La boutique du tennis

Tennis et régularité : la solution oubliée

Il est généralement courant d’associer le jeu de tennis d’attaque à un jeu risqué aux résultats aléatoires et le tennis d’attente de fond de court à un jeu sûr aux résultats réguliers . On a par ailleurs l’habitude d’appeler ce dernier style de tennis prudent, le tennis pourcentage. Pourtant, un jeu d’attaque, s’il est bien pensé, peut vous permettre d’atteindre une grande régularité dans vos résultats sportifs. Il suffit pour cela de respecter plusieurs principes.

Mardy Fish volleye

Avec un peu d’exercice vous vous sentirez au filet comme un poisson dans l’eau ©Elentary86

Fermez les yeux et réfléchissez à votre représentation mentale d’un jeu de tennis de style régulier. Que voyez-vous ?
Des balles qui passent largement au-dessus du filet, du lift qui va atterrir au milieu du court pour ne pas donner d’angle à l’adversaire, des balles coupées, des longs échanges, des balles croisées, des lobs de défense, des balles dans les pieds…
On imagine rarement, dans ce cas de figure, un joueur ou une joueuse monter au filet immédiatement derrière son service ou après avoir frappé son retour.

Je me suis souvent entendu dire à l’époque où je pratiquais un jeu d’attaque débridé

Tu montes beaucoup au filet, tu prends des risques

Or je prétends, mais c’est une autre histoire, que beaucoup de joueurs prennent des risques en ne montant pas au filet quand ils en ont l’occasion, particulièrement sur les balles importantes.

Vaincre ses idées reçues sur le tennis d’attaque

Il est d’autant plus difficile d’imaginer un jeu d’attaque régulier aujourd’hui que les meilleurs joueurs pros actuels (2013) montent, en définitive, peu au filet. Moi qui ai beaucoup suivi le tennis dans les années 80, je me rappelle des formidables bilans des meilleurs attaquants de l’époque.

En 1983 Martina Navratilova affichait un palmarès riche de 86 victoires pour une unique défaite.

En 1984 John Mac Enroe comptabilisait 82 victoires pour 3 défaites.

Navratilova volleye par mirsasha

Aujourd’hui encore Martina peut donner des leçons de tennis d’ attaque à beaucoup de jeunes joueuses ©mirsasha

Pourtant ces deux grands champions se ruaient au filet à la moindre occasion et étaient des adeptes du jeu à filière courte voir très courte. Ils marquaient le point le plus souvent en trois coups de raquette. Alors, comment qualifier la nature de leurs performances (ils gagnaient systématiquement) autrement que de particulièrement régulière.

A presque tous les niveaux, les purs attaquants et attaquantes qui montent systématiquement au filet derrière leur service et derrière les deuxièmes balles de service adverses sont souvent très craints. Ils sont considérés comme de véritables poisons pour leurs adversaires.

Passer à l’attaque n’est pas forcément prendre un risque. C’est souvent au contraire mettre les meilleures chances de son côté pour gagner le point. Voici donc les principales clefs à connaître pour gagner en régularité dans votre jeu d’attaque.

Travailler la qualité de son approche au filet

Une volée tranquille sur laquelle on est idéalement placé : Le rêve.©mentalblock_DMD

Une volée tranquille sur laquelle on est idéalement placé : Le rêve ©mentalblock_DMD

André Agassi, du temps de sa splendeur, affichait des pourcentages de réussite impressionnants à la volée puisqu’il y remportait régulièrement plus de 85 % des points qu’il y disputait. Cela en faisait-il un volleyeur exceptionnel ? Pas nécessairement, dans la mesure où c’était plutôt ses approches qui étaient exceptionnelles de profondeur et de précision. Arrivé au filet, il ne lui restait plus qu’à déposer une volée facile pour remporter le point.

Si on monte au filet dans de bonnes conditions, l’adversaire à 50 % de chances de rater la balle et de faire la faute sans que l’on n’ait rien d’autre à faire. Si l’on poursuit ce raisonnement, il suffit donc de réussir un minimum de volées gagnantes pour faire passer la balance du bon côté et gagner une bonne majorité de points.

Trouver les bonnes zones de jeu pour ses approches

le sens de la volée

Si vous ne vous sentez pas de conclure directement, pensez à volleyer en deux temps ©mentalblock_DMD

Le poids de l’expérience est primordial dans l’acquisition d’une bonne qualité d’approche. Car comment trouver les bonne zones, les bonnes trajectoires et les bons effets, sinon en les testant sur le court en match officiel. Je précise en match officiel (dans une compétition homologuée) car il existe nombre de joueurs qui pratiquent un jeu d’attaque flamboyant à l’entraînement avant de se muer en défenseurs compulsifs quand il y a un enjeu. Seule l’épreuve du feu vous permettra d’apprécier si telle ou telle attaque va gêner votre adversaire ou au contraire va vous exposer à une contre-attaque foudroyante.

Sachez tout de même que plus votre approche est longue, plus les possibilités de répliques de votre adversaire seront faibles. Sachez jouez aussi avec les hauteurs de balle pour obliger votre adversaire à plier les jambes ou à le faire jouer au-dessus de l’épaule. Provoquer chez votre adversaire une course vers l’avant sur une balle basse est aussi une variante à explorer.
N’hésitez pas non plus à monter derrière un coup que vous considérez comme raté (méthode Marc Billaut). Votre adversaire aura peut-être du mal à produire un bon coup de défense derrière et vous aurez peut-être trouvé un point faible de manière fortuite.
Enfin ne vous laissez pas surprendre par les lobs. Si vos attaques sont vraiment bonnes, le lob sera souvent une des seules réponses valables pour vos adversaires.

Se montrer patient, une qualité maîtresse de l’attaquant

drop volley par Mark Broclehurst

Comme pour les blagues, les volées les plus courtes sont souvent les meilleures ©Mark Broclehurst

Soyez patient, le pourcentage de réussite des passings et lobs adverses à tendance à diminuer au fil du match. Et il est généralement plus usant de jouer systématiquement le contre que d’attaquer sans relâche. Si vous êtes mené en début de match après avoir attaqué, ne renoncez pas trop vite à monter au filet et continuez à chercher la faille chez le défenseur. Votre obstination sera souvent récompensée.
Si vous pratiquez régulièrement le jeu d’attaque et que vous vous exercez suffisamment à la volée, vous finirez par acquérir le fameux instinct du volleyeur qui vous permettra de décoder les défenses adverses, de choisir la volée appropriée et de conclure le point, sans trop réfléchir. Vous pouvez, à ce propos, considérer chaque montée au filet en match officiel comme un investissement sur votre tennis. Y compris (et surtout) si vous vous faites passer facilement.

Finalement, la principale difficulté de l’attaquant qui maitrise le jeu de volée est de prendre la décision de monter au filet sans se poser cette fois trop de questions.

Cet article m’a été inspiré par une conversation que j’ai eu au début de l’année avec Gilles un enseignant expérimenté du club de tennis du SNUC de Nantes. Il a su m’éclairer sur un certain nombre de points fondamentaux du tennis d’attaque et m’a conforté dans l’idée que l’on pouvait être à la fois un joueur attaquant et un joueur régulier.

Et vous, pensez-vous que vous montez suffisamment au filet ? Avez-vous peur d’avancer dans le court ou au contraire pêchez-vous par un comportement trop téméraire. J’attends vos réactions dans les commentaires ci-dessous.

Cette entrée a été publiée dans Compétition, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

27 réponses à Tennis et régularité : la solution oubliée

  1. José 16 dit :

    allez !!! je le fais cet a-m et demain matin !!! résultats dimanche soir !!!!!

    • Vincent Bonnin dit :

      Oui, José.
      Et quel que soit le résultat (que tu aura pris le soin d’analyser), l’important est de se lancer.

      • José 16 dit :

        grand plaisir en double de monter aprés avoir retourné long ( avant je restais fond de court ) en + match gagné samedi et dimanche gagné en simple sur un  » vrai  » 30/4 ( je suis 30 ) mais il a
        fallu que je méne 5 /0 pour me lacher et attaquer pour venir finir à la volée !!! heureusement mon capitaine d équipe m y a incité sinon j aurais peut etre attendu de mener 6/0 4/0 avant d y aller !!!! les habitudes ont la vie dure !!!

        • Vincent Bonnin dit :

          Bravo José,

          Et félicitation à toi de jouer le double en équipe. c’est une excellente occasion de frapper des volées dans un contexte de match à enjeu.
          Je dois avouer que moi aussi j’ai du me faire violence pour monter au filet lors de mon dernier match. Mais comme pour bien d’autre chose, c’est la première montée au filet qui pose problème. Après les choses ont tendance à se débloquer.

  2. Salut Vincent,

    je me pose une question.

    Quand Mac Enroe plonge au filet pour marquer son point par ex. en service volée, il réfléchit à tout ça?…ce n’est pas en fait de l’instinct chez les grands champions?

    Du travail bien sûr, mais il y a quand même un don qui fait qu’ils n’ont pas besoin de réfléchir à tant de choses avant de taper dans la balle?

    Maintenant, de temps en temps un beau service volée c’est beau, mais ça nous prive de longs échanges parfois remarquables 🙂 .

    @+
    Christian.

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Christian pour ta participation,

      Le jeu au filet est en grande partie instinctif voire même intuitif et c’est ce que j’apprécie dans cet exercice.

      Moi qui ai tendance à me poser beaucoup trop de question quand je frappe des balles en fond de court, jouer au filet me repose l’esprit puisque je n’ai plus le temps de m’en poser.

      Maintenant, quand vous voyez un volleyeur plonger systématiquement du bon côté pour intercepter les passings shots adverses dites vous qu’il y a toujours un sacré travail d’analyse de l’adversaire derrière.

      Quant au cas Mac Enroe, il ne faut pas oublier qu’il était à la fois numéro un en simple et en double. Ce qui faisait qu’il était probablement le joueur pro qui volleyait le plus et par conséquent le plus fort dans ce secteur du jeu.

      Big Mac n’hésitait pas à monter au filet derrière des attaques courtes et basse pour provoquer des duels au filet. Des duels dans lesquels ils avait presque toujours le dernier mot.

  3. Véro dit :

    Bonjour Vincent,

    Je me suis mise au tennis il y a un peu plus d’une année, et ce blog est une source d’explications que j’apprécie beaucoup, merci pour la qualité de ton blog.

    La volée, est un exercice qui me plait beaucoup et que j’aimerai développer … Actuellement je fais parti de ceux qui le pratique à l’entrainement mais qui en match officiel préfère la « sécurité » du fond de court.
    Il y a qq temps j’ai voulu le mettre en place pendant un match officiel après 3 tentatives 3 fois lobés, je suis retournée au fond du court définitivement…
    Je monte au filet sur les balles courtes de mon adversaire en faisant une balle d’attaque plutôt croisée … Faut-il monter au filet tout de suite ou attendre que l’adversaire ai tapé la balle pour éviter le lob ? À t-on plus de réussite avec une balle d’attaque long de ligne ? Faut-il se placer à la volé : au milieu du terrain, face à l’adversaire ou se décaler ?
    Qq questions que je me pose sur le sujet.

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Vero,

      Merci pour ton témoignage. Je te rassure, tu n’est pas la seule à monter au filet à l’entraînement et à rester au fond en match. Je monte moi-même beaucoup plus au filet à l’entraînement qu’en match en ce moment.

      Si tu es monté trois fois lors de ton dernier match et que tu t’es fait lober trois fois, il est nécessaire d’analyser comment tu as avancé vers le filet.

      A la question faut-il monter tout de suite ou attendre que l’adversaire ai frappé la balle, je te répondrais : il faut démarrer tout de suite et marquer un temps d’arrêt quand l’adversaire frappe la balle. Ce temps d’arrêt doit être consacré à ce qu’on appelle la reprise d’appuis.

      Tu est alors disponible face au filet, tête de raquette en l’air devant toi, les jambes fléchies et écartées sur la pointe des pieds. Dans cette position tu peux attendre tranquillement de décoder la trajectoire de la balle et partir à droite, à gauche, continuer à avancer ou bien lever les bras et reculer pour smasher.

      Un des défaut des attaquants débutant est de se précipiter au filet pour frapper le plus vite possible une volée gagnante près du filet. Une fois compris et assimilé le principe (et le tempo) de la reprise d’appui, tu va pouvoir capter beaucoup plus de balles au filet et conclure en deux temps comme tous les grand volleyeurs.

      pour comprendre les différents type de volées

      http://blog-tennis-concept.com/les-diffrents-types-de-voles-au-tennis/

      pour comprendre ou se placer et se replacer y compris quand on monte au filet

      http://blog-tennis-concept.com/la-theorie-des-angles-au-tennis-le-replacement/

  4. cheyenne dit :

    Tactiquement, je fais service-volée quand je mène 40/0,ou 40/15 (c’est à dire quand j’ai une petite marge d’erreur au score) pour surprendre l’adversaire avec un service lifté légèrement sur le revers de l’adversaire (référence guy FORGET). Ou alors, retour très avancé et volée sur deuxième balle de l’adversaire quand il est à 0/40 ou 15/40 (cela provoque souvent sa double faute!)

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Cheyenne,

      Ne serais-tu pas gaucher par hasard, toi qui prend pour modèle Guy Forget dans le domaine du service-vollée ?

      En tout cas je te félicite pour tes excellentes prises d’initiatives dans les moments importants.

      Monter au filet dans les moments clés du match surprend effectivement l’adversaire tout en créant chez lui un sentiment d’insécurité qui lui fait commettre des fautes.

      Il m’arrive d’utiliser le service-volée et le retour volée quand je suis mené 0-40 ou 40-0 et que je sens que mon adversaire attends mes erreurs pour gagner le jeu (services mous et retours flottants). Il ne veut pas conclure : tant pis pour lui !

  5. Bonjour,

    Joli « contre-pied » a ce qu’on entend souvent lorsqu’on parle de régularité au tennis puisque tu abordes la régularité dans le sens où celle-ci peut aussi s’installer en « jouant son jeu » et pourquoi pas son jeu d’attaque.

    Utiliser ses points forts, les travailler, les automatiser permet d’atteindre cette régularité, y compris dans le jeu d’attaque.

    Alors à l’attaque!

  6. Loetitia dit :

    Salut,

    Super article une fois encore!

    J’ai joué mon premier match officiel !! Et J’ai gagné (dernier set au tie-break 11 à 9)!

    J’adore monter au filet, mais mes tentatives ont échoué je suis montée 2 fois sur des balles courtes, et 2 fois lobée… alors j’ai évité dans le reste du match.
    Bon faut dire que c’était super lent et mes attaques du coup pas assez tranchantes. Mon adversaire ramenait tout…

    • Vincent Bonnin dit :

      félicitation loetitia pour ta victoire,

      Bien volleyer en match demande un peu de pratique. Tu as tenté deux fois sur ton premier match, c’est un bon début.

      Pour bien contrer un lob, il est nécessaire de bien s’entrainer au smash et surtout d’apprendre à enchainer lors de tes séances volées et smash.

      Ensuite il faut te laisser le temps de bien décoder la réponse adverse à ton attaque et pour cela rien ne vaut une reprise d’appuis effectuée au bon endroit et au bon moment.

      http://blog-tennis-concept.com/7-erreurs-attaque-tennis/

      Vincent

      • Jeff dit :

        Bonjour à tous,
        encore une fois je me retrouve dans cet article.
        avec une différence quand mème c’est que je n’arrive pas toujours à monter au filet au bon moment. Pourtant je suis certain que ce serait la clé d’une progression que j’espère j’y crois ; j’ai 59 ans et joue depuis 8 ans je prend des cours mais je joue encore trop « en reculant ».
        je suis à la recherche de solutions. je suis 30/1 mais quand je joue à classement égal, il faut vraiment que je « m’arrache » pour gagner, je suis certain que si j’étais plus offensif, ce serait plus reposant.
        C’est pour cela que je dévore tous les articles sur la technique et la gestion des matchs.
        A très bientôt.
        JF

        • Vincent Bonnin dit :

          Merci Jeff pour ton témoignage,

          Oui, monter au filet plus souvent te permettra de t’économiser physiquement de manière certaine.

          Seulement jouer en avançant, monter au filet est plus exigeant au niveau mental surtout si on y est pas habitué.

          C’est pourquoi il faut que tu sortes progressivement de ta zone de confort du fond de court pour prendre la balle plus tôt et pour être à l’affut de la bonne occasion pour monter.

          Et trouver le bon moment pour monter en match, suppose d’expérimenter et d’accepter de faire de grosses erreurs de timing.

          Heureusement après un peu de pratique, monter au filet (au bon moment) devient une seconde nature.

          Bon courage à toi et sache apprécier chaque montée au filet réussie, elle te permettra de te rapprocher de ton but.

          Vincent

  7. philippe g dit :

    bonjour , a tous , je voulais ouvrir un blog sur …le tennis ! 3 ans de retard.
    Et bien tant pis , je participe au tien .
    J’ai moi aussi repris le tennis a 40 ans et en utilisant ma tete , suis passé de 30 (20 ans ) a 15/4 42 ans .
    Je pense malgré tout que qq soit l’age ,il faut des qualités particulieres pour passer le cap des 15/3 , notamment une explosivité musculaire naturelle difficile a travailler .

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Philippe pour ta participation,

      Je te félicite tout d’abord pour ta progression et d’avoir amélioré ton meilleur classement de 30…20 ans après.

      Pour la question des qualités musculaires je suis précisément en train d’étudier le problème en ce moment. Tu peux compter sur moi pour aller interroger des experts de classe internationale sur le sujet.

      http://blog-tennis-concept.com/paul-quetin-expert-preparation-physique-tennis/

      D’autre part, si tu est bloqué par la porte de l’ explosivité musculaire, n’oublie jamais qu’au tennis, il est possible de passer par la fenêtre en développant des qualités paralèlles.

      Je connais un joueur de seconde série qui n’est pas du tout explosif musculairement (plutôt lent même). Maintenant, il possède un excellent coup d’oeil, une grande intelligence tactique, beaucoup de volonté et une technique impeccable.

      Tu es le bienvenu sur mon blog, pour commenter mes articles et sache que si l’envie te prend de franchir le cap de la création de ton site, tu peux compter sur mon entier soutien moral.

  8. SALAH Swi dit :

    Bonjour a tous et ravi d’etre parmi vous et merci

  9. alain G dit :

    Bonjour Vincent,

    Je me classe plutôt dans la catégorie joueur de fond de court (sénior+) et pourtant, j’adore venir au filet et y suis assez adroit (au dire de mes partenaires d’entraînement).
    En match officiel, je commence toujours à monter dès qu’une balle courte se présente.Si ma volée (ou mon smash) est réussie, je continue dans ce schéma, par contre, si je me prends un passing ou un lob, retour définitif en fond de court (ou plutôt en fond de salle).
    Autrement dit, tant que mes montées au filet sont fructueuses, je continue, mais dès que je manque ma volée, je reprends mon jeu de fond de court, (peut-être un manque de confiance).

    Je regarde souvent les champions à la télé et je m’aperçois que lorsqu’un joueur monte à la volée, dans environ 90% des cas, son adversaire tente un passing.
    Dans ma catégorie d’âge, c’est plutôt 90% de lob que tentent mes adversaires, ce qui rend plus périlleuses les montées au filet.
    Existe-t-il une stratégie particulière pour contrer ce type de défense (lob presque systématique) ?

    Merci pour ton blog

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Alain,

      Permet moi tout d’abord de te remercier pour ton commentaire et de te féliciter de savoir saisir les opportunités qui se présentent à toi de monter au filet. Quel dommage,en effet, que quelques lobs te refroidisse dans tes ardeurs.

      Pour contrer le lob, quand il est systématique, je te propose tout d’abord de travailler sur ta reprise d’appui qui doit se faire au bon moment, c’est à dire quand ta balle rebondit dans le terrain adverse et au plus tard quand l’adversaire touche la balle. En effet quand on monte au filet tout va plus vite et surtout la réaction de l’adversaire. En opérant ta reprise d’appui plus tôt tu évitera d’être trop près du filet et donc de pouvoir parer plus facilement le lob adverse par un smash.
      Il m’est arrivé devant des lobeurs systématique, d’enchainer service-volée en m’arrêtant systématiquement à proximité de la ligne de service. A cette distance il n’y plus qu’a lever les deux bras pour préparer son smash.

      Mais même quand on prend ses précautions de la sorte, certains spécialistes du lob sont capables, tels des métronomes, d’envoyer des chandelles 5 cm avant la ligne de fond avec une régularité incroyable. Contre ceux-ci, il est important de déplacer l’adversaire afin de l’obliger à frapper après une course. Généralement, cela entraîne un raccourcissement du lob.

      Enfin, pense à bien t’entrainer à chaque séance à smasher 5 minutes ou encore mieux à enchainer volée et smash pendant 10 minutes.

      Un exercice que j’aime beaucoup consiste à démarrer de la ligne de service, à venir frapper une volée que le partenaire aura pris soin de jouer courte et d’enchainer ensuite sur un smash. Le joueur au filet entraîne ses déplacement vers l’avant et l’arrière, tandis que le joueur au fond s’exerce à jouer tantôt court quand le volleyeur est loin tantôt le lob, quand le volleyeur s’est approché.

      Bon courage à toi

      Vincent

  10. Guy dit :

    Bonjour

    Bravo pour ce blog qui est très intéressant et sort du discours conventionnel. On sent le vécu et l’analyse qui va avec en termes de jeu. En ce qui me concerne, j’ai un profil d’attaquant et je n’ai plus de doutes là-dessus. Je suis longtemps resté au fond du court à prendre des initiatives trop risquées et à perdre mes match. Je plafonne à 30/2 et gagne rarement au-delà. Depuis quelques temps, je me suis dit que ça ne pouvais pas être pire et j’ai donc entamé une transition vers un jeu de service-volée et montées au filet dès que possible dans le jeu. Je remarque effectivement qu’en match d’entraînement, j’ai un premier set difficile ou perdu et que la machine se met ensuite en route avec un déclin de l’adversaire (une usure) et des fins de match plus faciles avec de nombreux services-volée gagnants. J’ai voulu tester ce jeu en tournoi et là, catastrophe ! Des services mauvais ne me permettant que peu de monter dans des bonnes conditions, des fautes au fond du court ou sur les attaques. J’imagine que cette transition ne se fait pas en un match mais depuis cette expérience, mon jeu a perdu de son efficacité. Je manque par ailleurs de confiance en moi et aussi certainement je dois améliorer mon approche au filet (surtout la reprise d’appui). C’est donc vrai que ce jeu est porteur et que l’on peut y être régulier mais c’est très difficile en tournoi officiel avec le stress d’être lucide et efficace. Je pense que je dois persévérer et accepter les défaites pendant quelques temps tout en continuant à améliorer mon approche au filet (au service et dans le jeu), en espérant que cela paiera. On me dit souvent que je peux jouer 30 ou 15/5 par rapport à ma technique et à mes match amicaux, mais je n’arrive pas à l’exprimer en tournoi…

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Guy,

      Le tennis d’attaque est au jeu de fond de court ce que la peinture à l’huile est à la peinture à l’eau. C’est bien plus beau, mais c’est aussi plus difficile ou tout du moins, pour être un peu plus sérieux, un jeu d’attaque met plus de temps à se mettre en place qu’un jeu de rameur de fond de court.

      La confiance, que tu recherche pour devenir plus performant en match officiel, est un processus cumulatif. Tu dois donc t’appuyer après chaque match sur les succès que tu as pu obtenir dans tes objectifs technique (exemple : effectuer plus de x montée au filet) indépendament du résultat du match. En fait, tu dois même mettre la priorité sur ces objectifs avant de chercher à remporter le match. En testant cela, tu va t’apercevoir que ton stress va légèrement diminuer et le résultat final pourrait bien te surprendre.

      A l’entrainement, focalise toi sur les détails les plus important comme la reprise d’appui et le replacement au filet, pour donner le moins d’angle possible à ton adversaire. Ces points qui te posent aujourd’hui problème doivent se faire de plus en plus automatiquement.

      Travaille ton service dès que tu peux afin qu’il soit le plus régulier et précis possible. Un bon service pourra te permettre d’enchainer régulièrement au filet et ainsi d’augmenter ton temps de jeu à la volée. A force de succès au filet, la confiance va s’installer progressivement et tu pourra alors tenter la montée de plus en plus souvent et ainsi de suite.

      Bon courage à toi, tes interrogations montrent que tu es sur la bonne voie

      Vincent

  11. BenjaminS dit :

    Je trouve cet article excellent ! Merci ! Je suis classé 30/1, et j’ai un esprit d’attaquant, mais je suis forcé de jouer défenseur car je fais trop de fautes sur mes approches. C’est frustrant, mais je n’ai pas encore trouvé de solution, notamment face au pousseur de balle, mes attaques étant trop faibles (et très souvent faute ^^)

    J’ai gagné un match l’année dernière par une tactique de « volée a outrance », parce que j’étais cuit physiquement apres 3 matchs en 2 jours, et par chance mon adversaire n’avait pas d’attaque foudroyante a son arsenal. Une balle longue et haute, suivie a contretemps au filet, était notamment très efficace.

    En tout cas, c’est le tennis que je vise pour pouvoir progresser et (enfin) m’amuser, mais cela nécessite beaucoup de concentration et une forte progression sur mes attaques.

    Ce que j’ai appris avec le jeu, c’est qu’une attaque, pour etre réussie, nécessite un bon placement évidemment (donc des jambes ^^), bien fixer les appuis, et etre très concentré sur la balle (notamment la regarder jusqu’au bout !). Lorsque je combine le tout, mon taux de succès augmente. Par contre, pas facile de tenir tout ca sur un match complet.

    Merci pour les conseils et l’analyse en tout cas !

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Benjamin pour tes encouragements,

      Pour ce qui es de réussir tes attaques plus régulièrement, si tu pratiques en match tu va t’améliorer et rentrer petit à petit dans le cercle vertueux ou tes adversaires vont finir par craindre tes attaques, faire plus de fautes ce qui va renforcer ta confiance.
      La concentration nait de l’intérêt pour ce que l’on est en train de faire. Si le jeu d’attaque te plait, tu vas naturellement être de plus en plus concentré en le pratiquant.

      Un conseil bonus pour la route: essaie de te replacer au fil des matchs de plus en plus près de la ligne de fond. Plus avancé dans le terrain les opportunités d’attaque vont se multiplier (en plus, contre les rameurs, prendre la balle tôt est une très bonne option).

      Bon courage et en avant toute !

      Vincent

  12. Hurel dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre blog et nombreux conseils que je découvre aujourd’hui avec intérêt.
    J’ai 52 ans et après de nombreuses années pendant lesquelles je jouais avec 1 ou 2 partenaires 1 heure par semaine au maximum, j’ai repris un entraînement collectif hebdomadaire.
    J’ai la chance d’avoir un super prof et des camarades de cours qui jouent bien mieux que moi (entre 30-2 et 30) et je me suis accroché.
    Je me suis pris au jeu et après être passé à un revers à 2 mains pour raison de tennis elbow récurrent, j’ai progressé avec des hauts et des bas en particulier physiques.
    J’ai retenté un tournoi il y a 2 ans et j’ai été classé 30-5 et l’année dernière, j’ai perdu mes 2 1ers tours puis cette année, même schéma à savoir : petit bras en coup droit, jeu sans observation de l’adversaire au centre du court et double faute aux pires moments. Et les 2 derniers adversaires avaient un jeu à base de revers coupés et services relativement pauvres, … Mais ils m’ont fait déjouer et me contracter.
    Je n’abandonne pas l’objectif de jouer aussi bien que je peux le faire et vais essayer de me relâcher et d’appliquer tous vos conseils.
    J’ai lu vos recommandations en matière de livres et si vous avez une recommandation particulière pour mon cas, je suis preneur.
    Encore merci et à bientot,
    Jean-Louis

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Jean-Louis,

      Je te félicite pour ta motivation à faire des tournois malgré les difficultés. D’après ce que tu me décris je ne vois rien que des difficultés classiques pour ton niveau.
      1 Il est très difficile d’observer son adversaire quand on est concentré sur sa technique. C’est à partir d’un certain niveau d’automatisme à la fois technique (parvenir à toucher des cibles régulièrement) et tactique (quand jouer l’attaque et la défense) que l’on commence à vraiment pouvoir onserver son adversaire. En attendant, n’hésites pas à observer des matchs opposant des joueurs de ton niveau en essayant de trouver par toi-même les point forts et points faibles respectifs de chacun.

      2 Le petit bras en coup droit est un grand classique pour les joueurs d’entrée de classement. Ce coup nécessitant, pour être bien réalisé, un grand relâchement, c’est compliqué au départ.
      Entraînes-toi à jouer en diagonale en partant d’une distance respectable derrière la ligne de fond, cela t’obligera à frapper fort et…relâché.

      3 Pour le service, qui est le coup le plus complexe du jeu c’est pareil. Le moindre grain de sable (légère crispation) et le geste se détraque complètement (ça arrive même aux meilleurs). Je ne saurais que te conseiller de travailler ton service régulièrement (toutes les semaines par exemple) et d’insister sur le travail des deuxièmes balles (sans jamais forcer).

      Pour les livres je te recommande plutôt un ouvrage technique afin que tu puisse compléter ta boite à outil de coups. Le tennis, comment par Franck Borel est un pavé un peu difficile d’accès dans un premier temps mais très complet et sur lequel je reviens régulièrement quand j’ai des interrogations à ce niveau.

      Bonne continuation

      Vincent

      • HUREL dit :

        Bonjour Vincent,

        Un grand merci pour votre réponse détaillée et vos conseils avisés. Depuis 15 jours et mes échecs répétés, j’observe mes prestations en match amical et je m’aperçois que je peux être relâché et réussir à accrocher des sets avec mes adversaires y compris ceux qui me surclassent habituellement et à refaire de mon service un atout!
        Je vais relire vos conseils sur le site et dans votre réponse et compléter cela avec de la lecture comme recommandée.
        Je ne manquerai pas de partager mes hauts (et j’espère pas trop de bas, vu que c’est déjà fait).
        Encore merci et bien à vous,

        Jean-Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *