5 conseils pour mieux se déplacer sur Terre Battue au tennis

Pourquoi les joueurs et joueuses de dur perdent régulièrement plusieurs classements en dessous de leur niveau quand il jouent des terriens sur terre battue? Pourquoi la science du déplacement sur terre ne peut s’acquérir que par la pratique? Comment reconnait-on des chaussures adaptée à la terre? Comment bien glisser? Quel est le principe du double allègement? Je répond à toutes ces questions dans cet article.

On parle souvent des spécificités du jeu sur terre battue, on dit que c’est une surface plus exigeante physiquement, ou il faut faire preuve de plus de patience, ou le jeu défensif est valorisé, ou le rebond est plus haut. Cependant pour moi, la spécificité numéro un du jeu sur terre battue est qu’il se déroule sur une surface dite glissante par opposition au jeu sur dur qui se déroule sur une surface non-glissante.

Il est donc logique pour moi d’accorder au déplacement sur terre battue le facteur numéro 1 de la réussite sur cette surface. J’ai donc prévu pour vous 5 conseils pratiques pour mieux appréhender ce jeu particulier.

Conseil 1 : Pratiquer

Feliciano Lopez, spécialiste des surfaces rapides, se déplace remarquablement sur terre battue © mirsasha

J’entends des fois des joueurs ou des joueuses de dur se plaindre qu’ils jouent 2 classements en dessous de leur niveau  quand ils sont contraints de jouer sur Terre. C’est logique. Imaginez un joueur de dur qui joue contre un joueur de terre et comment ces deux joueurs vont réagir lors d’un changement de direction. Au tennis, il y a des changements de direction lors de chaque frappe de balle ou presque (un replacement implique presque à chaque fois un changement de direction). Prenons l’exemple où les deux joueurs sont embarqués côté coup droit, ils vont glisser pour frapper la balle en appuis ouvert puis revenir vers le centre pour se replacer.     

La différence entre le joueur de dur et le joueur de terre, c’est que le joueur de dur va glisser beaucoup plus longtemps après la frappe que le joueur de terre grâce à une astuce que j’expliquerais en fin d’article.

Quand, dans des conditions équivalentes le joueur de Dur va glisser sur 1 mètre de côté après une frappe sur une balle excentrée, le joueur de terre va glisser sur 50 cm. Résultat,  si on additionne les 50 cm de perdu à l’aller et les 50 cm de perdu au retour le joueur de dur accuse à chaque coup excentré un déficit d’1m sur le joueur de terre.

Imaginez un peu la distance supplémentaire parcourue et le retard accumulé par le joueur de dur dans ses replacements (sur la durée d’un match !). Et comme vous le savez surement,  un retard dans le replacement entraîne un retard sur le déplacement sur le placement et donc une dégradation du coup suivant joué.

Il est donc parfaitement logique qu’un joueur de dur perde contre un joueur de terre moins bien classé quand le match se déroule sur terre.Si vous êtes un pur joueur de dur, pratiquer quelques séances sur terre battue vous permettra d’optimiser vos changements de direction et de combler une partie du retard que vous avez sur les joueurs de terre.

Conseil 2 : Ne pas s’inscrire à un tournoi sur Terre Battue, si vous n’avez pas pratiqué avant.

C’est une grave erreur. Et si j’emploie volontairement ce terme excessif c’est que jouer en compétition sur terre sans y avoir été auparavant préparé vos expose à la blessure. Et je parle en connaissance de cause puisque je me suis souvent blessé en jouant sur terre sans préparation (déchirure, claquage au niveau des adducteurs …)

Délicat de s’improviser joueur de terre © mirsasha

Disputer une compétition sur une surface aussi particulière sans y être préparé c’est multiplier les difficultés. Déjà, vous serez tendu par le match mais vous allez en plus subir l’inconfort de ne pas être serein sur vos appuis.

Le problème des changements de direction opéré sans technique de déplacement spécifique terre battue, occasionnera une sur-sollicitation des muscles adducteurs.

Plutôt que de dépenser 20 euros dans une inscription dans un tournoi terre battue,  si vous n’y jouez jamais, investissez la même somme dans des locations de court ou des leçons individuelles sur terre battue. Votre argent sera mieux utilisé.

Donc, j’en reviens au conseil 1 : pratiquer de temps en temps, le tennis sur terre-battue, pour vous préparer à l’éventualité de jouer un match officiel dessus. Ce qui peut arriver dans une carrière de joueur même si vous avez décidé de jouer exclusivement sur dur (match par équipe, championnats individuels ou phase finale département/ région).

Conseil 3 Jouer avec des chaussures spécifiques

Si vous êtes en possession de chaussures toutes surfaces, ne croyez pas pour autant que vous avez l’équipement idéal pour jouer sur Terre Battue. Les chaussures toutes surfaces sont en réalité (à mon avis) des chaussures toutes surfaces en dur.

La terre battue réclame des chaussures spécifiques avec une semelle plus souple et sculptée plus profondément dans le but d’évacuer la brique pilée. C’est le même principe que les pneus de voitures qui évacuent l’eau de pluie afin d’éviter l’aquaplanning. Ici, la profondeur des dessins sont fait pour éviter que la chaussure ne parte en glissade/dérapage  incontrôlé.

A éviter absolument : les chaussures toutes surfaces usées voire lisses aux endroits de frottement. C’est trompeur car on peut très bien jouer sur dur avec des chaussures lisses, si la surface est un peu abrasive. Sur terre battue c’est du suicide.

Vous allez me répondre que jouer sur terre avec des chaussures de dur neuves est possible. Je ne pense pas que ce soit l’idéal car les chaussures de terre battue ont la propriété très utile de limiter le roulis ce que ne font pas les chaussures de dur même neuves.

Le roulis, c’est le terme pour qualifier les glissades latérales (quand le pied est en barrage). En d’autres termes, une chaussure de terre battue glisse dans la longueur mais pas dans la largeur.

Semelles spécifique Terre Battue, motifs de type chevrons

Semelles « toute surface » mais optimisées pour la Terre Battue (limitent le roulis)

Si vous jouez peu sur terre battue,  achetez des chaussures spécifiques (pas forcément haut de gamme) qui ne verront que la terre battue. Si vous jouez sur dur avec des chaussures de terre battue vous allez les user prématurément (semelles plus tendre)

Novak Djokovic place son pied en barrage pour stopper sa glissade et amorcer son replacement © Yann Caradec

Conseil 4 : Utiliser la glissade avec modération

Quand on pense déplacement sur terre battue, on pense glissade tant il est vrai que la surface ocre est associé à ce mouvement particulier accentué par la glissance de la surface.

A quoi sert la glissade ?

A mon sens, à remplacer les derniers petit pas d’ajustement en fin de placement, quand vous êtes en bout de course. La course pouvant être latérale, vers l’avant ou en oblique.

Dans la pratique vous vous déplacez vers la balle en pas courus, vous bloquez le mouvement, vous finissez par une glissade qui s’arrêtera,  dans l’idéal, à bonne distance pour frapper correctement la balle.

Thierry Tulasne dans Tennis Magazine

Ce qui faut retenir de cette phrase, c’est que la glissade n’est absolument pas obligatoire si vous êtes bien placé. Ce que je rajoute,  c’est que plus la glissade est longue plus le placement est difficile à ajuster. C’est logique puisque plus vous êtes débordé, plus vous démarrez la glissade de loin.

J’ai tendance à penser, d’ailleurs, que moins on glisse, mieux c’est.  Andre Agassi, vainqueur de Roland Garros en 1999, ne glissait pas (ou pratiquement pas) sur Terre Battue (pour l’anecdote, il jouait avec des chaussures pour gazon).

On dit souvent que pour bien glisser sur terre battue, il est nécessaire d’avoir commencé tôt. Je m’inscris en faux avec ce précepte, puisque j’ai moi-même commencé à jouer régulièrement tard sur Terre (vers l’âge de 25 ans). Je ne pense pas être spécialement doué.

Il y a quand même un cas où la glissade est un réel plus à mon sens,  c’est pour aller chercher les amorties et contre-amortie. Techniquement sur dur, ce coup est très délicat car il faut arriver très vite sur la balle et contrôler sa décélération pour se placer parfaitement. Généralement quand je tente ce coup sur dur, je me bloque, ma balle reste bloquée dans ma raquette et  fini dans le filet comme une boule de glace fondue glisserait d’un cornet pour s’écraser par terre.

Sur terre battue, ce coup est pour moi un délice (à condition de ne pas être trop en retard). Au moment où je me bloque,  il me suffit de rester bas sur mes jambes et de positionner ma raquette bras tendu sous la balle avec un léger coup de poignet pour accentuer l’effet coupé. Ma vitesse de glissade se transmet  à la balle et lui permet de franchir le filet sans effort.  

Juan Monaco, parfaitement placé pour contre-amortir du bout de la raquette © mirsasha

Conseil 5 : Pratiquer le double allègement

Et on arrive ici au cœur du problème du déplacement sur terre battue : les délicats changements de direction, avec le nécessaire double allègement.

Le double allègement expliqué en vidéo

Je ne vous expliquerais pas ici le principe de l’allègement classique qui s’opère juste après le replacement au moment où votre adversaire frappe la balle.

Le jeu sur terre battue nécessite un allègement supplémentaire après la frappe pour opérer plus rapidement le changement de direction nécessaire au replacement.

Je m’explique, quand vous frappez une balle excentrée sur dur par exemple en coup droit en appuis ouvert, il vous suffit de pousser avec votre jambe extérieure vers l’intérieur pour revenir vous replacer vers le centre.  Si vous essayer de faire ça sur terre battue vous aller tout simplement continuer à glisser et si vous forcez, vous allez solliciter exagérément vos adducteurs.   

Sur terre battue,  une balle excentrée, frappée en appuis ouvert en coup droit sera suivi d’une poussée de la jambe extérieure vers le haut dans un premier temps avant de repartir vers le centre.

En fait toute glissade se terminera dans l’idéal par une légère poussée vers le haut qui va faciliter le replacement. Inutile d’exagérer cette poussée en sautant il suffit juste de vous alléger en relevant votre centre de gravité.

Ce double allègement vous fera gagner du temps et vous épargnera des blessures. Bien entendu, si vous n’avez jamais pratiqué ce double allègement, cela va vous demander un peu de pratique au départ. En revanche, après un peu de pratique ce deuxième allègement sera parfaitement intégré et vous n’aurez plus à y penser.  Cela deviendra une seconde nature pour vous et vous l’aurez acquis pour toute votre vie de joueur ou de joueuse.

Après quelques séances, j’ai rapidement intégré le principe de l’allègement après la frappe.

Bien sûr les petits gabarits sont avantagés pour cet exercice délicat comme les grands joueurs sont avantagés au service. Un journaliste avait posé à Boris Becker la question (dans les années 90) du pourquoi il n’avait jamais gagné Roland Garros. Ce à quoi le joueur allemand  répondit avec malice :

Tu as vu comment je suis taillé ? Moi si jamais sur terre battue je suis embarqué d’un côté, jamais je peux revenir.

Conseils tactiques bonus :

Pour finir, quelques conseils tactiques pour profiter au mieux des spécificités de la terre battue :

  • Croisez, croisez, croisez vos frappes et ne jouez long de ligne que si vous êtes sûr de mettre en sérieuses difficulté votre adversaire. Ce qui est vrai sur dur l’est encore plus sur terre battue ou le contre-pied est « mortel »
  • En attaque, déplacez votre adversaire. Alternez court-croisé et croisé long dans le coin inverse vous provoquerez la glissade à coup sûr. Et qui dit glissade dit retard suivi d’un coup de défense en chandelle… (un régal, si vous savez smasher)
  • Alternez croisé et court-croisé. La combinaison qui, alternée avec celle du dessus, oblige votre adversaire à un double changement de direction. C’est presque impossible à négocier.
Déplacer son adversaire, maître mot de la stratégie sur Terre Battue © mirsasha

Credit photo image mise en avant : mirsasha

Partagez cet article !

Posté par Vincent

Articles liés

0 commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.