La boutique du tennis

La bonne prise de raquette en coup droit de tennis

Si adopter une bonne prise de raquette ne garanti pas forcément la qualité d’un coup, une mauvaise prise de raquette peut ruiner votre geste dès le début de son apprentissage.

« La prise de raquette doit être pour le joueur une aisance et une sensation « ¹

le coup droit du tueur par Milos Raonic

Un bon coup droit, c’est d’abord une bonne prise © pluckytree

Le paradoxe de cette phrase est que le joueur qui débute (et qui n’a que peu d’aisance et encore moins de sensation) peut adopter naturellement une prise qui le limitera par la suite.
D’un autre côté, il lui sera très difficile d’apprendre une prise correcte s’il ne se sent pas à l’aise avec.
Heureusement, la multiplicité des formes de coup droit permet l’adoption de différentes prises parfaitement valables. Il importe surtout au joueur (et à son entraîneur) de modifier une prise qui serait trop inefficace ou dangereuse pour sa santé.

Généralités sur la prise de raquette en coup droit

La prise de raquette en coup droit (comme pour les autres coups) doit pouvoir évoluer au court du temps selon les besoins du joueur, ses envies et ses capacités techniques. J’ai personnellement beaucoup expérimenté de prises avant de trouver les prises avec lesquelles j’étais véritablement à l’aise.
SI j’emploie le pluriel pour le mot prise, c’est que j’utilise des prises distinctes pour le coup droit de fond de court et la volée.

structure de la raquette de tennis

noms des côtés de la section octogonale du manche de la raquette de tennis ©Vincent Bonnin

Les débutants ont souvent du mal à changer de prise entre le coup droit de fond de court et la volée de coup droit. Pour les joueurs expérimentés ce changement (s’il est nécessaire) se fait, le plus souvent, naturellement.
Si certains joueurs parviennent à très bien jouer tous les coups droits avec une même prise, l’observation de la technique des meilleurs nous oblige à constater que les prises les plus efficaces pour l’exécution d’un coup droit lifté diffèrent le plus souvent des prises utilisées pour la réalisation d’une volée de coup droit coupée.
On distingue deux types de prises pour le coup droit : les prises ouvertes et les prises fermées.

éminence hypothénar main droite

Si on vous parle d’ éminence hypothénar, sachez que c’est le point rouge sur ma main droite.©Vincent Bonnin

Les prises ouvertes ont la caractéristique de présenter la face du tamis (qui frappe la balle) vers le ciel au moment de la préparation et de l’accompagnement. Elles sont privilégiées pour les coups coupés.
Les prises fermées présentent la caractéristique inverse. La face du tamis frappant la balle est orientée vers le sol au moment de la préparation et de l’accompagnement.
D’une manière générale plus la prise de raquette est fermée, plus le plan de frappe² est avancé et plus l’effet de balle (lifté) est accentué.

La prise Continentale

La prise continentale est une prise dite ouverte. Elle est utilisée pour réaliser des volées de coup droit et des coups droit coupés. C’est même à mon sens l’idéal pour ces deux coups. L’éminence hypothénar (que j’appellerais dans la suite de l’article point rouge) est placée à cheval sur l’arête entre le méplat supérieur et le chanfrein supérieur droit.

prise continentale de coupdroit de tennis

La prise continentale est idéale pour les coup droit coupés et les volées de coup droit.©Vincent Bonnin

Cette prise entraine un plan de frappe beaucoup plus en retrait par rapport au plan de frappe d’une prise plus fermée.
Cette prise était très utilisée jusque dans les années 70 pour réaliser des coups droits à plat voir légèrement liftés. On peut citer des joueurs comme Arthur Ashe, Rod Laver (gaucher) ou Stan Smith qui ont gagnés les plus grands tournois du monde avec cette prise. Elle a été abandonnée par la suite avec la généralisation des coups droits puissants et liftés.

Ivo Karlovic, un grand volleyeur

Ivo Karlovic volleye en coup droit avec une prise continentale © Marco Zanferrari

En effet dès que la balle descend ou remonte de la hauteur de la hanche, il devient très difficile d’imprimer l’effet lifté à la balle. Le poignet manque de mobilité pour coiffer la balle et le contrôle de la trajectoire devient alors très aléatoire.
Les grands champions du passé qui utilisaient cette prise étaient contraints de prendre la balle très tôt après le rebond et de prendre de gros risques pour accélérer. Heureusement pour eux, ils se ruaient rapidement au filet pour claquer quelques merveilles de volées de coup droit (en gardant cette prise).

La prise semi fermée de coup-droit

Cette prise est appelée aussi par les anglicistes « eastern ». Le point rouge est situé ici sur le chanfrein supérieur droit. Comme pour toutes les autres prises de coup droit l’index est dégagé des autres doigts pour faciliter la conduite de la raquette.

prise semi-fermée de coup droit de tennis

La prise semi-fermée de coup droit est la prise idéale pour les débutants qui peuvent traverser la balle sans efforts. ©Vincent Bonnin

Cette prise entraine un plan de frappe situé devant la hanche, un jeu volontiers à plat et une plus grande facilité à trouver des trajectoires tendues.
C’est une prise que je conseillerais aux débutants puisqu’ils peuvent avec cette même prise frapper à plat, recouvrir la balle (lift léger), s’initier à la volée de coup droit voire au smash. Ces derniers pourront plus facilement passer de cette prise semi-fermée à une prise continentale pour le jeu de volée. (ils peuvent même garder cette prise semi-fermée qui reste très correcte pour volleyer)

la prise semi fermée de Roger Federer

la prise semi fermée de Roger Federer © Mark Howard Photography

C’est la prise utilisée par Roger Federer pour ses coup-droit d’attente de fond de court et les accélérations fulgurantes qu’il délivre sans donner l’impression de forcer. Cette impression s’explique par le fait que cette prise entraine une meilleure traversée de la balle. L’effort physique est moindre pour une vitesse de balle accrue.
Attention tout de même avec l’exemple de Federer qui adopte plusieurs prises de coup droit plus ou moins fermée selon les circonstances. C’est un cas unique d’après le technicien Georges Deniau.

Cette prise encourage moins la rotation de balle vers l’avant (lift), que les prises décrite ci-après.

La prise fermée de coup droit

C’est la prise de coup droit la plus utilisée sur le circuit professionnel tant masculin que féminin. Elle est appelée par nos amis anglo-saxons «semi- western ». Pour cette prise, le point rouge se situe sur le méplat latéral droit. Je vous met à ce propos en garde contre certaines mauvaises traductions de l’anglais qui font correspondre prise semi-western avec prise semi-fermée (grossière erreur).

prise fermée de coup droit

La prise fermée de coup-droit est la prise la plus utilisée par les pros ©Vincent Bonnin

C’est une prise qui entraine un plan de frappe avancé et favorise les effets liftés tout en autorisant les frappes à plats.

Daniela Hantuchova en prise fermée

Daniela Hantuchova ou comment concilier le lift élégant et la prise fermée © sasho

C’est une prise qui nécessite plus d’engagement physique et donc un mouvement plus ample du coup. Pourtant, c’est une prise que s’approprient souvent les débutants et que l’on qualifie de « naturelle ». Les novices qui jouent avec cette prise devront alors s’exercer à travailler l’amplitude de leur mouvement avant que leur coup ne devienne enfin efficace.
C’est la prise que j’utilise pour mes coup-droit de fond de court. J’ai démarré le tennis avec une prise semi-fermée en coup droit avant de fermer progressivement ma prise par désir de mieux lifter mes coups. Je dois avouer que j’ai gagné énormément en sécurité ainsi qu’en facilité à trouver les zones courtes croisées.
Mon problème est que maintenant que je lifte sans problème, j’ai du mal à claquer mes coups droits à plat. C’est aussi le cas de nombreux joueurs et joueuses qui frappent à plat sans problème quand ils débutent et qui, après s’être exercé à lifter, ont du mal à frapper des balles rapides avec des rotations moindres.

Roger Federer en prise plus fermée

Sur les balles hautes Roger Federer délaisse parfois sa prise eastern pour une semi-western (fermée) de circonstance © DrSam

Plus généralement, cette prise à révolutionné le tennis en permettant par un mouvement de poignet de remonter et d’accélérer la plupart des balles basses. Le poignet, tout en restant ferme, garde une mobilité suffisante pour gratter la balle de bas en haut et imprimer l’effet de lift.
C’est une prise idéale pour attaquer les balles hautes.
En revanche, il vous sera difficile de frapper une volée correcte avec cette prise.

La prise extrême de coup droit

C’est une prise qui est de plus en plus utilisée chez les pros, particulièrement par les spécialistes de la terre-battue qui frappent très régulièrement des balles hautes en lift, elle est appelée aussi prise « western ».
La prise est encore plus fermée et le point rouge se situe au niveau du chanfrein inférieur droit.

prise extreme de coup droit

La prise des bucherons du lift sur terre-battue. Petites Natures s’abstenir ©Vincent Bonnin

La conséquence est que le plan de frappe est situé encore plus vers l’avant et que l’effet lifté est accentué. Le sentiment de sécurité dans les frappes est renforcé mais c’est au détriment de la dépense d’énergie qui est plus importante.

coup droit de Svetlana kuznetsova

rage de vaincre et prise extrême de coup droit pour Svetlana Kuznetsova ©toga

Si c’est une prise qui facilite la négociation des balles très hautes elle rend problématique la frappe des balles basses. Quand je rencontre ce type de prise chez mon adversaire, vous pouvez compter sur moi pour lui proposer un festival de balles choppées et fusantes sur son coup droit.
C’est une prise qui est souvent adopté par les jeunes joueurs qui, du fait de leur taille réduite, ont du mal à jouer des balles qui leur arrivent au-dessus de l’épaule. Il faut alors être vigilant à ce que cette prise extrême ne se fixe pas, car elle n’est pas adaptée à toutes les morphologies.
Rafael Nadal a démarré sur le circuit pro avec cette prise extrême (version gaucher) avant d’évoluer par la suite vers l’adoption d’une prise fermée. C’est cette prise « semi-western » qu’il utilise aujourd’hui (en 2012) et qui lui permet d’être dangereux sur toute les surfaces.

En conclusion pour les coups droits liftés et plat de fond de court, les deux prises les plus polyvalentes sont les prises fermée et semi-fermée. Ce sont les deux prises de coups droit les plus utilisées.
Si la prise semi-fermée permet aussi de volleyer, il est préférable d’adopter une prise continentale ouverte pour volleyer en coup droit.

Enfin si malgrès mes mises en garde vous adoptez une prise extrême en coup droit assurez-vous d’en avoir la carrure et jouez autant que vous le pouvez sur des surfaces avec des rebonds hauts.

Bibliographie
Les fondamentaux du tennis par Christian Rieu
Le tennis comment ? Par Frank Borel (une mine d’informations)

Je vous encourage aussi à lire ce passionnant et très instructif article sur
le coup droit écrit par Yannick Cochennec sur le site Slate.

Devenez fan de ma page Facebook en cliquant sur l’onglet j’aime dans la colonne de droite et recevez sur votre mur, la sélection de mes vidéos de tennis préférées.

1 Jean Claude Marchon cité par Christian Rieu dans les fondamentaux du tennis

2 Plan de frappe : plan vertical, incluant le tamis de la raquette, parallèle au filet au moment de la rencontre entre la balle et le cordage.

Cette entrée a été publiée dans technique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

47 réponses à La bonne prise de raquette en coup droit de tennis

  1. bergez dit :

    Bonjour,

    Magnifique article !
    J’avais eu beau cherché des informations sur le sujet, ton article est, et de loin, le plus clair que j’ai trouvé.
    Bravo.
    une question : à quelle position du « point rouge » correspond la prise dite « marteau » ?

    A te remerciant.
    Bonne continuation.

  2. Vincent Bonnin dit :

    Bonjour Nico,
    Je te remercie tout d’abord de ton compliment qui me va droit au coeur.

    j’ai en effet écrit cet article pour clarifier les choses.

    Certains enseignants parlent en français, tandis que d’autre emploient volontiers le vocabulaire anglo-saxon pour qualifier les prises de raquettes. Ce qui entraine chez beaucoup d’élèves une première série de confusion.

    La deuxième difficulté est que près d’une fois sur deux (et j’exagère à peine) la traduction du terme anglais est inexacte.

    Quand par exemple dans son livre (par ailleurs excellent) Paul Henri Mathieu affirme que la prise semi-fermée de coup-droit est la plus utilisée sur le circuit, je suis pratiquement sûr qu’il veut dire prise fermée et qu’il a traduit semi-western par semi-fermée (les très belles illustrations du livre en apportent la preuve).

    Ceci s’explique, je pense, par le fait qu’il a été formé à son adolescence chez Nick Bollieteri aux states et qu’on a du sacrément lui bourrer le crâne avec la prise semi-western (qu’il utilise d’ailleurs avec grand bonheur).

    La deuxième erreur est de traduire prise western par prise fermée à la place de prise extrême (avec toujours un côté de l’octogone en décalage).

    IL est vrai qu’il existe une prise encore plus fermée que la prise extrême (prise Hawaï). Mais elle est tellement délicate à manier que je l’ai passée sous silence dans cette article.

    Quant a l’idée du point rouge, elle me trotte dans la tête depuis un moment déjà.

    Pour répondre, enfin, à ta question. Pour la prise marteau, le point rouge se situe pile sur le méplat supérieur ou côté du dessus. La photo est prête et elle sera publié dans un prochain article qui parlera des prises utilisées en revers et au service.

  3. Christian dit :

    Bonjour Vincent,
    J’arrive chez toi via Sylviane et Ouïe, a part me souvenir que j’ai toujours voulu faire du tennis dans ma jeunesse (il y a longtemps, quoi) ça n’a jamais été beaucoup plus loin (quoi que j’étais très bon au jokari).
    Bien que fan de tennis à la TV je n’imaginais pas à quel point tenir une raquette était aussi complexe.
    C’est pas vraiment apparent pour le néophyte qui regarde une finale Nadal Federer.
    Pour moi, c’est un autre regard sur le tennis qui me permettra d’apprécier encore mieux la façon de jouer de nos champions (et en Belgique, on se débrouille).
    Et puis maintenant si une andouille fait des commentaires à côté de moi, je pourrai lui demander si il sait seulement combien c’est compliqué de tenir sa raquette en coup droit et lui faire un petit topo là-dessus (si je retiens bien tout).

    @+
    Christian.

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Christian,

      Le tennis est plus facile à regarder qu’a pratiquer, bien que personnellement j’y prenne autant de plaisir de faire l’un que l’autre.

      Une bonne manière de progresser serait d’ailleurs pour toi d’observer tes compatriotes belges qui ont pour la plupart une technique gestuelle très juste (je salue au passage tous mes lecteurs francophones hors France )

  4. Bonjour Vincent,

    Moi qui ai fait du tennis loisir régulièrement pendant plus de 20 ans, je suis impressionnée par ton article et tous ces noms de prises que je ne connaissais pas. J’ai pris des cours pourtant, et fait un peu de compétition, mais ca date !
    Je viens de reprendre ma raquette de tennis en main pour savoir comment je la tiens. Ben j’utilise surtout cette prise marteau dont parles dans un commentaire plus haut, point rouge sur le méplat supérieur.

    Je me souviens d’un stage où l’entraîneur m’incitait à une prise plus fermée pour pouvoir lifter et j’ai bien senti la différence.
    Mais j’en suis revenu à mes bonnes vieilles habitudes, prise marteau du fond du cours et jeu à plat, parfois un peu coupé.
    A la volée, je ne sais pas trop, je crois qu’intuitivement je ferme un peu ma prise pour pouvoir mieux claquer la balle vers le bas (sauf si la balle m’arrive dans les pieds bien sûr…).

    Merci pour cet article, Vincent, et vive le tennis ! 😉

    @ bientôt,
    Muriel

  5. Vincent Bonnin dit :

    Merci Muriel pour ton témoignage,

    La prise marteau n’est pas une mauvaise prise, loin de là, puisqu’elle est recommandée pour le service, la volée et le revers coupé (à une main). Ce sera d’ailleurs l’objet d’un article complémentaire.

    En ce qui concerne le coup droit l’utilisation de cette prise te limite aux coups coupés et aux coups plats (à hauteur de hanche exclusivement). Le lift est très difficile à moins d’avoir un poignet très flexible.

    Tu l’aura deviné par toi même, savoir changer de prise sera une des clefs de ta progression future.

    Je recommande d’utiliser au moins deux prises distinctes pour le coup droit et le revers, bien que je sache qu’il n’est pas facile d’opérer des changements de prise si on ne l’a jamais pratiqué.

  6. Bonjour Vincent,

    Je n’ai jamais vraiment joué au tennis, juste une ou deux fois pour essayer et ce qui m’a dissuadée d’apprendre et pratiquer ce sport c’est le manque de force dans mes poignets. J’avais de la difficulté à manier la raquette que je trouvais lourde à l’époque.

    J’ai les épaules solides, j’ai pas mal de force dans les bras (transport à pied de paquets de toutes sortes à longueur d’année oblige), mais j’ai les poignets assez «menus». J’ai beaucoup joué au badminton qui «était plus à ma portée» (raquette légère et pas besoin de poignets solides), lorsque j’étais à l’adolescence. Je sais rien à voir avec le tennis!

    Est-ce que mon histoire de poignets est un «faux prétexte» ou est-ce important d’avoir de bons poignets?

    De plus, je constate, à la lecture de ton article que le vocabulaire est très étendu. Je n’ai pas tout regardé, mais y a-t-il un article sur le vocabulaire de tennis sur ton blog?

    J’ai des amis qui jouent très régulièrement (toutes les semaines été comme hiver) et je pourrais leur proposer ton blog comme référence pour venir y puiser les trucs d’un pro, question d’améliorer leur coup de raquette!

    Sco!

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Sco,

      Ton problème de poignet n’est pas forcément un mauvais prétexte. Il est cependant plusieurs règles fondamentales à respecter pour ménager ses poignets au tennis.
      De plus il est tout à fait normal quand on est jeune de manquer de force dans les poignets.

      1 Echauffez vous les poignets (comme le reste du corps d’ailleurs) en effectuant quelques petites rotations et torsions de poignet sans forcer.
      Vous pouvez aussi démarrer quelques échanges en partant des carré de service.

      2 Jouez avec des personnes de votre niveau et évitez de jouer avec des joueurs trop trop puissants.

      3 Si vous avez surnommé votre raquette Excalibur ou Durandal, alors vous maniez peut-être un matériel trop lourd. Si vous débutez dans le tennis, démarrez avec une raquette légère. Prenez aussi attention à votre cordage qui ne doit être ni trop usé (apprenez à changer avant de casser) ni trop excessivement tendu (plus un cordage est tendu, plus il sollicite le poignet).

      4 De nombreux problèmes de poignet sont dus à une technique gestuelle incorrecte, à commencer par une mauvaise prise de raquette. N’hésitez pas à prendre un cours avec professeur compétent qui vous montrera les bons gestes. Faîtes selon vos moyens , mais ne faîtes pas l’impasse sur un investissement qui pourrait être important pour votre santé.

      Quant au glossaire du tennis, j’ai renoncé à poursuivre sa rédaction chaque mot étant un prétexte à développer un long article. Il y a des glossaires de tennis partout sur le web, sur le site de la Fédération Française de Tennis par exemple ou tout simplement sur Wikipédia.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Lexique_du_tennis

      Merci de faire la promotion de mon site auprès de tes amis qui jouent au tennis.

      à bientôt et félicitation pour ton blog qui est très intérêressant.

    • Christian dit :

      Salut Sco!, tu provoques…:-)

      • Vincent Bonnin dit :

        Pas du tout Christian,

        Le commentaire de Sco est plutôt pertinent et m’a permis de faire je pense un rappel utile pour les joueurs et joueuses qui débutent.
        Il est fréquent de se faire mal au poignet au tennis si on ne prend pas un minimum de précautions.

    • Bonjour Sco! et Vincent,

      Tout d’abord, Vincent, merci pour ta réponse, je vais essayer deux prises distinctes pour le coup droit. Pour le revers, je ne sais pas s’il y a des variations à tester, j’ai un revers à deux mains.

      Je réponds aussi à Sco! car j’ai des poignets très très fins (14,5 cm), des bras et des épaules assez menus. Cela ne m’a jamais posé de problème pour le tennis, mais il est vrai que quand j’étais débutante, j’ai commencé par des cours et j’ai sans doute très vite utilisé les bons gestes. Et après plusieurs années de pratique, j’arrive à réaliser des coups assez puissants quand je suis bien placée par rapport à la balle.

      J’ai aussi fait du badminton où je me débrouillais pas mal, malgré l’habitude des gestes trop amples du tennis pour ce sport. Mais j’ai toujours trouvé le badminton plus dur et violent que le tennis, physiquement parlant, et je ne le pratique plus.

      @ bientôt,
      Muriel

  7. Sylvain dit :

    Bonjour, tout d’abord je trouve ton article et le reste du blog super.
    Cela fait maintenant 5 ans que je pratique le tennis (j’ai 14 ans) je suis droitier et j’utilise ce que je crois être ce que tu appelle la prise « Hawaï » vu que le point rouge sur ma main (désolé je ne m’a rappelle plus du nom) est au niveau du méplat inférieur voir plus. Je ne joue pas trop mal avec cette prise sauf si je suis un peu en retard ou sur les balles basses, je voulais savoir si cette prise est vraiment néfaste pour mon jeu où si je peux continuer avec. En effet j’ai essayé de jouer avec une prise fermée et toute mes balles partent en cloche, voir sortent de l’enceinte du court.
    Voilà, merci d’avance pour ta réponse et encore bravo pour ce blog qui est extraordinaire!

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Sylvain,

      Et merci tout d’abord pour tes compliments qui me vont droit au coeur.

      Ta prise de coup droit est plus qu’extrême et j’ai choisi de ne pas l’évoquer dans mon article car elle est vraiment particulière et convient à peu de personnes finalement.

      Il y a cepandant des joueurs qui ont fait une grande carrière avec ce type de prise. Deux nom me viennent immédiatement à l’esprit Kent Carlsson (top 10, à la fin des années 80) et Alberto Berasategui (finaliste de Roland Garros en 1994). Ces deux joueurs ont pris leur retraite tennistique relativement tôt, est-ce un hasard ?

      Il est difficile de porter un jugement sur ton jeu sans t’avoir vu jouer, cepandant pour prendre la décision de changer de prise pour évoluer vers une prise plus ouverte il y a plusieurs paramètres à prendre en compte.

      1 Comment souhaites tu faire évoluer ton jeu ? Par exemple, si tu lifte ton coup droit et que tu souhaite pouvoir un jour traverser la balle à plat ta prise Hawai n’est pas la plus aisée pour le faire.

      2 Comment vont ton poignet, ton bras et ton épaule ? Ta prise est la plupart du temps plutôt éprouvante pour l’organisme. Si tu commence à ressentir des douleurs cela vient peut-être de ta prise. Changer de prise est dans ce cas une question de santé.
      Soit à l’écoute de ton corps.

      3 Es-tu prêt à passer quelque semaines à travailler ce changement de prise ? il est normal que tu aie des difficultés à garder les balles dans le court si tu effectue le même geste. Il faut que tu adapte ta technique à ta nouvelle prise et cela se fait progressivement (aides-toi d’un mur, de soft balles, joue dans les carrés de service…).

      Quelque soit ton choix n’oublie pas que ta technique pourra évoluer n’importe quand dans ta vie de joueur. Les pros sont sans cesse en train de travailler et de faire évoluer leur technique au fil du temps (on ne le souligne pas assez).

      Bonne chance pour la suite de ton évolution et à très bientôt sur le blog.

      Vincent

      • Sylvain dit :

        Merci de m’avoir répondu. Je trouve que la prise n’est pas dérangeante pour mon corps, je n’ai jamais ressenti de douleur particulière à cause du tennis sauf quelque fs aux genoux. Le problème est surtout que les balles courtes/basses sont très difficiles à jouer, et si j’essaie de changer de prise je rate tous mes coups. Je suis assez colérique sur le court (mais j’essaie de changer) et je n’arrive pas à persévérer pour changer ms habitudes. Il y a aussi le fait que mon entraîneur m’a encouragé très tôt à prendre une prise extrême, que j’ai encore refermée. Enfin cette prise me permet de frapper mes coups droits le poignet cassé, ce qui lui permet ne pas pas pouvoir bouger pendant la frappe, alors qu’avec une prise plus « ouverte » mon poignet se plie à chaque fois sous l’impact de la balle.
        Voilà, merci encore pour ta réponse et pour ton blog que j’adore.

  8. JM dit :

    Bonjour,

    et bravo pour votre blog dans lequel je me retrouve un peu puisque j’ai repris le tennis à 40 ans après plus de 20 ans d’arrêt. Et, histoire de rattraper un peu le temps « perdu », je parcours pas mal de site qui décryptent les techniques des pros … avec comme modèle RF … tant qu’à faire (bien pratique d’ailleurs tous ces slow motion … y’avait pas ça « à mon époque »). Bref, tout ça pour dire qu’en terme de grip et de traduction, même si on semble s’accorder sur le fait que RF est en eastern pour son coup droit, pas sur que tout le monde place le eastern au même endroit =;) : http://www.youtube.com/watch?v=aXcsblS3Jl4

    Et, même si la différence n’est que de quelques cm, elle existe bien dans le ressenti au moment de la frappe …

    JM

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci JM de nous avoir permis de retrouver l’explication de Will Hamilton sur la prise de coup droit de RF.

      Pas facile à analyser, d’ailleurs, car Roger Federer module sa prise de coup droit en fonction du coup qu’il doit jouer. C’est un cas unique dans le tennis professionnel moderne.

      A lire dans les commentaires de cet article

      http://blog-tennis-concept.com/que-retenir-du-tennis-de-roger-federer

      Les analyses biomécaniques comparées des coup-droits de Roger Federer et Rafa Nadal par Hervé Courtin : énorme !

  9. yassine dit :

    bonjour vincent, j’ai trouvé ton article très intéressant une nouvelle fois, je te félicite.
    je t’écris ce commentaire car j’espère que tu pourras résoudre mon problème de coup droit :
    lorsque je joue mon coup droit (je crois prise fermé ) je suis victime d’une grande préparation ou plutôt  »une grande boucle ». mes entraineurs m’ont conseillé de la raccourcir un peu, mais je n y arrive toujours pas.
    j’espère que tu pourras m’aider
    Voilà, merci d’avance pour ta réponse et encore bravo pour ce blog qui est très intéressant !!!

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Yassine,

      J’ai personnellement une préparation très ample en coup droit (surtout quand je me met en prise fermée et que je veux lifter la balle) et je suis souvent en retard dans ma préparation. Faut-il en déduire que je doive forcément réduire l’amplitude de ma boucle?

      Aucun des spécialistes du tennis avec lesquels j’ai eu l’occasion d’échanger des balles ne me l’a conseillé. Mon entraineur actuel m’a d’ailleurs plutôt encouragé à travailler mon oeil afin de pouvoir préparer mon coup droit dans les temps. En fait, si tu parvient à force de travail à amener ta tête de raquette en bas au moment ou la balle rebondit dans ton terrain, ce sera gagné. revois encore une fois ces deux vidéos :(j’y réexplique le tempo idéal du coup droit)

      http://blog-tennis-concept.com/mieux-percevoir-balle-au-tennis/

      http://blog-tennis-concept.com/frapper-fort-coup-droit-tennis/

      Donc si tu ne parvient pas a réduire ta boucle, tu peux essayer de travailler dans ce sens. Joue des séries de coup droit en comptant 1 quand la balle rebondit dans ton terrain (tête de raquette en bas) et 2 quand tu frappe. C’est un excellent exercice.

      Bon courage à toi et soit persévérant.

      Vincent

      Quand la balle arrive trop vite, par exemple sur première balle de service adverse, je joue un coup bloqué avec une prise plus ouverte et une préparation raccourcie de type volée.

      • yassine dit :

        merci énormément pour ta réponse, vincent.
        j’essaierai d’appliquer tes conseils avec application et peut être que je pourrai résoudre mon problème grâce a de la persévérance et a du sérieux !

  10. julien dit :

    Bonjour et merci pour votre site super bien fichu.

    J’utilise naturellement une prise extrême en coup droit et je pense du coup en ayant lu vos lignes que cette prise est la raison de mon inefficacité en coup droit.

    Je suis juste pas d’accord enfin en tout cas ce n’est pas mon cas que cette prise est plus facile pour les balles hautes. J’ai beaucoup de mal à remettre ce type de balle (j’utilise du coup le chop sur ces balles la).

    En tout cas je vais changer ma prise des aujourd’hui en espérant que cela s’avère efficace.

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Julien,

      Si ton coup droit est inefficace à tes yeux, alors tu ne risque pas grand chose à modifier ta prise. Cependant il n’y pas que la prise qui rentre en compte dans l’efficacité d’un coup. Il y a aussi le plan de frappe, le transfert du poids du corps, la distance de placement, le rôle du poignet…

      Pour les balles hautes, quelque soit la prise, de toute façon c’est plus difficile de frapper un coup à hauteur d’épaule, qu’a hauteur de hanche.

      Bon courage dans tes expérimentations

      Vincent

  11. Martin Hotte dit :

    Bonjour, votre traduction des prises est différente de tout ce que j’ai entendu et lu. D’ailleur la photo de Federer et le dessin de la prise ne correspondent pas du tout. Si on considère le dessus du manche étant la face 1:
    Continental=2
    Eastern=3
    Semi-western=4
    Western=5 (nous sommes rendu à la face dessous le manche, ce que vous appelez prise extrême)
    Ceci est ce qu’on voit partout…sauf sur votre blogue.
    Tout de même, merci de partager votre passion, c’est apprécié!

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Martin,

      Content que mon blog ait suscité ton intérêt,

      Les prises de raquettes font parfois appel à des interprétations différentes et entraînent parfois des débats contradictoires entre spécialistes.
      L’un d’entre eux (Hervé Romain) m’a même signifié à juste titre que l’information du placement de l’éminence hypothénar était incomplète puisqu’il fallait y ajouter la position dans laquelle se referment les doigts sur le manche pour connaître avec exactitude la prise utilisée.

      Je cite mes sources en fin d’ article et reprend dans ce billet la description des prises selon Franck Borel dans son ouvrage (le tennis comment?). C’est l’ouvrage le plus clair que je n’ai jamais lu sur le sujet des prises de raquettes.

      Dans son livre (les fondamentaux du tennis) Christian Rieu reprend cette configuration en éludant toutefois la prise semi-western et en plaçant directement la western en 3 (méplat latéral droit). Ce qui fait une sacré différence avec toi qui la place en 5 (méplat inférieur).

      Sérieusement (et sans vouloir remettre en cause ta bonne foi), j’aimerai beaucoup connaître tes sources. Tu le vois partout et je ne l’ai vu nulle part.

      Le plus important est d’ éviter d’avoir, selon moi, une prise trop fermé en coup droit de fond de court. En d’autre termes, de frapper un coup droit avec une prise revers, ce qui limite fortement les possibilités. S’il ne fallait retenir qu’une seule chose de cet article ce serait ça.

      Bon courage dans tes choix de prises

      Vincent

      • Rémi dit :

        Bonjour,

        D’abord bravo pour votre blog il y a d’excellents conseils qui sont accessibles et surtout très clairs.

        Mais concernant les prises d’autres sources ( américaines ) disent exactement le contraire.

        Dites moi ce que vous en pensez voici le site tenu par Will Hamilton c’est un site assez connu : http://www.fuzzyyellowballs.com/video-tennis-lessons/grips/

        Il a clairement mentionné que la prise semi western se situe sur le bord n°4 où figurent l’articulation de l’index et l’hypothénar.

        • Vincent Bonnin dit :

          Bonjour Rémi,

          Les nord-américains prennent comme repère non pas l’éminence hypothénar (voir point rouge sur mes photo) mais la base de l’index. Imagine mon point rouge situé sur la base de l’index et il ira pour une prise semi western se coller sur le bord n° 4 (alors que pour le point de repère que j’utilise il se colle sur le bord 3).
          Donc, tout va bien et une prise semi-western selon Will Hamilton correspond bien à une prise semi-western selon Franck Borrel avec un bord de décalage.

          Vincent

  12. Didier dit :

    Attention je pense qu’il y des erreurs de 90 degrés sur les photos et schéma avec le point rouge. Sauf erreur.

    Didier

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Didier,

      J’ai repris les schémas de Franck Borrel dans son livre Le Tennis Comment (l’ouvrage le plus complet et le plus clair que j’ai jamais lu). Si tu est nord-américain, sache que les formateurs de là-bas ne prennent pas l’éminence hypothénar comme référence mais la bosse située à la base de l’index. Voila qui expliquerait peut-être le décalage dont tu parles (voir la vidéo de Florian Meier ci dessous)

      https://www.youtube.com/watch?v=eRCWkQfPGvg

      • Patrick dit :

        Bonsoir Vincent,
        Je suis surpris de cette précision car bon nombre de sites indiquent qu’il faut positionner et la base de l’index et l’éminence hypothénar sur la face choisie, ce qui me pose pas mal de problèmes car lorsque je positionne l’éminence la base de mon index n’est pas vraiment sur la même face !?

        • Vincent Bonnin dit :

          Bonjour Patrick,

          Il y a un décalage d’un huitième de manche entre la position de la base de l’index et la position de l’éminence hypothénar. C’est tout à fait normal qu’il ne soient pas sur la même face. Pour une prise fermée de coup droit, mon éminence est sur le méplat latéral droit tandis que la base de mon index est sur le chanfrein inférieur droit.

  13. Fab dit :

    Bonjour Vincent,
    Effectivement, c’est un bel article. Comme quoi la première action du tennis qui est de tenir la raquette n’est pas si triviale. Je propose un résumé des prises de tous les coups à cette adresse. C’est ma première fiche qui sera suivi de beaucoup d’autres en espérant qu’elles soient utiles au maximum.
    http://progresser-au-tennis.com/wp-content/uploads/2015/07/fiche-progresser-au-tennis-1-prises-de-raquette.pdf
    Bon téléchargement
    Fab

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Fab pour ce PDF à télécharger qui résume très bien pour chaque situation de jeu les meilleures prise de raquettes.

      Après, cela ne résoud pas la question de savoir s’il vaut mieux posséder une prise de raquette unique pour un coup donné ou s’il est préférable d’adapter sa prise de raquette à chaque situation quitte à s’emmêler les pinceaux dans des changements de prise trop fréquents.

      • Fab dit :

        Bonjour Vincent,
        C’est vrai que je donne une étendue large des prises, même si je ne mentionne pas les prises exotiques encore plus fermées que la prise western, mais que cette question d’avoir plusieurs prises reste en suspens. Pour ma part, je ne préconise pas d’avoir plusieurs prises pour un même coup car ce contact avec la raquette est tellement « intime », que toutes les sensations passent par cette prise, que je préfère favoriser le travail du poignet pour rectifier le plan de raquette suivant la hauteur de frappe. Il y a un test simple à faire : jouer pendant 5 min avec une prise puis 5 min avec un autre sur le même coup et déterminer celle qui vous procure moins de « bois » et moins de fautes. Vous trouverez votre prise personnelle.
        Bon tennis, amicalement
        Fab

        • Patrick dit :

          Je suis peut-être naïf ou ignorant, mais j’ai du mal à imaginer que les joueurs, ou même les champions que l’on voit tourner leurs raquettes en permanence dans leur main, s’attardent à positionner tant l’index que l’éminence hypothénar sur la bonne face dans le feu de l’action !
          N’y a-t-il pas autre chose, comme l’action de la main gauche, qui serait plus adaptée comme point de repère ?
          Je ne suis pas une référence en la matière, mais quand je jouais, je savais que ma raquette était bien placée grâce au bout des doigts qui venaient se positionner sur l’une des faces de ma raquette, à un endroit sans doute fictif où je rencontrais comme une emprunte sur le grip. Le problème se posait lorsque je changeais de raquette ou de grip, car je perdais ces repères.
          Quoi qu’il en soit et pour avoir essayé une foultitude de raquettes avec des grip divers et variés, je suis surpris qu’on puisse s’attacher à des petites arrêtes ou des méplats parfois insignifiants, quand certains manches sont très arrondis et d’autres oblongues, quand certains grips sont extrêmement fins et d’autres épais et matelassés…
          Mais probablement suis-je dans le faux et c’est la raison pour laquelle je suis aujourd’hui complètement azimuté pour modifier ma prise !?

  14. Benjamin dit :

    Salut vincent,

    Je voulais savoir si tu savais quelle prise tomas berdych utilise car il frappe très à plat, et parfois meme lorsque la balle est tres basse.

    Merci d’avance

    • Fab dit :

      Bonjour Benjamin,
      Berdych a une prise semi-western si j’observe des vidéos en slow-motion. L’impression de coup à plat est due au fait qu’il traverse très longtemps la balle avec une mise à niveau et une rotation de l’avant-bras réduite. Cependant il imprime toujours un minimum de lift pour maîtriser sa puissance. La fermeture de la prise est directement lié au plan de frappe (frappe avancé = prise fermée, frappe peu avancée = prise moins fermée), ce n’est pas lié à l’effet. Sauf que pour lifter il faut frapper bien en avant et du coup avoir une prise fermée.
      Bon tennis
      Fab

      • Vincent Bonnin dit :

        Merci Fab pour ces précisions techniques, il n’y a rien à rajouter.

      • Patrick dit :

        Bonjour Benjamin,
        Je suis très intéressé par ton commentaire parce qu’il corrobore ce que je pensais mais contredit ce que mes profs en disent.
        Quand je tente d’adopter la prise qu’elles (j’ai eu 2 profs femme, 2 sœurs en l’occurrence) me demandent d’utiliser, je constate que le tamis est ouvert au moment de la frappe, ce qui a pour effet de faire voler toutes les balles au plafond. Sauf que pour mes profs, ce n’est pas la prise qui est en cause, mais le fait que je ne termine pas mon geste en écharpe. Et quand j’objecte que quoi que je fasse après la frappe, cela ne changera rien à la frappe, elles persistent et signent !?
        Or, elles me demandent de prendre une prise quasi marteau et de frapper la balle bien devant ce qui, comme tu sembles l’indiquer, n’est pas compatible.
        Ai-je bien compris ton propos ou l’ai-je interprété parce que ça m’arrangeait de le faire ?
        Cdlt

        • Vincent Bonnin dit :

          Bonjour Patrick,

          Si tes balles partent toutes au plafond, c’est effectivement peut être du (entre autres) à l’inclinaison de ton tamis à la frappe. Il gagnerait sûrement à être un peu plus parallèle au sol (pourquoi pas avec une prise plus fermée que la marteau ou la continentale).
          Après cela ne te dispense pas de prendre la balle bien devant et de bien accompagner et finir ton geste.

          Vincent

  15. Benjamin dit :

    Ok merci

  16. Nicolas dit :

    Honnêtement, je vois pas tant de joueurs du circuit utiliser une « prise fermée », particulièrement pour ceux qui jouent en fond de court. Il y a sans doute Berdych, Del Potro et Federer, après, ça devient difficile. Pour moi, la prise la plus usuelle est de très loin la prise « très fermée », décrite ici comme « extrême », que ce soit sur terre battue ou ailleurs : Wawrinka, Nadal, Marat Safin, Lleyton Hewitt, Djokovic et j’en passe… Je tiens à dire que je dis ça en ayant vu ces joueurs regarder, et en ayant une prise assez similaire et très fermée moi aussi, peut-être ne serez vous pas d’accord avec ça.

    Pour moi, cette prise est un standard, et c’est sans doute à cause du matériel. Taper à plus de 140 km/h un coup droit est une rigolade, il suffit de centrer, ça part tout seul. La perte d’énergie conséquente à cette prise, énergie passant dans le lift est réelle, mais très compensée par le matériel moderne. La puissance minimale nécessaire pour frapper augmente, mais elle permet surtout d’accroître fortement la puissance maximale de la frappe. Non, pour moi, le seul défaut de cette – ma – prise, c’est de devoir taper très en avant par rapport à soi à cause du plan de frappe très en avant. Si une balle nous dépasse, on va devoir faire le ninja.

  17. Patrick dit :

    Bonsoir Vincent,
    Je n’ai pas pris le temps de lire la totalité des commentaires mais tes réponses aux premiers que j’ai lus m’ont donné le sentiment que peut-être tu pourrais éclairer ma lanterne.
    Tout d’abord je tenais comme tous les autres à te féliciter pour ce sujet qui est, une fois n’est pas coutume, clair, précis et dans un français qui fait grandement défaut sur la toile…
    Avant de poser ma question, je vais me présenter, au cas où cela influencerait ta réponse.
    J’ai 56 ans et presque toutes mes dents, je joue au tennis depuis 92 ou plus exactement, j’ai commencé en 92, me suis interrompu sur blessure en 97, et ai repris le tennis en 2012.
    Lorsque j’ai commencé, sans cours, j’ai adopté une prise naturelle qui me permettait de remettre la plupart des balles en coup droit. Comme je n’avais pas de service, j’ai bossé dans mon coin, persuadé d’avoir assimilé la bonne gestuelle, jusqu’à obtenir un service redoutable. Finalement, en 96 j’étais 30/2 mais c’était déjà le début de la fin, blessures obligent.
    Comme je n’avais pas de revers, ou plutôt comme je ne savais pas changer de prise, je coupais mes revers. Après quelques cours de tennis collectifs, j’ai modifié cette prise pour tendre vers le revers lifté. Résultat: je ne liftais toujours pas en revers mais mon chop était devenu une arme redoutable et, ne sachant toujours pas changer de prise, j’adoptais une prise « inversée » avec laquelle je tapais en revers comme en coup droit avec la même face. Cette année là, hasard du calendrier, un certain Alberto Berasategui faisait la une des journaux aux internationaux de France. C’est grâce à cette prise et surtout à un physique au-dessus de la moyenne que j’ai réussi à m’imposer. Mais c’est également à cause de cette prise que j’ai fini par me blesser.
    L’ennui, c’est que 15 années plus tard, le physique en moins, la prise est revenue d’elle même et les dommages corporels avec…
    Depuis 2 mois, je tente d’y mettre un terme en essayant d’adopter une prise beaucoup plus classique. Je me délecte de toutes les vidéos sur le net, notamment les innombrables ralentis sur Fédérer, je me gave des analyses en tout genre et en extrait les conseils qui me paraissent les mieux avisés.
    Ah, au fait : je suis un ancien moniteur EPMS (armée)
    Comme cela ne pouvait suffire, j’ai pris des cours, d’abord collectifs puis individualisés, mais à ce jour les résultats sont alarmants: je ne sais plus du tout frapper une balle en coup droit !
    De fait, je n’ai plus de partenaires, je les comprends, et les cours ne sont pas à la hauteur de mes attentes: pas d’éducatifs et pas de prof masculin.
    Ce n’est pas de la misogynie, c’est juste que le coup droit au féminin ne ressemble pas à celui des hommes, il n’y a qu’à voir les vidéos pour s’en rendre compte, et celui que l’on me demande d’adopter n’a rien à voir avec celui que je crois déceler sur les vidéos, notamment de Fédérer.
    Au fait, je n’apprécie pas plus Fédérer qu’un autre joueur, mais son style de jeu est tellement plébiscité qu’il représente la majorité des vidéos avec ralenti sur la toile.
    Pour en revenir à l’objet de ce commentaire, qui n’en est pas vraiment un, je m’interroge sur cette notion de prise qui semble primordiale, si j’en crois le nombre d’interventions sur le sujet, mais qui, à mon sens, parait secondaire.
    Pour assoir mon propos, je vais me baser sur le coup droit de Fédérer.
    Avant de lire quoi que ce soit sur son style de prise, j’ai analysé toutes les vidéos qui portent sur ce joueur et notamment celles qui présentent des ralentis. L’ennui, c’est qu’elles sont toutes en Anglais, ce qui ne favorise pas la compréhension de l’entièreté des commentaires. Quoi qu’il en soit, les images parlent d’elles-mêmes, enfin presque. Pour avoir tenté de mettre en pratique cette gestuelle, je suis resté bloqué sur deux problématiques :
    – Comment fait-il pour passer soudainement d’un tamis qui fait face au sol, tête de raquette pointée vers la droite puis l’arrière, à un tamis qui s’ouvre et dont la tête s’oriente vers la gauche ? S’agit-il d’un mouvement volontaire du poignet pour diriger le manche vers la balle ? S’agit-il d’une rotation de l’épaule qui provoque cette orientation ? … ?
    – Quand on passe ces vidéos, au ralenti ou à vitesse réelle, je n’arrive pas à comprendre le déclic qui l’incite à déclencher précisément à cet instant ce changement d’orientation de la raquette. Et comme la caméra est rivée sur le joueur, on ne voit pas où se trouve la balle quand il décide de se préparer et surtout de déclencher sa frappe ?
    Avant, je jouais au feeling mais aussi et surtout de face et en appui arrière. Et quand on visionne les rares vidéos sur Berasategui, on constate également qu’il finit souvent ses frappes en appui arrière avec la jambe gauche levée.
    Quand je dis que je jouais au feeling, c’est à dire que je ne me posais jamais de question sur le type de prise à adopter ni même sur la face sur laquelle je pouvais poser l’index ou l’éminence Hypothénar. Je pouvais faire tourner dix fois la raquette dans ma main avant de frapper et elle retournait toujours à la bonne place. De plus et contrairement à la plupart des joueurs, je n’utilisais pas la main gauche pour la replacer.
    Cette prise inversée m’obligeait à prendre les balles quasi face à moi et surtout très près du corps: bras fléchi oblige !
    Avec la nouvelle prise, le bras étant tendu, le coup étant plus latéralisé et le transfert du corps passant de la jambe arrière à la jambe avant, je n’ai plus du tout de repères, je ne ressens plus rien et surtout, je suis complètement désynchronisé.
    Pourtant, à l’arrêt, lorsque j’engage un balle, même les yeux fermés, j’arrive à reproduire ce qui, dans mon esprit, doit s’approcher de la bonne gestuelle. Et si j’ouvre les yeux, force est de constater que les balles ont une très belles trajectoire, ce dont je suis le premier surpris.
    L’ennui, c’est que dès que la balle est en mouvement, c’est le grand saut dans l’inconnu : une fois sur 10 la frappe est correcte et le reste du temps, elle dégage complètement sur la droite ou au plafond. Les fautes, très probablement, ce sont le retard à l’amorçage puis à l’allumage, la distance par rapport à la balle puis, en non des moindre, la position du poignet au moment de la frappe : jadis, je boxais la balle en donnant un uppercut, paume tournée vers le haut et même vers l’arrière en fin de lift, et mon bras finissait sa course sous le bras gauche (quand il ne heurtait pas le genoux).
    Maintenant, je ne sais ce que doit faire ce poignet : doit-il demeurer fixe à 90° comme on semble le distinguer sur les vidéos ? Mais alors, qu’Est-ce qui donne le coup de fouet dans la balle, sous réserve qu’il faille la fouetter ? Et à quel moment ce poignet décide-t-il de s’étendre et de tourner la main vers le bas pour faire passer le bras en écharpe autour du cou ?
    Cela fait, j’en suis conscient un peu plus d’une seule question, mais comme tout est nouveau, j’ai l’impression de réapprendre à marcher mais avec cette énorme différence, c’est qu’aujourd’hui j’ai l’appréhension de tomber…
    Je pourrais résumer tout ce laïus en demandant à quel moment le joueur décide-t-il de préparer puis de déclencher sa frappe et que fait le poignet durant toute cette préparation : Actif ou passif ?
    Merci d’avoir tenté de suivre toutes mes digressions et par avance, merci pour les conseils que vous pourriez m’apporter

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Patrick et bravo pour ton post dithyrambique.

      Pour répondre à quelques une de tes questions.

      1) La prise Hawaïenne (plus qu’extrême) n’est valable que si elle n’entraîne aucun problème physique pour le joueur. Comme ce n’est pas ton cas, je te conseille d’en changer. Essaye une nouvelle prise plus conventionnelle western (extrême) ou semi-western (fermée) et essaye de procéder comme suit dans la diagonale coup droit. Démarre avec des balles en mousse et une raquette junior dans les carrées de service. Puis passe à des balles soft ou mid dans la middle zone toujours avec des raquettes junior. Puis enfin passe aux balles dures dans le grand terrain avec ta raquette. Vas y à ton rythme pour franchir les étapes et laisser à ton cerveau le temps de s’habituer à ta nouvelle prise. Quand tu commence dans le petit terrain c’est infiniment plus facile pour ton cerveau car il ne fait pas de comparaison avec la situation d’avant.

      2 ) Roger Federer opère une flexion-extention du poignet en coup droit. lors de l’armé il se relâche complètement et laisse « tomber » sa tête de raquette vers le bas et en arrière. Lorsque le bras (plus avant-bras) se relève et va à l’encontre de la balle, le poignet (toujours relâché) accuse un retard par rapport au bras et la flexion s’accentue. Puis, juste avant la frappe le poignet revient naturellement vers la balle (c’est l’effet coup de fouet). Ne reste plus qu’à accompagner vers la direction ou il veux envoyer la balle et terminer sa fin de geste.

      Roger ne serre la raquette qu’au moment très précis ou la balle est en contact avec le cordage.

      Pour la distance, sers-toi de ta main gauche (si tu es droitier) pour viser la balle (le bras est en diagonale vers l’avant et la droite).

      Pour le déclenchement, prépare le plus tôt possible et arranges-toi pour frapper la balle devant (impossible d’être relâché quand on frappe en arrière).

      Bon courage et bonne continuation dans ton changement.

      Vincent

      PS : J’ai beaucoup appris de Jean Pascal Roussat du site Free Tennis pour le coup droit. Je te conseille ses vidéos sur Youtube, son site et sa formation en ligne.

  18. Didier dit :

    Bonjour Vincent,

    J’ai un gros souci avec cet article et je pense qu’il est tout faux (désolé).
    Le prises seraient correctes si le point rouge sur le manche correspondait à la pointe du V formée par le pouce et l’index, mais pas avec l’éminence hypothénar comme décrit.

    Merci

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Didier,

      Ne soit pas désolé pour moi, l’essentiel pour toi est d’être à l’aise avec ta ou tes prises de raquettes et de bien sentir si elles sont ouvertes ou fermées.
      J’ai cité une partie de mes sources documentaires comme Franck Borel ou Christian Rieu à la fin de l’article.
      Martin ou Rémi (des nord-américains) qui me contredisent (à juste titre) dans les commentaires m’ont présentés les leur comme Will Hamilton du site Fuzzy Yellow Ball.

      Je serais curieux de connaître les tiennes.

      Bonne continuation à toi (sans prises de tête exagérées avec les prises)

      Vincent

Répondre à Nicolas Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *