La boutique du tennis

Alexandre Duchemin, fondateur de tennis attitude et créateur de la première formation en ligne sur la technique du jeu de jambes

Alexandre Duchemin, fondateur de tennis-attitude.com

Alexandre Duchemin, fondateur de tennis-attitude.com

Alexandre Duchemin, enseigne le tennis professionnellement depuis plus d’une dizaine d’années, c’est aussi le fondateur du blog Tennis Attitude ou il a écrit de nombreux articles de référence sur les différents aspects du tennis. L’intérêt et la pertinence de sa démarche est selon moi qu’il nourrit le contenu de son blog avec son vécu d’enseignant (et inversement), plusieurs de ses articles techniques m’ont été personnellement d’une grand utilité.
C’est en observant ses élèves qu’il a isolé le facteur qui selon lui, permettait la plus grande progression rapport à l’investissement consenti à l’entrainement. Il s’agit du jeu de jambe et de sa technique spécifique. C’est pourquoi il a tout naturellement créé une formation en ligne consacrée entièrement à ce sujet pour pouvoir permettre au plus grand nombre de profiter de son savoir et de son expérience.

Transcription texte de l’interview

Vincent Bonnin : Alexandre Duchemin bonjour.

Alexandre Duchemin : Salut Vincent.

Vincent Bonnin : Je suis très content de t’avoir sur Blog Tennis Concept en interview pour la première fois, alors que ça fait un petit moment que tu blogues, je crois qu’on a à-peu-près commencé en même temps.

Alexandre Duchemin : Oui je crois aussi oui, ravi aussi d’être avec toi.

Vincent Bonnin : J’apprécie beaucoup ton blog et certains de tes articles m’ont fait faire des progrès, m’ont permis de comprendre quelques subtilités du tennis. Et ma première question ce sera tout naturellement que tu me parles de toi et de ton parcours tennistique brièvement.

Alexandre Duchemin : D’accord. Je suis enseignant professionnel depuis onze ans maintenant, je donne des cours depuis 17-18 ans, j’ai suivi toute la formation du parcours enseignant en tant que ex-initiateur (maintenant c’est l’AMT). Et donc, j’ai toujours baigné dans le tennis depuis tout petit et dans l’enseignement depuis très longtemps maintenant.
J’enseigne dans un club de 250 membres dont je suis directeur sportif et j’enseigne à tous les niveaux, mini-tennis, initiation, perfectionnement et cours adulte. On propose même du tennis en fauteuil, donc on propose un choix assez vaste dans l’enseignement.

Vincent Bonnin : Quel était ton but quand tu as commencé à faire ton blog Tennis Attitude ?

Alexandre Duchemin : Tennis Attitude c’était un projet que j’avais depuis très longtemps et puis on y réfléchit et puis petit à petit ça émerge. C’est tout simplement la passion, la continuité de ce que je fais chaque jour. C’était une autre façon d’exprimer les choses, de pouvoir aider un maximum de personnes à travers des articles, des vidéos.
Et puis la possibilité d’échanger aussi beaucoup avec les joueurs. On a un métier où on est en contact permanent avec les personnes. Le blog c’est un prolongement des contacts par email, par vidéo, ça nous permet de toujours échanger autour de notre façon commune.

Vincent Bonnin : C’est aussi un moyen – je m’en suis aperçu en discutant avec des enseignants qui sont présents sur le web – de connaitre un petit peu mieux les difficultés des joueurs qu’ils ne communiquent pas forcément lors des cours en fait, je ne sais pas ce que tu en penses.

Alexandre Duchemin : Oui tout à fait, c’est une autre approche.

Vincent Bonnin : Alors on va venir directement à ce qui nous intéresse, le jeu de jambes et tu as sorti une formation en ligne que j’ai trouvée très bien. Et ma première question sera pourquoi travailler la technique de jeu de jambes ?

Alexandre Duchemin : Alors pourquoi la technique de jambes ? Vaste question.

Vincent Bonnin : Alors je te dis ça, parce que moi je prends régulièrement des cours effectivement et les enseignants avec lesquels j’échange vont plus volontiers faire travailler le haut du corps. Moi je travaille mon coup droit et travail du bras gauche, mais c’est vrai que le jeu de jambes on n’y pense pas forcément, enfin ce n’est pas prioritaire. Pourtant c’est quelque chose qui est important, donc tu vas nous expliquer pourquoi c’est important quand même.

Alexandre Duchemin : Oui tout à fait, c’est sûr que tout est important, évidemment le haut du corps doit être travaillé au même titre que toutes autres choses autour, la tactique, le mental et tout ça. Mais la technique du jeu de jambes pour moi c’est la priorité, puisque ça va permettre au joueur de tout le temps être mieux placé, d’être à l’aise sur le court, d’être serein, d’être en confiance.

Et c’est vrai que dans un premier temps, peut-être dans les premières années où on enseigne, on est beaucoup focalisé sur le haut du corps et puis on se rend compte rapidement que ça a certaines limites : si on a une technique du haut du corps très juste, mais un mauvais fonctionnement au niveau des jambes, des appuis, de la vitesse de déplacement et de replacement, ça va complètement limiter la progression du joueur. Donc c’est tout simplement pour moi la priorité.
C’est d’ailleurs ce qu’on fait en club avec les tous petits, il n’y a pas d’âge pour travailler le jeu de jambes, même avec des enfants de 5-6 ans on peut déjà s’initier au replacement, à la mobilité entre les frappes. Donc c’est quelque chose qui est pour moi fondamental dans la progression du joueur.

Vincent Bonnin : Ça me donne une idée de question ce que tu me dis, c’est vrai que les enfants on leur fait beaucoup travailler le jeu de jambe, la précision, etc. Moi j’ai une question par rapport aux adultes qui jouent depuis un certain temps et qui n’ont pas forcément un bon déplacement, est-ce que tu penses qu’il y a possibilité de s’améliorer et de travailler là-dessus même quand on n’a pas un bon déplacement ?

Alexandre Duchemin : Oui, parce qu’en fait la première étape pour moi c’est d’en prendre conscience et créer peut-être des situations à l’entrainement où la personne en action va éprouver elle-même des limites à jouer, si elle n’est pas suffisamment disponible au niveau de son bas du corps. Donc c’est vrai qu’il y a certains adultes qui négligent un petit peu ce côté-là où on est plus dans le plaisir du jeu, de frapper fort. Le jeu de jambes, ça va entrainer de la régularité, la régularité ça va entrainer le plaisir à jouer et voilà. Après, c’est un peu une boucle.
Mais ou je te rejoins, c’est que c’est un petit peu plus difficile parfois chez un adulte qui a un peu d’expérience de ce dire OK maintenant je reprends, je vais bosser le jeu de jambes. Il y a toujours des solutions et puis des petites choses assez simples pour progresser là-dessus.

Vincent Bonnin : Qu’est-ce que c’est les principaux défauts que tu trouves au niveau des joueurs d’entrée de classement on va dire. Quels sont les principaux points d’amélioration qui peuvent être facilement travaillés pour toi ?

Alexandre Duchemin : Alors deux choses, la mobilité entre les frappes, parce que la mobilité pour aller, enfin le déplacement vers la balle c’est quelque chose qui est instinctif, même si ça peut s’améliorer, mais on constate beaucoup chez les joueurs et joueuses d’entrée de classement une position trop statique quand la balle est dans le camp adverse, ou même quand le joueur a déjà replacé, on a des postures trop figées qui entrainent tout de suite un retard dans l’anticipation du coup adverse, donc voilà la mobilité entre les frappes.
La deuxième chose, ça va être également la posture, des choses assez simples à régler, par exemple l’écartement des appuis. On voit beaucoup de joueurs qui ont des appuis en attitude d’attention trop serrés, ce qui fait que le bas du corps n’est pas suffisamment ancré, équilibré. Et ça c’est des choses qu’on retrouve régulièrement, les petits défauts à corriger et qui si on les corrige ça peut permettre vraiment de faire un bond dans la facilité du déplacement.

Vincent Bonnin : Alors quand on parle jeu de jambes, pour moi il y a deux choses, enfin pour moi, c’est-à-dire quand on parle d’améliorer son déplacement, c’est effectivement la technique du jeu de jambes et tout ce qui est développement physique, force, endurance, etc. Et travailler son jeu de jambes, on peut penser, imaginer, visualiser quelqu’un qui va faire des footings, des fractionnés etc. …, mais toi ce que tu proposes c’est d’améliorer la technique du jeu de jambes, c’est-à-dire quelle jambe mettre avant l’autre, la position des pieds, le déroulé des pieds, etc.

Alexandre Duchemin : Oui.

Vincent Bonnin : Est-ce que tu pourrais nous parler de la différence entre ces deux approches et laquelle il faut faire avant l’autre en fait ?

Alexandre Duchemin : Oui tout à fait, c’est deux approches qui sont complémentaires, mais complètement différentes, c’est-à-dire que ce que je propose dans la formation c’est, comme tu l’as dit clairement, de la technique du jeu de jambes, avec l’organisation d’un déplacement, d’un placement, comment mieux transférer le poids du corps dans la balle, c’est vraiment une technique assez précise.
Et puis en parallèle de ça, il y a ce dont tu parles aussi, tout ce qui va concerner la préparation physique, donc le fait d’aller courir, d’aller se préparer, éventuellement faire du renforcement musculaire du bas du corps qui est un bon complément forcément pour bien jouer au tennis, mais qui ne sera pas forcément profitable si le joueur n’utilise pas le bon type de déplacement.
Evidemment, si on va courir, si on est bon physiquement ça va se ressentir sur le terrain, mais avec en plus de ça, des apports précis avec parfois des enchainements de balles et des petites astuces pour être à la meilleure distance de la balle. Toutes ces techniques-là ça s’apprend et c’est bien-sûr très complémentaire d’une préparation physique générale.

Vincent Bonnin : On va aller rapidement sur quelles sont les bonnes choses, le positif qu’amène une meilleure technique de déplacement. Donc moi j’ai la régularité, la précision, les coups, la puissance, est-ce que tu en vois d’autres ?

Alexandre Duchemin : Oui alors pour moi vraiment ce qu’apporte un bon déplacement, une bonne qualité de placement ça va directement faire progresser la régularité. On peut aussi associer la qualité d’un bon jeu de jambes avec la notion d’équilibre. On le voit, puisqu’on parlait tout à l’heure de joueurs débutants d’entrée de classement, des joueurs qui ont tendance à courir après les balles, en gros à jouer l’échange en étant quasiment tout le temps en retard par rapport à la balle reçue.
Et l’amélioration de jeu jambes va permettre de créer un temps d’avance, le sentiment d’attendre la balle, de pouvoir faire des choix plus justes ; parfois même de prendre le temps d’observer un peu plus le camp adverse, que si on est tout le temps on est en train de courir après la balle et du coup jouer un jeu exclusivement en défense.

Vincent Bonnin : Alors on va passer maintenant à ta formation sur le jeu de jambes, est-ce que tu pourrais nous la décrire brièvement ?

Alexandre Duchemin : Oui, donc c’est une formation vidéo dans son intégralité d’un peu plus d’une heure trente qui se décompose en une première grosse partie théorique, avec plusieurs vidéos pour bien assimiler tous les principes d’un bon jeu de jambes. Ça va partir de la posture, l’attitude d’attention, on a parlé tout à l’heure de la mobilité entre les frappes, bien évidemment tout ce qui va être entre les frappes la reprise d’appui, le relâchement entre les frappes, le déplacement, le placement.
Tout ça sous forme de plusieurs vidéos explicatives, mais sur le terrain avec la raquette. Une fois qu’on a abordé tous ces sujets-là qui sont bien assimilés, je propose de les mettre en application au travers de 14 exercices ; donc des exercices de tennis, il y en a des milliers, mais j’ai fait une compilation des exercices que j’utilise le plus souvent et qui pour moi font le plus progresser sur le secteur du jeu de jambes.
Dans cette partie exercice je joue, je me suis filmé avec un micro aussi et pendant l’échange, pendant les actions de jeu je fais un commentaire de la mise en place des (…) choix de replacement. Et également parfois, parce que pendant l’échange je fais un mauvais choix, j’essaie aussi d’expliquer comment j’aurais pu améliorer ce coup-là.
Donc c’est un peu comme une caméra embarquée en fait. Vous êtes au-dessus de mon épaule ou avec une caméra qui me filme. Et en fait il n’y a plus qu’à appliquer et reproduire l’exercice. Parfois avec un partenaire, puisqu’il y a des exercices qui seront à faire en échange et parfois c’est un exercice qui peut se faire tout seul.

Vincent Bonnin : D’accord. Et les vidéos sont je trouve très digestes, puisqu’en fait elles sont assez courtes.

Alexandre Duchemin : La première partie en théorie oui, il y a des vidéos qui sont un petit peu plus longues, pour rentrer un peu dans le détail, puis après c’est vrai que la partie exercice c’est entre trois et six minutes.

Vincent Bonnin : C’est vrai, je trouve que tu as trouvé une formule vraiment très efficace où à la fois tu donnes l’explication pédagogique et tu fais la démonstration en même temps. Et moi j’ai trouvé ça vraiment très parlant. J’ai regardé tes vidéos, j’étais juste derrière là avec ma raquette en train de reproduire les pas, de bien vérifier que je faisais bien les pas dans le bon ordre. Ça m’a vraiment beaucoup appris. Et puis après il y a les exercices d’application effectivement que j’ai fais un petit peu sur le court.

Alexandre Duchemin : Oui.

Vincent Bonnin : Et ce qui est bien c’est qu’il y a une progression et sur la fin on a des exercices avec lesquels tu commences à travailler le physique.

Alexandre Duchemin : C’est ça.

Vincent Bonnin : Ils commencent à être un peu plus exigeants au niveau musculaire et je trouve que c’est une bonne transition en fait.

Alexandre Duchemin : Oui, la première partie des exercices se fait essentiellement dans les carrés de service, parce qu’on peut assimiler beaucoup de choses sur le jeu de jambes avec un rythme d’échanges assez lent et puis même si on n’est pas en fond de court, on peut assimiler certaines choses.
Après, il suffira juste de se reculer une fois qu’on aura pris l’habitude, et trouver de l’aisance dans la façon de se déplacer pour faire exactement la même chose au fond du court. Et puis comme tu l’as dit, progressivement on arrive sur des situations réelles de fond de court, d’échange, avec un petit peu plus d’intensité physique.

Vincent Bonnin : Voilà et une fois qu’on a la bonne technique on peut progressivement mettre de l’intensité et là on est bien. Parce que c’est vrai que moi je sais qu’à une certaine période j’ai cherché à mettre vraiment de l’intensité dans mon jeu sans posséder la technique, et finalement on progresse très lentement.

Alexandre Duchemin : Oui, il peut y avoir un petit de déchet quand on veut privilégier la puissance et si toutes les notions de placement, d’ancrage et d’équilibre ne sont pas encore mises en place ça peut vite amener à la faute, c’est vrai.

Vincent Bonnin : Voilà. Je te propose qu’on donne un petit peu quelques trucs pour les lecteurs, les auditeurs.

Alexandre Duchemin : Oui.

Vincent Bonnin : Alors tu as des premières vidéos sur l’attitude d’attention, tu aurais quelque chose à dire là-dessus pour améliorer un petit peu justement cette attitude entre deux frappes, entre deux déplacements ?

Alexandre Duchemin : Oui bien-sûr, justement dans la première vidéo où je parle de l’attitude d’attention, ça peut paraitre un peu bizarre puisqu’on est sur le jeu de jambes, mais si on veut bien mettre en place les actions liées au jeu de jambes, c’est toute la posture générale du corps qui va être importante au départ.
Et donc on va donner des billes sur la façon de tenir la raquette, le relâchement des avant-bras, la tenue de la raquette, les différentes options, quand on a un revers à une main et revers à deux mains. Et puis bien-sûr après au niveau de la mobilité entre les frappes il y a différentes façons, différentes étapes à respecter en fonction de son niveau de jeu, on peut passer d’une position complètement statique à quelque chose d’un petit peu mieux, puis ensuite à un petit peu mieux encore, jusqu’à atteindre vraiment une mobilité parfaite d’un bon joueur de tennis.

Vincent Bonnin : Ensuite il y a un autre problème qui se pose aux joueurs qui veulent vraiment travailler là-dessus, c’est comment se déplacer vers la balle ; on sait qu’il y a les pas chassés, il y a les pas courus, les pas croisés, etc. Est-ce que tu aurais une petite astuce pour un petit peu s’y retrouver là-dedans ?

Alexandre Duchemin : Oui bien-sûr, donc tous les types de pas peuvent être utilisés pour aller se déplacer vers la balle. Ce que j’explique dans la formation c’est qu’on a une vision un peu trop fermée du déplacement, dans le sens où entend souvent je cours vers la balle, je me place et je reviens en pas chassé, qui n’est pas une mauvaise option, mais qui n’est pas la seule.
Et je vous propose justement de découvrir un déplacement vers la balle et notamment sur les balles qui sont à une distance peu éloignée de votre coin de replacement d’aller vous placer et vous déplacer en pas chassés, avec un enchainement de pas, avec en fonction de la balle reçue ce déplacement-là qui sera plus approprié parfois que de courir et donc d’enclencher un placement trop précoce de profil.

Vincent Bonnin : Alors moi j’ai une question qui me revient en fait, parce que c’est quelque chose que j’ai fait quand j’ai repris le tennis, c’est une question que je me suis posée, que j’ai posée à plusieurs entraineurs, qu’est-ce qu’il y a de mieux, les appuis en ligne ou les appuis ouverts ?

Alexandre Duchemin : Qu’est-ce qui est le mieux ? De savoir tout faire. De savoir tout faire et de s’adapter au mieux à la balle reçue, donc oui on a les appuis en ligne, on a les appuis semi-ouverts, les appuis ouverts, qu’on appelle le placement en face. Et en fonction de la balle reçue il va falloir faire le bon choix.
Dans un premier temps quand on est dans une phase d’apprentissage ce sont les appuis en ligne qui vont favoriser un meilleur équilibre. Donc c’est pour ça qu’on commence souvent là-dessus. Mais il est important rapidement de ne pas se figer sur ce type d’appui pour aller découvrir un autre placement, une orientation du corps un petit peu moins de profil, qui vont permettre de jouer certaines balles qui vont être un peu plus excentrées, ou des balles sur lesquelles on va manquer de temps.
Par exemple, on pourrait prendre l’exemple du retour de service également. C’est des appuis ouverts avec des frappes de face sur le retour de service quand on reçoit des premières balles assez rapides ; je pense que le placement de profil avec des appuis en ligne n’est pas forcément le placement le plus juste.
Donc oui, pour te faire une réponse, c’est ni l’un ni l’autre, c’est avoir un panel de placements qu’il est possible d’utiliser en fonction de la balle reçue.

Vincent Bonnin : D’accord. Pour les joueurs qui veulent avoir un peu plus de puissance dans leur coup, envoyer la balle un peu plus loin, un peu plus haut, qui veulent frapper d’un peu plus loin, on parle beaucoup du relâchement, etc. Et au niveau des jambes qu’est-ce que tu aurais comme conseil pour que les joueurs utilisent les jambes justement au service de leur vitesse de balle ?

Alexandre Duchemin : Tout est lié encore une fois, le bon placement va engendrer de l’équilibre ; si on est équilibré et en avance par rapport à la balle reçue, on va pouvoir descendre sur les jambes. C’est-à-dire qu’on entend aussi souvent dans les clubs du monde entier : descends sur les jambes, fléchis. OK pour ça, mais il faut avoir le temps, c’est-à-dire que si on est en retard la seule chose qu’on va pouvoir faire c’est poser un pied, au mieux les deux et frapper.
Par contre, si on a réussi à bien s’organiser, on va pouvoir se placer, s’équilibrer, fléchir et cette flexion ainsi que la poussée sur les jambes vers l’avant qui va suivre va permettre de jouer de façon précise et puissante. On va utiliser l’énergie du sol, relayée par les appuis et qui va être transférée par la chaine motrice au bras, la raquette et puis à la balle.

Vincent Bonnin : Après, on a les exercices, donc moi les exercices qui m’ont le plus marqué c’est hop hop, il y a le flamand rose où tu expliques, tu invites un petit peu tes élèves à frapper la balle sur une jambe. Alorsc’est un peu paradoxal, est-ce que tu peux nous expliquer l’intérêt de la chose ?

Alexandre Duchemin : Oui, donc l’exercice du hop hop c’est pour être dans le bon timing de la reprise d’appui, c’est-à-dire l’info sonore hop que va donner l’adversaire à la frappe va devoir coïncider avec le hop que vous allez faire à la réception de vos appuis suite à l’allégement. Donc si on arrive à bien faire coïncider ces deux choses-là on va être dans un bon tempo de l’échange et dans une bonne dynamique du jeu de jambes.
Sur l’exercice du flamand rose, donc oui tu dis que c’est un peu paradoxal, parce que là volontairement on va s’obliger à se mettre sur une jambe, donc on peut forcément se dire mais je vais être beaucoup moins équilibré. Mais c’est dans une perspective de découverte justement des différents appuis ; par exemple, lorsqu’on va découvrir et essayer de tester un appui ouvert, je vais vous proposer de vous figer juste avant la frappe sur l’appui arrière pour découvrir cette puissance que va pouvoir vous procurer aussi cet appui arrière ouvert.
Donc voilà, c’est un petit jeu assez sympa et ça permet aussi de bien s’organiser, parce que pour être sur une jambe, il faut que tout le travail d’anticipation puisse avoir été fait correctement.

Vincent Bonnin : OK. Et puis après moi j’ai noté aussi l’exercice du carré d’or, alors ça me plait beaucoup. C’est une formation vraiment hyper complète, parce que j’ai l’impression que tu as analysé une grosse partie, presque tout de ce qui caractérise un bon jeu de jambes. Et là dans l’exercice du carré d’or où l’adversaire est dans un carré que tu as dessiné avec des lattes. On analyse un petit peu le point de rupture, c’est-à-dire qu’on analyse le moment où l’adversaire est obligé de sortir du carré, parce que contrairement à l’idée qu’on se fait, on n’a pas besoin de beaucoup se déplacer pour frapper la balle au tennis.

Alexandre Duchemin : C’est ça.

Vincent Bonnin : A part si la balle est bien placée justement. Et je trouve ça intéressant, parce que ça permet d’analyser le jeu de jambes adverse.

Alexandre Duchemin : C’est ça oui. Alors ce qui va être en lien aussi et il faut toujours essayer de créer un lien, parce que même si on est en train de bosser le jeu de jambes, l’amélioration du jeu de jambes, on va le mettre au service d’un schéma tactique pourquoi pas par exemple dans cet exercice-là.
Donc en visualisant un peu le côté adverse, on va prélever des infos et ça va déclencher dans notre camp certaines actions à faire et éventuellement aller chercher des zones plus intéressantes en fonction de la réaction de l’adversaire. Et en effet ce jeu-là, que j’ai fait hier à l’entrainement d’ailleurs avec mes élèves, est un bon jeu pour le réaliser et pour le travailler.

Vincent Bonnin : D’accord, je pense qu’on a été assez complet. Pour mettre un terme à cet entretien tu proposes une formation à la vente.

Alexandre Duchemin : Oui.

Vincent Bonnin : Donc étant donné que j’ai complètement validé cette formation, nous allons travailler en collaboration. Et donc je vais vous proposer si vous êtes intéressé d’acheter cette formation et si vous passez par mon blog, des bonus qui vont compléter cette formation. Un bonus qui s’appellera « La Théorie des Angles », où j’explique les trois parties de la théorie des angles et là on n’est plus sur le terrain, on est sur un tableau, sur mon fameux tableau avec le court de tennis. Et là j’ai pris le compas, la règle, les équerres pour vous démontrer un petit peu comment on se replace. Entre autres, parce que c’est très riche.
Et puis je vous ai mis un petit bonus aussi qui vous explique comment vous échauffer avant un match ou un entrainement, parce qu’il faut toujours faire. Qu’est-ce que tu as pensé de ces bonus ?

Alexandre Duchemin : Sur la partie échauffement, on en parlait tout à l’heure de qu’est-ce qui pourrait être un point de limite de progression pour les joueurs d’entrée de classement ou les compétiteurs, c’est la préparation avant match. C’est-à-dire que comme tu l’expliques dans ta vidéo il y a énormément de joueurs qui rentrent sur le terrain et qui considèrent que les cinq minutes d’échauffement en échange avec l’adversaire c’est un échauffement suffisamment complet. Or, tu as proposé un échauffement ultra complet avant de rentrer sur le court.
Lorsqu’on arrive en compétition on s’isole un petit peu du club pour aller s’échauffer et lorsqu’on va à l’heure du match, au moment de jouer son entrainement, on est réellement prêt à jouer dès le premier point et on ne met pas en gros trois-quatre jeux à se dire les trois-quatre premiers jeux c’est cool, parce que je suis en train de m’échauffer. Non, dès le premier point on peut sentir un potentiel maximum de niveau de jeu si on s’est correctement échauffé.

Vincent Bonnin : Très important, ceux qui vont acheter cette formation ont 30 jours pour l’essayer, c’est un petit peu ta garantie satisfait ou remboursé ; c’est-à-dire que les gens ont 30 jours pour regarder les vidéos, les essayer, etc. Et si ça ne leur convient pas tu les rembourses sur un simple mail ?

Alexandre Duchemin : Oui bien-sûr, il n’y a pas de souci par rapport à ça. La formation c’est aussi pour moi un gage de crédibilité, je suis enseignant professionnel tous les jours, c’est un métier que j’aime bien, j’ai essayé de retranscrire au travers d’une formation vidéo les choses que je fais tous les jours et qui font progresser les élèves. Donc il n’y a aucun souci par rapport à ça, je suis crédible par rapport à ce que j’avance avec des résultats qui ont été prouvés.

Vincent Bonnin : Voilà. Et par rapport à cette formation tu as eu des retours ?

Alexandre Duchemin : Oui bien-sûr.

Vincent Bonnin : Il y a des élèves qui t’ont témoigné de leur satisfaction ?

Alexandre Duchemin : Oui bien-sûr, c’est même assez rigolo, avec des témoignages très détaillés où on me parle du numéro d’exercice qui a fait le plus progressé le joueur. Et puis un truc aussi sympa, c’est l’occasion de rencontrer en fait en live, pour des cours particuliers durant l’été, des joueurs qui avaient acheté la formation. Suite à ça, on a échangé et puis et on s’est rencontré, on a passé une semaine ou quelques jours en cours particuliers ensemble. Donc c’est super intéressant comme échange, on a poussé un petit peu le côté formation vidéo avec un complément en direct sur le terrain.

Vincent Bonnin : Bon on va se quitter là et je vais te souhaiter une bonne continuation sur ton blog.

Alexandre Duchemin : Pareil.

Vincent Bonnin : Et puis j’ai vu que tu es en train de faire une série sur le relâchement. J’ai une réflexion par rapport à ça, c’est-à-dire qu’un bon déplacement permet d’être en avance et quand on est en avance, c’est là qu’on peut être relâché, parce que quand on est en retard ce n’est pas la peine.

lien à suivre pour bénéficier de mes deux formations gratuites (valeur 27€)

Clique sur la boîte pour rejoindre la formation d'Alexandre et obtenir mes deux bonus

Clique sur la boîte pour rejoindre la formation d’Alexandre et obtenir mes deux bonus

Cette entrée a été publiée dans rencontre d'expert, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *