La boutique du tennis

Comment j’ai amélioré mon coup droit à l’aide d’un professeur agrégé de physique et d’un génie du tennis

coup droit Vincent

©Gilles Lazenec

Lors de ce dernier mois particulièrement instructif pour mon coup droit, j’ai pu faire mesurer la vitesse de ma frappe, connaître les principaux correctifs à y apporter (en vidéo) et apprendre les secrets de fabrication du fantastique drive de Roger Federer.
Quand Fabien Vol du blog progresser-au-tennis m’a expliqué son projet de mesurer la vitesse des coups droits de joueurs de niveaux différents et qu’il m’a proposé de participer, j’ai tout de suite accepté. Je savais que je pouvais faire confiance à ce double spécialiste du jeu de tennis et des sciences physiques pour réaliser une étude d’une grande rigueur.

Mesure de la vitesse de mon coup droit

J’ai joué mes coups droits contre un mur à une distance suffisamment longue pour que je puisse frapper à plusieurs reprises des balles puissantes. Je me suis bien gardé de jouer de trop loin pour garder le minimum de contrôle nécessaire. J’étais dans l’obligation de jouer droit devant moi pour que Fabien puisse prendre correctement les mesures de vitesse. La vidéo ci-dessous vous explique le protocole scientifique.

Il est intéressant de constater qu’en coup-droit, la tête de la raquette va en moyenne 2,2 fois plus vite que la main. Dans mon cas particulier, il s’avère que je pourrais grandement améliorer la vitesse de ma main qui accuse un sérieux (trop grand ?) retard par rapport à la raquette (voir vidéo).

La deuxième chose que j’ai retenu, c’est la différence de vitesse entre mon coup droit et mon revers. En effet, j’ai un coup droit (que je considère comme mon point faible) avec une faible amplitude, un plan de frappe souvent trop reculé ainsi qu’un relâchement très relatif. Mon revers en revanche est assez ample avec un plan de frappe avancé et pourtant la vitesse générée est beaucoup plus faible (96, 93 et 85 km/h contre 120,145 et 138 km/h pour le coup droit).

extrait du tableau de mesure des vitesses ©Fabien Vol

extrait du tableau de mesure des vitesses ©Fabien Vol

2 Analyse de ma technique et conseils pour frapper plus fort

Mon plan de frappe n’est pas assez avancé.

Plan de frappe bien avancé ©Hannah swithinbank

Plan de frappe bien avancé ©Hannah swithinbank

La conséquence est que la course de ma main est raccourcie et que la prise d’élan de celle-ci pourrait être plus importante. Fabien suggère que cela pourrait être corrigé par un plus grand écartement des pieds (ce que je fais sur la dernière balle plus courte).
Avoir comme objectif de frapper sa balle devant son pied avant (gauche pour moi) est généralement un bon repère pour bien frapper.

Ma fin de geste est trop élevée

Ma raquette part trop vers le haut et pas assez vers l’avant. Je pourrais mieux traverser la balle.

Fin de geste correcte pour une bonne traversée de balle ©Mariane Beavis

Fin de geste correcte pour une bonne traversée de balle ©Mariane Beavis

Je manque de relâchement au niveau de l’épaule.

Cela m’empêche de créer un retard du bras par rapport aux épaules lors du dévissage. L’observation de ce détail technique est génératrice d’énergie et de vitesse à la frappe.

Retard de la raquette par rapport à l'épaule ©mirsasha

Retard de la raquette par rapport à l’épaule ©mirsasha

Apprendre le coup droit de Federer

Le hasard a fait que j’ai échangé quelques balles avec Jean-Pascal Roussat du site Free Tennis le jeudi 5 novembre 2015. Il m’a présenté sa dernière formation de tennis dont le sujet est précisément rien moins que l’apprentissage du coup droit de Roger Federer.

J’avais déjà joué il y a deux ans avec Jean-Pascal (novembre 2013) et il m’avait montré à l’époque des exercices (que vous pouvez retrouver sur sa formation en ligne) dans le but d’améliorer mon coup droit. Pour avoir suivi son enseignement à deux ans d’intervalle, je peux vous assurer qu’il a vraiment creusé son concept.

Le relâchement incarné ©Marianne Beavis

Le relâchement incarné ©Marianne Beavis

Sans dévoiler les secrets de sa nouvelle formation (qui se fera en réel sur les courts et qu’il vous proposera très bientôt sur son site), Jean Pascal m’a fait découvrir des exercices visant à améliorer mon plan frappe, le relâchement de mon poignet (et du reste du corps), l’accompagnement/fin de geste, le rôle de ma main gauche, la bonne pression des bons doigts sur le manche à l’impact et plein d’autres astuces pour que bras puisse « passer » le plus facilement possible.

L’avantage est que j’ai pu précisément travailler avec le cours de Jean-Pascal, les trois points d’améliorations qu’avait pointé Fabien Vol dans sa vidéo (plan de frappe, fin de geste et relâchement de l’épaule).

Le rôle de la main gauche : un point clé ©Haar Ramusen

Le rôle de la main gauche : un point clé ©Haar Ramusen

J’ai trouvé le résultat de ce cours vraiment étonnant avec la découverte d’une sensation inédite pour moi de pouvoir envoyer la balle avec une grande vitesse sans forcer le moins du monde. C’est le résultat de la magie du relâchement. La grande qualité de ce cours est de démontrer par l’exemple que c’est une sensation à la portée d’un maximum de joueur et joueuses amateur.

La contrainte de cette nouvelle manière de jouer ses coups droits et qu’elle demande un engagement total au niveau du relâchement (vous aurez noté le paradoxe) et donc un peu de pratique en dehors de toute compétition pour pouvoir bien ancrer en soi cet outil révolutionnaire.

J’ai alterné depuis cette séance initiale des passages très brillant ou mes partenaires de jeu ont pu sentir une très nette augmentation de la vitesse de ma balle en coup droit et quelques passages ou je commettais des fautes de longueurs ou de filet. Cepandant est-il vraiment possible de passer sans transition d’un geste bien crispé à un geste total relax?

Je vous invite à réagir dans les commentaires en m’évoquant, par exemple, votre propre coup droit et à me poser vos questions si vous en avez.

Cette entrée a été publiée dans technique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Comment j’ai amélioré mon coup droit à l’aide d’un professeur agrégé de physique et d’un génie du tennis

  1. Sam dit :

    Merci pour ton blog qui depuis que je l’ai découvert m’aide beaucoup pour mon tennis. J’ai une question sur ce fameux coup droit, j’ai discuté récemment avec mon nouvel entraîneur quand il m’a vu joué comme à la veille école avec un placement de coup droit bien perpendiculaire au filet, pied gauche en avant. A priori maintenant pour faire un bon coup droit on est moins tournée et surtout on a le pied droit devant. J’ai vu les deux « styles » dans ta video, et les images de Federer montre la seconde option. Est ce que ça fait parti des conseils de ton ami pour un bon coup droit ?

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Sam,

      Ce que tu semble évoquer ici sont les appuis à la frappe. Trois positions de pieds sont correctes :

      Les appuis en ligne (enseignés traditionnellement aux plus jeunes pour débuter et connotés « vieille école »). Les pointes de pied tracent une ligne perpendiculaire au filet. Le joueur démarre de profil pour terminer de face.

      Les appuis ouverts (plus caractéristique d’un tennis moderne plus exigeant physiquement). Le joueur démarre de face avec une ligne des pointes de pied pratiquement parallèle au filet (le pied gauche est néanmoins toujours devant). Le joueur tord son buste pour le placer perpendiculairement au filet et pousse sur son pied arrière pendant qu’il revisse son buste.

      Les appuis semi-ouverts (intermédiaire entre les deux premiers)

      Pour que tu puisses visualiser, je te renvoie à ma vidéo.

      http://blog-tennis-concept.com/appuis-tennis-coup-droit/

      J’utilise personnellement les différents styles selon les situations avec une prédilection pour les appuis ouvert et semi ouvert (je suis droitier du pied et il est naturel pour moi d’utiliser la puissance de ma jambe droite). J’utilise les appuis en ligne pour traverser la balle sur les balles courtes.

      Bonne continuation dans tes recherches d’appuis

      Vincent

      PS: Pour les conseils prodigué : Fabien Vol me conseille de plus écarter mes jambes pour mieux transférer l’énergie vers l’avant et Jean Pascal Roussat à surtout insisté sur le haut du corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *