La boutique du tennis

Que retenir du tennis de Roger Federer ?

Roger Federer © splitmilk

Je viens d’assister devant mon poste de télévision à la 6eme victoire de Roger Federer au « Masters »*2011 de Londres  contre notre Jo –Wilfried Tsonga national, et je pense que c’est le moment idéal pour poursuivre ma série sur les champions.

Avant ça,  Federer  avait donné un véritable  récital contre Rafael Nadal en match de poule, assommant l’espagnol  de 32 coups gagnants pour 5 fautes directes. Le chef-d’œuvre de sa semaine londonienne précédait deux matchs quelque peu décousus (pour ne pas écrire décevant contre Fish et Ferrer). Mais que voulez-vous, on s’habitue au caviar et voir Fedex, multiplier les fautes dans un match a quelque chose d’agaçant.

Je peux maintenant vous l’avouer, je suis fan du joueur suisse et c’est précisément parce que je me suis déjà occupé du cas de son ami Rafael Nadal, que je peux m’attaquer aujourd’hui au cas de l’helvète à la Rolex sans être taxé d’anti-nadalisme primaire**.

Federer est mon avatar personnel. Ce droitier au revers à une main et au tempérament offensif m’inspire tout particulièrement. C’est le seul joueur dont je peux invoquer le génie tennistique à tout moment quand j’ai un problème technique sur le court. « Mais qu’aurait donc fait Roger à ma place ? »

D’ailleurs à l’issue d’un match disputé en tournoi, un adversaire m’a glissé sur de lui «toi,  ton joueur préféré c’est Federer !». C’était bien vu, tant ce joueur m’a personnellement inspiré ces dernières années.

Revue de détail de 3 points technique que l’on peut, à tout niveau, imiter dans le jeu  du joueur suisse.

Jouer le plus à l’intérieur possible dans le court

Vous allez me dire que j’ énonce un truisme, car aujourd’hui tous les joueurs cherchent  à jouer à l’intérieur du court, mais enfin, lors de son match du deuxième tour de Bercy 2011 contre Gasquet, le premier commentaire du consultant concernait la position des deux joueurs.  Gasquet était 2 m derrière la ligne de fond  tandis que Federer distribuait à partir de cette même ligne.   

Il me semble par ailleurs qu’à chaque match Roger se débrouille pour être toujours  plus à l’intérieur du court que son adversaire, quel que soit sa position.

Au fur et à mesure de votre progression tennistique rapprochez-vous de la ligne de fond de court. Vous ferez des fautes, bien sûr, car contrôler la balle plus tôt qu’à son habitude est inconfortable et plus difficile, mais chaque centimètre  gagné vous fera gagner de l’influence sur votre adversaire.

Federer fait subir et ne subit pas  et c’est un des secret de sa longévité.

Recherchez  l’efficacité technique et biomécanique

Tous les spécialistes vous le diront, il y a chez Roger Federer un Rapport énergie utilisée/énergie restituée proprement phénoménale. Un journaliste américain a même écrit à son propos et en comparant son style de frappe à celui de Rafa « Nadal consomme de l’énergie, Federer en produit ». Ce non-sens contient une parcelle de vérité tant Roger ne semble absolument pas se fatiguer quand il frappe. Le placement, les transferts du poids du corps, l’énergie transmise qui transforme son poignet en fouet humain : tout semble d’une fluidité  et d’une  facilité déconcertante.  Il n’y a que quand je regarde bouger ses jambes supersoniques que je me sens rapidement fatigué pour lui.

Il y a quelque chose d’obsessionnel chez Roger Federer dans sa recherche du geste parfait mais vous pouvez vous en inspirer à votre niveau.

Quel que soit la qualité de vos gestes vous pouvez toujours les améliorer. Travaillez votre technique avec l’aide d’un professeur compétent et avec lequel le courant passe. N’hésitez pas à essayer plusieurs techniciens.

 Oubliez un instant la compétition et prenez le temps de changer un geste incorrect. Ce sera le meilleur investissement que vous pourrez faire  pour augmenter votre plaisir de jouer au fil du temps et vous protéger des blessures.

Le temps utilisé à vous isoler de la compétition pour perfectionner vos coups sera largement récupéré dans la durée de votre carrière et dans votre plaisir du jeu.

En plus de dix ans d’une  carrière professionnelle particulièrement fournie,  Roger Federer  n’a connu qu’une mononucléose en fin 2007 et un unique abandon sur blessure en tournoi (Bercy en octobre 2008).

Dans la biographie Rafa. Mi historia rédigé par John Carlin, Rafael Nadal évoque l’exception Federer

« La majeure partie du temps, je souffre en jouant. Mais, je suppose que c’est le cas de tous ceux qui pratiquent le sport en professionnels. De tous, sauf de Federer. Moi, j’ai besoin de travailler très dur pour m’habituer à la douleur, pour m’émanciper de la tension musculaire… Mais, Federer, lui, il donne l’impression d’être né pour jouer au tennis. Son anatomie, sa physiologie… Tout chez lui semble être complètement adapté à ce sport, le préservant des blessures qu’ont à endurer les autres. Quelqu’un m’a dit qu’il ne s’entraînait pas aussi dur que moi. Je ne sais pas si c’est vrai, mais ça ne me surprendrait pas. »

Chercher la variété des coups et exprimez votre créativité gestuelle

Roger Federer sait jouer plus de coup que les autres joueurs, ce qui lui permet d’avoir une réponse tactique à chaque situation. Lors de ses années fastes,  Il n’y a guère que Nadal qui a réussi à percer son talon d’Achille, en faisant gicler systématiquement son coup droit de gaucher au-dessus de son épaule, côté revers.

Et on peut rendre hommage à l’espagnol sur ce point, la fenêtre de tir étant particulièrement étroite. Si la balle de Nadal est trop basse, Roger peut accélérer en revers. Si la balle est trop lente Federer peut tourner son revers et fouetter son fameux coup droit***.

Le coup droit lifté de Roger Federer © Toga

C’est précisément ce qui c’est passé lors de la démonstration du joueur suisse en match de poule du masters 2011 contre Rafa. Les journalistes sportifs ont souvent écrit que Roger « marchait sur l’eau » quand il était en état de grâce. Je l’ai vu ce soir-là multiplier les « pains » gagnants sur les coups droit croisés de l’espagnol.

Pour illustrer la variété de sa technique, il n’y a qu’à prendre l’exemple de son revers.

Qu’il doive le jouer en chop, en lift ou bien frappé, Roger ajuste sa technique en fonction de la balle. Il  peut ainsi fermer ou ouvrir sa prise, modifier sa préparation ou changer ses appuis. On peut le voir frapper ses revers en appuis ouverts, en appuis en ligne voir en  appuis croisés pour gagner en latéralité.

Le revers lifté de Roger Federer © y.caradec

Roger a appris à jouer ses revers (et ses coups droits) avec des prises relativement neutres avant de progressivement fermer et ouvrir ses prises en fonction de ses besoins techniques.

On peut aussi considérer que Federer  a réhabilité le revers chopé qui devenait de moins en moins utilisé pour en faire un coup fusant au rebond bas, utile tant en attaque qu’en défense.

Roger Federer par jtbarret

A l’image de Roger Federer, qui grâce à sa formidable panoplie technique peut faire face à toute les situations, n’hésitez pas à apprendre de nouveaux coups. Analysez vos défaites et demandez-vous  quel serait le coup qui vous manque pour gagner en efficacité. Mais attention, comme le conseille très justement le célèbre entraîneur américain Brad Gilbert dans son livre Winning Ugly, ne travaillez pas sur un coup qui ne doit pas servir votre système de jeu.

Posséder une variété de coups, d’effets, de vitesse  et de rebond sera toujours un plus dans votre jeu.

Romain Arneodo, le jeune tennisman de 18 ans qui a eu l’honneur de préparer les numéros 2 et 3 mondiaux (alias Djokovic et Federer) pour leur demi-finale de Roland Garros 2011 compare les deux joueurs  dans le quotidien l’équipe du vendredi 03 juin 2011

C’est vraiment différent de jouer Federer ou Djokovic. C’est plus facile contre Novak, dans la mesure où sa balle est plus « facile », a une cadence régulière. Mais ça va vachement plus vite ! Roger, lui est dans le changement de rythme. En diagonale coup droit, sa balle est lourde, ça gicle de manière incroyable et d’un coup, il te plante un coup à plat…En revers, je n’ai jamais vu un chip comme ça. Hallucinant, il doit être injouable le mec ! .

Attention néanmoins à ne pas apprendre de nouveaux coups avant d’avoir maîtrisé l’utilisation des coups que vous possédez déjà. Roger lui-même a eu beaucoup de difficulté à mettre en place ses schémas de jeu,  handicapé qu’il était par le trop grand choix de possibilités  qui s’offrait à lui à chaque coup.

Peter Lundgren coach de Federer en 2003 (l’année ou il remporte son premier Wimbledon) a déclaré que son principal travail fut non pas de travailler les coups du jeune champion mais d’aider Roger à choisir parmi son arsenal de coups lesquels utiliser et quand. Il disposait de tellement de coups qu’il était parfois perdu.

Federer cherche des zones et des effets différents à chaque service. Inutile d’essayer de faire de même avant de maîtriser suffisamment un ou deux style d’engagements de chaque côté, cela nuirait à votre efficacité. Et c’est un spécialiste du geste incongru au plus mauvais moment qui vous donne ce conseil.

*Pour être exact, on ne doit plus dire Masters qui est une marque déposé mais  ATP world tour finals.

** Les Fans de tennis aiment se partager entre supporters de Nadal et de Federer. Ils adoptent souvent des postures extrémistes sur les Forums ou ils croisent la plume à coups de propos outranciers et de mauvaise foi (et parfois drôles, il faut l’admettre). Comme s’il était impossible d’apprécier à la fois Nadal et Federer…

***Dans le cas de Roger on ne dit pas puncher un coup droit (comme le faisait Lendl dans les années 80) mais fouetter un coup droit, tant son poignet  va vite en fin de geste.

Cette entrée a été publiée dans technique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Que retenir du tennis de Roger Federer ?

  1. BECQ dit :

    Bravo Vincent, … veinard d’avoir pu voir évoluer le Grand Federer durant ce Masters, … euh pardon, ce ATP Word Tour Final … et Bercy, … je n’ai rien vu !!
    Bravo et « chapeau », je suis admiratif et comblé, quand je vois l’attitude de ce joueur et le relâchement. Hier je suis tombé sur le blog d’un fan de FEDERER aussi, et je me suis régalé à voir ces 30 derniers succès, sur toutes surfaces, … respect !!!
    Merci Vincent d’avoir pris le temps de présenter « Roger » et pourquoi pas une vidéo sur lui, au ralenti pour apprècier son jeu de jambes et ses coups, son attitude, sur et en dehors du court, … j’aimerais bien aller le voir jouer !
    Au plaisir de découvrir la deuxième partie !!
    Avec toute mon Amitié
    Guy-François

  2. métais rolande laurette dit :

    oui une petite vidéo au ralenti!!!

  3. jean-robin dit :

    merci, très bon article, intéressant et stimulant, comme d’hab’!vivement le prochain!
    (petit détail : tu voulais dire « énoncer un truisme », et non pas dénoncer, j’ai l’impression)

  4. Sylviane dit :

    Bonjour Vincent,

    Ton admiration et ta « tendance » à imiter le grand Federer s’appelle de la modélisation en PNL et c’est ce que nous faisons depuis tout petit c’est imiter nos parents donc un jour peut-être seras-tu son égal (dois-je te demander tout de suite un autographe avant ton succès ?)

    C’est toujours un plaisir de te lire même si je ne cours pas sur le terrain
    Amicalement

    • Vincent Bonnin dit :

      Federer serait donc mon père ?
      Ce ne serait pas la première fois qu’ une personne plus jeune que moi me serve de modèle.
      Merci Sylviane, pour la pertinence de ton commentaire, la modélisation fera certainement l’objet d’un article tant cette technique peut-être puissante.

      Bien à toi

  5. Bonjour!
    Ton article est vraiment très stimulant, très dynamique!
    Je l’ai lu à peine en diagonale alors que je ne suis pas du tout fan de tennis…
    Le mental et la gestuelle du « champion » est un sujet qui m’intéresse parce que tu peux effectivement « modéliser » le processus. Moi je ne pratique pas la PNL (je suis sophrologue) mais je trouve cela passionnant et j’ai lu des livres d’Antony Robbins qui utilise ces techniques.

  6. Il a un jeu qui relève du génie =) s’en inspirer oui, le copier, beaucoup plus compliqué 😉
    Adam

  7. BERGEZ dit :

    Bonjour,

    Je viens de découvrir ce blog très intéressant et je dévore les articles tant il sont intéressants et bien écrits.
    Chapeau bas donc et continue ainsi, bravo.

    Moi-même fan de Federer (son jeu, sa technique, son esprit, son fair-play…etc…etc), je ne peux qu’abonder dans le sens de s’inspirer de lui pendant les matches.
    Il fait cependant faire attention de ne pas entrer dans la frustation de ne pas réussir les mêmes coups que lui (on ne serait pas 4eme série sinon…).

    Allez, ça suffit, j’ai encore plein d’autres articles de Vincent à lire !

    Bonne continuation

    Nicolas

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Nicolas pour ta participation,

      Imiter la gestuelle de Federer doit effectivement se faire dans la plus grande lucidité et certains de ces coups sont très difficiles d’accès aux joueurs amateurs. Frapper un revers à une main au dessus de l’épaule demande par exemple une puissance athlétique hors norme.

      Avec le recul que m’ont donnés les quelques mois qui se sont écoulés depuis la parution de cet article, je me suis aperçu que beaucoup de joueurs de quatrième série abusaient des prises de balle précoces et multipliaient ainsi les fautes.
      Il y a malheureusement souvent dans ce cas, une paresse du jeu de jambes qui n’est pas à la hauteur de celui de grand Roger.

      C’est pourquoi je conseillerais aussi aux joueurs dont les adversaires jouent long de reculer pour frapper la balle avec plus de contrôle et de sécurité. Réservez alors les prises de balle tôt aux moments importants ou vous surprendrez vos adversaires.

  8. Herve courtin dit :

    je viens de découvrir votre blog.
    Merci de l’avoir crée , car Roger est l’allégorie du sportif converti en artiste,
    ou quand le sport devient un art.
    Au CREPS d’Houlgate en 1980 j’étais déjà gâteux de biomécanique , vous imaginez comment j’ai pu décortiquer le coup droit de Roger pour qu’il donne une telle impression de facilite et éfficacité.
    il y a 3 éléments essentiels qui expliquent cette rentabilité dans son coup droit. Comme tous les autres joueurs l’énergie qu’il produit , doit être transformée en vitesse a sa tête de raquette, alors voila ce qu’il fait et que d’autres ne font pas , ou pas totalement ou si parfaitement.
    Roger ne développe pas plus d’énergie musculaire que les autres, il a tout simplement moins de perte d’énergie et donc un rendement optimal, voila comment et pourquoi..
    1….Tout d’abord, sa prise de raquette légèrement fermée car elle conditionne la position de son coude vers l’arrière, pour que le plan de frappe soit perpendiculaire voir légèrement incline vers le sol.
    Et c’est la que le bras de levier le plus grand et qui doit être le plus solide est très bien placé pour un minimum de perte de transmission d’énergie, c’est magique , car avec une prise plus fermée, le coude se retrouve en dessous de la ligne du bras de levier…..bras et avant bras…..la flexion bras avant bras induit une perte d’énergie transmise au poignet de 20 a 30 pour cent à mon avis par rapport au coude place en arrière et non en dessous.c’est énorme!!
    2…Non seulement il a un bras de levier , bras avant bras parfait et solide, grâce a la butée arrière anatomique de coude, en plus il frappe la balle loin de lui et le corps bien droit et le bras avant bras pratiquement tendu, donc le plus long possible, que demander de mieux .
    3…Et pour finir alors qu’il a un retard de poignet et une accélération pas beaucoup plus importante que d’autres champions , il possède une raquette magique qui pour l’avoir éssayée est celle qui permet le moins de perte d’énergie et a donc le meilleur rendement qui existe du a sa rigidité .mon coude s’en souvient lol …mais exige un bon centrage du à la petitesse du tamis.
    Voila donc pourquoi Roger donne une impression de facilité , car a vitesse de balle recherchée, ayant beaucoup moins de perte d’énergie, il en a besoin de moins au départ du coup.
    Vous remarquerez que Roger a les pectoraux pas très développés , normal
    car ils travaillent en contraction isométrique pour fixer le bras solidement à l ‘épaule l’angle poitrine et bras est toujours ouvert , du début a la fin du coup. Donc pour sa technique quasi parfaite inutile d’être bodybuildé du torse. Toute cette technique parfaitement synchronisée nous offre le plus beau coup droit du tennis , un régal pour les yeux de passionnés, que nous sommes .J’espère avoir été assez clair car la biomécanique est une science assez subtile, c’est tellement vrai qu’un site spécialise, renomme base encore son enseignement lors de stages a la montagne, sur l’énergie au tennis issue de la force centrifuge, ce qui est une abération totale et absolue , aie aie aie !et pourtant ?
    Merci de m’avoir lu.
    Biomécaniquement votre
    h courtin

  9. Vincent Bonnin dit :

    Merci Hervé pour cette explication lumineuse sur le coup droit de Roger qui mériterait à elle seule un article détaillé avec photos et schémas explicatifs.
    Ce qui sera peut-être fait dans l’avenir car j’ai remarqué que souvent pour frapper fort les joueurs adoptent des prises très fermée alors que ton explication prouve qu’on peut parvenir à l’efficacité max avec une prise seulement légèrement fermée.

  10. courtin dit :

    bonjour
    je sens que la biomeca vous intéresse, ça me fait plaisir, car bcp de sportif l’on abandonnée, la raison est simple , trop compliquée on mal expliqué ou mal maitrisée par les pédagogues, le meilleur exemple ma compagne , classée 15 5 ne veut pas en entendre parler, c’est frontière totale .
    Elle est pourtant a la base de toute pédagogie de gestes sportifs sans exception, j’ai en tête un garçon qui m’appelle coach maintenant des qu’il me voit et ça me gêne un peu ,tout ça parce que j »ai commencé par lui donner les bases des gestes au tennis avec un crayon et un papier, il me colle des pétards au service a 180 km h , il a 5 mois de tennis et plus de 30 ans.Bon ça arrose grave , mais la vitesse est la .

    Pour revenir , a Roger , je vais passe par Nadal, je vous invite a visionner les vidéos du coup droit de Nadal sur you tube avec ses deux prises , fermée et très fermée: Eh la ho qu’elle surprise lol …observez la position de son coude , et oui en arrière et bras avant-bras quasiment tendu et loin de la balle. Est ce un hazard si Nadal a le meilleur compromis vitesse et lift entre 3 ou 4 mille tours minute, non et voila pourquoi:
    les prises fermées et très fermée, induisent un plan de raquette vers le sol , presque tous les joueurs même de haut niveaux vont faire passer le coude en dessous plus ou moins bien sur, un bon exemple , Gael Monfils sur certains coup son bras ne lui sert à rien , il utilise l’avant bras , chance pour lui il est plus long que la moyenne lol …
    …2 cas de figure
    Djokovic :le coude passe dessous, mais bras avbras assez tendu, il a une perte d’énergie car le coude n’est plus derrière, mais il conserve un fouetté de poignet efficace, car loin de la balle .
    Monfils :le coude passe dessous et en plus il ramène celui-ci près du corps, donc perte d’énergie par rapport au coude derrière et moins d’efficacité du fouetté de poignet .
    La particularité de Rafael Nadal, c’est qu’il compense par une rotation du poignet, ce qui permet de garder la coude en arrière, donc une bonne transmission d’énergie du retour de la ligne d’épaule très puissante et il est lui aussi assez loin de la balle .
    JE ne peux pas vous faire de schéma, mais vous donner des exemples de l »importance fondamentale de la position de ce coude en arrière , pour une transmission maximale de l’énegie.
    Certains gardien de football , dégagent le ballon a la main en bras roule type basket et vous l’envoi a 50 mètres ? grâce a quoi, la puissance musculaire oui bien sur , mais surtout un super bras de levier bien solide coude bien en arrière n’autorisant aucune perte d’énergie , le tout servi par un poignet bien ferme qui transmet l’énergie au ballon et whohhh ca part…
    aller qqs autres ; le lancé de boule au bowling
    le lance de disque en athlétisme
    le lance de freez bee, pas le classique , celui mais le moins utilise et difficile a expliquer sans dessin.
    le bras gauche du revers a 2 mais pour un droitier.
    Voila pour ce levier si important ds certain geste , mais qui peu être utilise , d’une autre façon ou le coude est cette fois ci devant et ds l’axe comme au service , mais cela pourrait faire partie d’un autre post…
    Pour finir , un petit mot sur l’importance de la distance par rapporta a la balle ,car dire que celui qui est plus loin de la balle a un foute de poignet plus efficace ,c’est bien joli mais il faut l’expliquer.
    C’est pas tjrs facile a faire comprendre , mais je m’y colle ;
    l’anatomie du poignet , permet de le casser en arriere au coup droit persque a 90 degres, voir 90 pour roger.
    c’est 90 degres par rapport a l’axe de l’avant bras, le probleme c’est qu’au tennis on frappe devant la ligne d’épaule et la raquette ne peux pas revenir ds l’axe de l’avant bras ; on ne peux donc pas profiter d’une accéleration angulaire de 90 degrés mais 30 a 45 degrés selon les laxitées des joueurs.VOUS POUVEZ VOUS AMUSEZ A LE FAIRE , bras tendu raquette en main, ds la position au moment de l’impact,et ramenez le coude vers le corps , il ya une position ou le poignet ne peux plus revenir en arrière , car il est bloque déjà en position arriere, ds ce type de frappe l’énergie que produit la contraction des muscles de l’avant bras est n’est pas utilisable
    quel dommage, alors que si on est plus loin de la balle, on peu accélérer le retour de la raquette sur un angle actif disponible de 30 a 45 degrés, de l’énergie en plus a transmettre , c’est bon a prendre .
    Au tennis tout ce qui permet de donner de la vitesse est bon a prendre car transforme de façon exponentielle en énergie ds la balle et tout ce qui fait perdre l’énergie de départ est a éviter.
    je suis en train de regarder Anderson a la téle ce matin , un nouveau joueur a Roland Garros, devinez la taille …2m 02 étonnant lol …
    …………..Ah que la nature est injuste vu de mes 1m80……..
    moralite plus on est petit plus on doit être exigeant avec la technique
    mais je pense , que la taille moyenne des champions ne cessera de grandir.
    ou lala , j’en ai écrit une grosse tartine en me relisant, désole .
    Pytagore disait, pour pi , que j’aime a faire connaitre ce nombre aussi complexe, moi ça doit être que j’aime a faire connaitre la biomeca , cette science aussi subtile . si vous avez des questions du style pourquoi Nadal a ‘t’il le biceps gauche aussi développe ou autres , n’hésitez pas lol ….
    cordialement
    bon Roland Garros
    Herve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *