La boutique du tennis

Dis-moi comment tu joues au tennis, je te dirais qui tu es (et inversement)

>

Dans cette vidéo je vous propose un panorama des différentes familles de joueurs que j’ai pu observer autour de moi au niveau amateur. A chacun des styles de jeu décrit, je vous propose une description du caractère et de la psychologie des joueurs qui les pratiquent.
Le double intérêt de cet article sera à la fois de peut-être mieux cerner votre personnalité en fonction du jeu que vous pratiquez ou au contraire (si vous n’êtes pas sûr de votre identité de jeu) de vous orienter vers tel ou tel style en fonction de votre caractère et de votre psychologie.

Les défenseurs (rameurs)

Les pur défenseurs ont encore de beaux jours devant eux chez les amateurs ©Carine06

Les pur défenseurs ont encore de beaux jours devant eux chez les amateurs ©Carine06

Ce sont les joueurs les plus redoutables dans les niveaux d’entrée de classement (quatrième série). Ils ont une approche technico-tactique très simple et très efficace : je renvoie des balles hautes au milieu du court et j’attends que mon adversaire fasse la faute. C’est précisément cette approche simpliste du jeu qui les rend si forts. Ils savent exactement quoi faire sur le court, ce qui renforce leur confiance et leur détermination (bien sûr en augmentant leur niveau, cette tactique très simple se perfectionne)

Au niveau de la psychologie :

Ce sont des joueurs prudents qui s’adaptent parfaitement à tous les types de cadence et de trajectoire. Ce sont des joueurs capable de maintenir un haut niveau de concentration très longtemps (cette qualité s’associe souvent à une grosse endurance physique).

Les attaquants de fond de court :

Un coup à droite, un coup à gauche jusqu'a extinction des feux adverses ©mirsasha

Un coup à droite, un coup à gauche jusqu’à extinction des feux adverses ©mirsasha

C’est un style de jeu qui se développe à partir du moment où le joueur ou la joueuse acquière au moins un coup fort et puissant du fond du court, généralement le coup droit. A partir du moment où ce coup fort atteint un seuil de précision et de régularité suffisant, l’attaquant de fond de court peut bousculer son adversaire, le faire courir, le déborder et terminer ses point en déposant une volée.

Au niveau de la psychologie :

Ce sont des joueurs qui aiment prendre l’initiative, imprimer une grosse cadence dans l’échange, dominer leur adversaire, imposer leur jeu et…mener au score.

Les contreurs :

Attention au contre fulgurant ©Dana Anders

Attention au contre fulgurant ©Dana Anders

(C’est une variante du défenseur, une évolution même) Le paradoxe du contreur est que c’est un joueur qui aime laisser prendre l’initiative du jeu à son adversaire tout en appréciant le jeu en rythme et faire des coups gagnant.
Sa stratégie consiste à provoquer l’attaque adversaire dans de mauvaises conditions dans le but de pouvoir le surprendre par un contre foudroyant.

Au niveau de la psychologie :

Ce sont des joueurs très réfléchis (ils pensent un coup à l’avance), qui contrôlent (couvrent) très bien leur terrain et qui se montrent très vifs sur les contre-attaques. Ils affichent généralement une fausse nonchalance qui les fait paraître mous sur le terrain alors qu’ils sont capables de surgir de nulle part pour coller un scud à leur adversaire. On peut les qualifier de roublards.

Les joueurs complets :

Sans slice, un joueur complet ne l'est pas vraiment ©Marianne Bevis

Sans slice, un joueur complet ne l’est pas vraiment ©Marianne Bevis

Ce sont des joueurs qui possèdent tous les coups du tennis (ou presque) avec toutes leurs variations. Ils sont animés d’un irrépressible besoin de varier les cadences, les trajectoires pour faire déjouer leurs adversaires et provoquer les balles courtes. Ils aiment beaucoup jouer au filet et conclure leurs points par des volées ou des smashs. Ils jouent régulièrement service volée, retour volée et montées à contre temps.

Au niveau de la psychologie :

Ce sont des joueurs qui aiment prendre l’initiative et finir rapidement le point. Ce sont des joueurs qui ne supportent pas qu’on joue plus rapidement qu’eux. Ce sont des joueurs qui se posent beaucoup de questions, trop parfois.

Les attaquants de type service volée :

le service volée se fait vieux sur le circuit ©Shinya Suzuki

le service volée se fait vieux sur le circuit ©Shinya Suzuki

C’est un style que l’on ne voit plus ou presque chez les professionnels (et très peu chez les joueuses en général), mais que l’on peut trouver encore chez les amateurs à partir d’un certain niveau (il faut bien maîtriser l’enchainement service volée). Cependant si tu sers bien (régulier, précis, varié) et que tu adore jouer au filet (avec une bonne envergure) c’est une option à envisager.
L’attaquant volleyeur ne se sent parfaitement à son aise qu’au filet, d’où il adore mettre son adversaire loin de la balle en réalisant des points gagnants spectaculaire. Il va tout faire pour y parvenir le plus rapidement possible en jouant un maximum de service volée sur première et deuxième balle de service et en jouant très régulièrement retour volée. Il essaye d’abréger au maximum les échanges de fond de court, soit par des coups puissant et risqués soit par des montées au bluff sur des coupés rasants.

Au niveau de la psychologie :

C’est un joueur qui adore écraser ses adversaire, qui aime prendre des risques, faire des paris et qui est capable d’assumer des gros passages à vide dans le score.

Et toi? As-tu bien défini ton style de jeu aujourd’hui en fonction de ta personnalité dans la vie? (lequel est-ce ?)
Bien sûr cette typologie de joueur prête à discussion. Si tu souhaites nous faire bénéficier de tes interprétations, la rubrique des commentaires ci dessous, t’es grande ouverte.

Cette entrée a été publiée dans mental, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Dis-moi comment tu joues au tennis, je te dirais qui tu es (et inversement)

  1. codet dit :

    Bonjour:je viens de prendre connaissance de ce mail (j’ai encore des problemes)je crois avoir défini mon jeu comme complet mais où j’aime prendre des risques.Mon point faible cependant est le domaine physique:je vais avoir 68 ans et j’ai eu beaucoup de blessures mais le tennis reste ma passion que ce soit dans sa pratique ou son enseignement

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Dominique,

      Je te félicite pour ta longévité sur les courts et pour ta motivation à continuer à pratiquer encore la compétition. En ce qui concerne le domaine physique je ne pourrais que te conseiller de faire le maximum pour prévenir les blessures. Préparation physique minutieuse, échauffements progressifs, période de récupération entre les matchs, alimentation adaptée, étirements les jours ou tu ne joue pas etc…

      Vincent

  2. Jaggy dit :

    Bonjour,
    En réalité, je pense qu’il est trop tôt pour moi pour vraiment savoir ce que je suis… Je joue beaucoup depuis quelques mois, 5 fois par semaine.
    A priori, j’ai l’impression que lorsque je me sens bien, j’aime beaucoup varier les effets (variation de revers liftés/slicés), profiter d’une balle faible (jouer haut sur le revers adverse) pour finir les points à la volée. Je serais donc peut-être plutôt complet.
    Mais comme je n’ai pas encore un super niveau, quand je me sens fragile je passe en mode défenseur, parce que j’ai un gros physique et que je lifte suffisamment mes balles pour pouvoir faire durer les points sans faire de fautes.
    Tout dépend des moments.
    Je me sens donc plutôt mixte, selon mon niveau de confiance.

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Jaggy,

      Si tu aimes varier le jeu et monter au filet, tu est probablement un joueur complet. Ce n’est pas incompatible, à mon sens, avec les moments que tu passes en mode défenseur. En effet, le jeu du joueur complet est extrêmement exigeant au niveau de la perception des trajectoires de balle et demande d’être constamment à l’affut de la balle courte.

      Je te conseille donc de te montrer de plus en plus offensif au fur et à mesure de la progression de ton niveau de jeu (et de ta confiance)

      Bon tennis à toi

      Vincent

  3. Fred-TECLI dit :

    Bonjour Vincent.
    Cet article m’intéresse particulièrement en ce moment car cela fait plusieurs semaines que sur mes 2 entrainements hebdomadaire de 1h30 (je ne fait pas de compétition pour l’instant, pas encore), au bout de 01h environ j’ai une baisse de rythme (et c’est peu dire) et je ne mets plus rien dans la cible. Physiquement tout va bien pourtant.
    Du coup, savoir que je me rapproche du style de joueur complet me confirme que je dois me poser beaucoup trop de questions…
    En ce moment je suis vraiment dans le dur, et à chaque entrainement j’ai l’impression de jouer moins bien que la fois d’avant. Bien sur avec toute la frustration et la colère qui vont avec : j’en arrive à un point ou je ne m’amuse même plus sur le court… et ce n’est pas faute de me préparer mentalement avant la séance : regarde la balle, place toi, reflechi à ton plan de frappe,etc…

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Fred,

      Il faut savoir qu’un joueur complet se pose forcément plus de question qu’un défenseur ou qu’un attaquant de fond de court. Est-ce que je monte au filet ou pas? est-ce que je prend la balle de volée ou je la laisse rebondir? est-ce que je lifte ou je coupe la balle?etc…

      Si tu te met à rater au bout d’une heure sans ressentir de fatigue physique il faut chercher du côté de ton cerveau qui est peut-être fatigué de faire des choix de coups et des calculs de trajectoire.
      Il va te falloir simplement un peu de patience ( accepter tes fautes sans te blâmer) pour rendre progressivement automatique certains enchaînements qui ne le sont pas pour l’instant.

      Bonne continuation

      Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *