmes.

Le double ajoute la dimension du jeu d’équipe à un sport fortement individuel

Quand vous êtes fatigués de vous battre tout seul en tournoi, le double vous permet la détente de pratiquer votre sport favori en partageant vos émotions avec un partenaire.

Votre partenaire peut vous apporter un regard extérieur sur votre jeu et inversement. Mieux connaître ses points fort (et ses points faibles), vous aidera à mieux développer votre personnalité de joueur.

Jouer en double, c’est aussi apprendre à accepter les fautes de l’adversaire sans lui en vouloir. Une philosophie qui permet d’apprendre à accepter ce que l’on ne peut maîtriser pour mieux se concentrer sur les choses sur lesquelles on peut agir.

Le double est fun

A chaque fois que je dispute un double, je sors toujours un ou deux coups hors du commun : volée reflexe, coup joués derrière le dos ou smash rétro par exemple.

Le double, c’est aussi ces phases de jeu toutes particulières qui mettent face à face quatre volleyeurs et où l’improvisation et les réflexes entrainent l’imprévu et parfois les gags.

Et vous, jouez-vous régulièrement en double ?

Cette entrée a été publiée dans Compétition. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Quatre bonnes raisons de jouer en double au tennis

  1. BECQ dit :

    Je ne peux que confirmer l’importance du double, … adorant ce type de jeu !
    Super article Vincent, … plein d’encouragements pour toutes celles et tous ceux qui veulent s’y atteler … et je confirme, ce sont de très bons moments à passer sur le court de tennis !
    D’ailleurs, aujourd’hui si je devais choisir, … je jouerais d’abord en double.
    Merci Vincent pour cette belle invitation … à monter au filet !
    Avec toute mon Amitié
    Guy-François

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Guy-François pour ce commentaire,
      certains de mes meilleurs souvenirs de joueur sont des parties de double acharnées ou chaque point était vif, intense et disputé.
      On peut comprendre que certains joueur ou joueuse se spécialisent dans cette discipline.

  2. Sylviane s dit :

    Bonjour Vincent,

    Je ne joue plus au tennis depuis fort longtemps mais ‘aime lire tes articles toujours vivants et avec des dessins très  » parlants » et découvre toujours des infos intéressantes.

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Sylviane pour tes encouragements,
      j’ai décidé de continuer à dessiner moi-même mes joueurs, même si pour l’instant ils ne savent faire que des coup-droits.

  3. Maigrir dit :

    Développer sa technique en double est une bonne raison de s’y mettre effectivement.
    Adam

  4. Domi dit :

    Bonjour,
    je cherche un article qui explique les trajectoires à privilégier en double, en particulier au service.
    En effet, mon partenaire, quand il sert, se décale beaucoup pour servir très croisé. Je trouve que c’est un mauvais choix car le retourneur peut alors choisir de retourner encore plus croisé ce qui peut mettre en difficulté le serveur et me fige sur le couloir, interdisant toute tentative d’interception car un passing dans le couloir par l’extérieur est facile à faire.
    Je pense qu’il vaut mieux servir au centre, sauf si c’est coté revers, et encore, à condition d’avoir une balle qui gicle haut.
    Qu’en pensez-vous ?

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Dominique,

      Je partage entièrement ton analyse. Tous les grandes équipes de doubles privilégient le service au centre car il réduit l’angle du retourneur, facilite la première volée du serveur (qui peut suivre son service tranquillement) et rend l’interception du partenaire du serveur plus dangereuse (celui-ci pouvant se tenir plus près du centre).

      Le service très croisé est à utiliser pour surprendre le relanceur qui s’attend au service sur le T. Mais dans ce cas, le partenaire du serveur ne doit pas oublier de se placer à proximité du couloir pour couvrir l’angle ouvert.

      Le mieux, si vous jouez régulièrement ensemble, est de convenir d’un système de signe qui permettra au partenaire du serveur d’indiquer quel service il souhaite. A partir d’un certain niveau, c’est le partenaire du serveur qui décide de la cible du service.

      Bon courage pour vos futurs essais de combinaisons gagnantes.

      Vincent

  5. Domi dit :

    Merci beaucoup pour votre éclairage !
    J’ai effectivement entendu parler de signes que le partenaire au filet pouvait faire avec sa main dans le dos pour indiquer le service souhaité.
    (Je pense que les joueurs du top 100 se donnent se genre d’indication verbalement en se cachant les lèvres avec la main, comme on peut le voir à la télé, afin d’éviter qu’un spectateur donne l’info au camp adverse.)

    • Vincent Bonnin dit :

      Après, cela peut être le serveur qui annonce à son partenaire un numéro correspondant à un service donné (le fameux service très croisé par exemple qui implique un positionnement très particulier du volleyeur).

      Ce genre de communication n’est pas réservée aux pro mais accessible à tous les joueurs qui maîtrisent un temps soi peu la direction de leur service (fin de quatrième série, début de troisième série française).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *