La boutique du tennis

Ce que vous devez absolument savoir sur les prises de raquette en fond de court au tennis (vidéo)

Pourquoi il faut deux prises distinctes (au moins) pour le coup droit et le revers de fond de court ? Quelles sont les meilleures prises actuellement ? Comment différencier les prises correctes des autres ? Quel est l’astuce technique pour gérer au mieux les changements de prise ? Je réponds à toutes ces questions dans cet article.

Les deux grandes familles de prises de raquette

Il y a deux grandes familles de prise de raquette pour moi : les prises de coup droit et les prises de revers. J’utilise le pluriel car chacune des prises va être plus ou moins ouverte ou fermée.
On dit d’une prise qu’elle est ouverte ou fermée selon que le tamis est orienté vers le ciel (ouverte) ou vers le sol (fermée).

Le bon vieux temps de la prise unique ©State Library Victoria Collection

Vous avez peut être entendu parler du mythe de la prise unique qui permet d’effectuer tous les coups du tennis et de se simplifier la vie par la même occasion. Je ne le conseille absolument pas. Pour prendre l’exemple des coups de fond de court, Olivier Letort le pape de la frappe de balle (BE3 et 10 ans d’étude sur le sujet) nous explique qu’il est impossible d’avoir une bonne frappe de balle à la fois en coup droit et en revers, si on n’a pas une prise distincte pour ces deux coups.
Je vous renvoie à cette vidéo ou je vous explique qu’en coup droit on pousse la balle avec la paume de la main et qu’en revers on pousse avec les phalanges, ce qui correspond à deux prises différentes.

Je vois deux exceptions à ce principe, la première c’est le cas du joueur ou de la joueuse à deux mains qui garde sa prise coup droit pour frapper ses revers. On parle d’une prise de revers ouverte. Cette prise est moins performante que la prise de revers à deux mains dite fermée (voir plus loin).

La deuxième exception c’est pour les joueurs qui adoptent une prise plus qu’extrême (Hawaï) en coup droit et qui peuvent jouer des revers sans changer de prise et ce avec le même côté du tamis de la raquette.

Une prise est dite fermée quand la face du tamis qui va frapper la balle est orientée vers le sol entre la fin de la préparation et la fin de l’accompagnement. Au moment de la frappe, le tamis est presque perpendiculaire au sol.

Une prise fermée facilite le lift, les courts croisés, la frappe de balle haute et oblige à un plan de frappe avancé. Les prises fermées contrarient la traversée de balle et les frappes de balles basses.

Une prise est dite ouverte quand la face du tamis est orientée vers le ciel entre la fin de la préparation et l’accompagnement. Lors de la frappe de balle, le tamis est presque perpendiculaire au sol. Vous allez me répondre que l’on peut frapper avec le tamis orienté vers le ciel à la frappe. Oui, mais dans ce cas-là, il s’agit soit d’un lob soit d’un saucisson.

Une prise ouverte facilite la traversée de balle, l’effet coupé, la frappe des balles basses. Les prises ouvertes contrarient le lift, le plan de frappe avancé et la prise de balles hautes.

Avant de commencer sur le descriptif des prises, je voudrais insister sur le fait qu’il n’y a pas de prise idéale vu que chaque personne possède une main différente et que la prise doit être adaptée à la morphologie du joueur ou de la joueuse. Ce qui marche pour un joueur, ne marchera pas pour un autre et inversement.

Les prises de coup droit

Pour cette prise j’ai simplifié au maximum donc je ne parlerai pas d’éminence hypothénar, de méplat ou de chanfrein. Je vous renvoie pour cela à cet article spécifique à la prise de coup droit.

Les deux méthodes que je connais pour trouver une prise coup droit correcte sont :

a) On fait glisser la main ouverte sur le tamis vers le manche. On obtient une prise semi-fermée ou eastern. C’est la prise utilisée par Roger Federer dans la plus grande majorité de ses coups droits.


b) On pose la raquette par terre et on la ramasse. On obtient alors une prise fermée ou semi-western. C’est la prise la plus utilisée sur le circuit pro car sans doute la prise la plus polyvalente.

C’est la prise utilisée par Rafael Nadal…Et là je sens certain d’entre vous bouillir et prêt à m’incendier dans les commentaires pour me signifier que Rafa utilise une prise extrême (western) beaucoup plus fermée. Alors, après avoir fait des recherches je me suis aperçu que Nadal avait changé de prise en coup droit en cours de carrière. Après avoir gagné deux Roland Garros en prise western, il est passé à la semi-western pour pouvoir s’imposer à Wimbledon, l’US OPEN ainsi qu’à Melbourne.

Prise extrême engagement total ©Charlie Cowins

Justement puisqu’on évoque la prise extrême (un peu plus fermée que la prise semi- western), c’est aussi une prise très utilisée au tennis particulièrement chez les pros (Djokovic, Gilles Simon ont des prises très fermées). Mais je ne la conseillerais pour un amateur que si celui-ci a des capacités physiques minimum. Jouer avec une prise extrême demande un gros engagement dans ses frappes et une adaptation spécifique aux balles basses.

Cette prise est souvent utilisée par les jeunes joueurs et joueuses qui doivent frapper beaucoup de balles hautes. Il est alors important de prendre garde à ne pas garder (fixer) ce genre de prise qui peut se montrer handicapante par la suite.

Il existe une prise coup droit plus ouverte que la prise semi-fermée c’est la prise continentale de coup droit. Cette prise n’est plus utilisée chez les pros depuis la fin des années 70. Les joueurs qui l’utilisaient prenaient beaucoup les balles en demi-volée et faisaient parfois beaucoup de fautes. (John Mc Enroe jouait avec une prise de ce type, mais il avait une flexibilité du poignet qui l’autorisait à le faire). Avec cette prise vous aurez beaucoup de mal à frapper correctement les balles situées au-dessus de la hanche ainsi qu’à donner du lift.(C’est une bonne prise pour jouer des coups droits coupés, mais j’ai choisi de ne pas surcharger mon propos avec ce coup particulier).

Moi ma préféré c’est la semi-western qui permet l’action du poignet permettant de remonter les balles basses en imprimant du lift ainsi que l’adaptation aux balles hautes.

Les prises de revers (de fond de court)

Pour trouver une prise de revers c’est encore plus simple qu’en coup droit. La base, c’est la prise marteau.
Vous faites mine de frapper le sol avec votre raquette comme vous teniez un marteau.

La prise marteau est une prise ouverte qui permet de faire des revers coupés à une main (elle permet aussi de volleyer et de servir, on le verra plus tard). A partir de là vous pouvez fermer la prise plus ou moins pour obtenir une prise semi-fermée (eastern de revers), fermée (semi-western) ou extrême (western de revers). Vous trouverez plus de détails dans cet article sur les prises de revers.

N’oubliez pas, pour bien frapper/lifter (ou même couper) un revers avec une bonne prise, imaginez que vous poussez un objet lourd. Si vous sentez votre poignet se tordre et devenir douloureux vous êtes en prise coup-droit.

Comme pour le coup-droit, en revers à une main, plus la prise est fermée plus le brossage de la balle sera accentué. En contrepartie, plus la prise sera fermée, moins la traversée de la balle sera efficace et plus il faudra frapper fort pour donner de la vitesse à votre balle.

Passer du revers lifté à un revers coupé (une main)

frapper fort et lifté nécessite une prise fermée ©angelicalbite

Je préconise un changement de prise entre les deux coups. Bien sûr il existe une prise intermédiaire semi fermée qui permet de faire les deux mais elle n’est pas adaptée à toute les mains. Si vous jouez un revers à une main, n’hésitez pas à préparer en vous aidant du bras libre pour passer plus facilement d’une prise fermée pour le lift à une prise ouverte pour le chop.

Les prises de revers à deux mains

En revers à deux mains l’effort produit se réparti entre main (bras) dominante et main (bras) directrice. Selon la combinaison de prise utilisée, la répartition de l’effort entre les deux bras (main) varie. On va voir les deux principales combinaisons.

La prise ouverte

prise à deux mains = démultiplication des possibilités ©Christos Tsoumplekas

Dans ce cas, le joueur ou la joueuse garde sa prise de coup droit pour frapper en revers et adopte une prise de coup droit semi-fermée avec son bras libre. Vous allez me dire que le joueur ou la joueuse va se faire mal. Pas forcément car dans ce cas précis l’effort se porte sur le bras dominant l’autre bras assurant direction et stabilité de la trajectoire. Ainsi un droitier effectuera une sorte de coup droit de la main gauche.
Cette prise facilite la prise de balle tôt, en contre à plat. Elle est limitante pour imprimer du lift. On observe ça assez souvent dans le tennis féminin ou on privilégie la prise de balle tôt et les trajectoires tendues.

La prise fermée

Beau cassé de poignet ©angelicalbite

C’est la plus utilisée par les pros car la plus polyvalente. Dans ce cas précis, la main directrice adopte une prise de revers (marteau ou légèrement fermée) et la main dominante une pris de coup droit semi fermée (ou fermée). Ici l’effort est davantage réparti entre les deux mains. A la fin de la préparation du coup, les deux poignets se cassent pour permettre au tamis de passer en dessous de la balle et imprimer du lift (ce qui est plus problématique avec la prise ouverte).

C’est une prise qui facilite aussi le jeu de défense car si le joueur lâche sa main dominante pour jouer un coup en extension, il a alors une prise de revers coupé très correcte.

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques, questions dans les commentaires.

Cette entrée a été publiée dans technique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *