La boutique du tennis

Les trois attitudes à adopter face à un problème tactique de tennis apparemment insoluble

concentration visuelle au tennis

au tennis on réfléchit avant, pendant et après le match ©oxygen

Je réponds cette semaine au courrier de Sébastien qui bloque régulièrement sur un certain type de joueur et qui cherche une solution tactique à lui proposer. Lorsque nous progressons au tennis nous nous retrouvons régulièrement face à des obstacles pour lesquels nous ne disposons pas toujours de solutions immédiates. Un avis extérieur permet souvent, dans ce cas-là, d’ouvrir ses perspectives et de tisser de nouvelles cordes à l’arc de son projet tactique. Je propose donc ici à Sébastien trois attitudes qui lui permettront de mieux faire face à ce problème tactique, ainsi qu’a tous les autres.

Le problème de Sébastien

Bonjour Vincent,

Je me tourne vers toi en espérant avoir un déclic dans mon jeu. Je m’explique : Actuellement 15/4 (montée 15/3 en juin) je joue en fond de court, coup droit recouvert ou lifté, et Revers à plat ou recouvert avec quelques chop et quelque lift. Mon Revers étant mon coup fort. Mon jeu : je reste tout le temps en fond de court et ne monte quasi jamais à la volée.
Mon problème : j’essaie systématiquement de faire monter ma balle et de jouer vite (plutôt filière courte à moyenne) en déplaçant l’adversaire. Mais jamais je ne prends de décision de monter pour conclure au filet (j’ai une volée catastrophique). Dans mon club lors des entraînements nous ne faisons que du fond de court. Du coup je n’ai pas un gros service non plus.
Mais mon réel problème en match est le suivant : quand je joue sur le coup droit de mes adversaires j’ai tendance à vouloir jouer vite et puissant car j’ai peur de prendre une mine derrière, du coup je suis souvent mal placé, je boise ou je sors lamentablement la balle…
Et quand je joue sur leur revers, la plupart ont des revers chopés (ce qui pour moi n’est pas du tennis) et s’écrasent dans mes pieds. S’en suit de longs échanges où ces messieurs ne lâchent rien en revers et acceptent de ne pas faire de coups déterminant (comme ils ne savent que choper) en attendant que je fasse la faute.
C’est usant… J’ai pris 3 fois le même score à 15/2 cette année : 6/2 6/2… Pas mal pour un futur 15/3…
Alors que je tiendrais tête un peu mieux à 15/1 (une perf à 15/1 et une défaite 7/5 6/4).
Je précise aussi que je suis lourd (95kg pour 1m78). Voilà je t’ai tout dit.
Merci de ta lecture et de ta compréhension.
Dans l’attente de tes lumières, je te souhaite une excellente continuation tennistique !
Sébastien 🙂

Il y a toujours un chemin vers la victoire au tennis

A mon tour Sébastien de te remercier de nous faire partager ton expérience et de me faire confiance pour te donner mon analyse de ton blocage.

retour en avancant

méfiez-vous des coupeurs de citrons expérimentés.© mentalblock_DMD

La première chose à faire pour résoudre un problème est de l’analyser.
Il est toujours utile de réfléchir à froid à la résolution d’un problème tactique au tennis. En effet, les situations se répètent au fil des matchs et à partir du moment où on trouve la solution contre un type particulier de joueur, il suffit d’appliquer bêtement la recette.

Tu viens de perdre trois fois 6/2 6/2 contre des 15/2, alors que tu as perfé contre un 15/1 et tenu la dragée haute contre un autre 15/1. Ce n’est pas forcément illogique si les 15/1 t’ont laissé la possibilité de t’exprimer tandis que les 15/2 se contentaient de neutraliser ton tennis.

Au tennis, il suffit que l’on joue de manière idéale pour l’adversaire et que celui-ci nous pourrisse la vie sur le court pour que l’on se prenne une grosse raclée. Avant de se rendre compte de ce qu’il se passe, les jeux peuvent défiler très vite. Et je parle en connaissance de cause vu que je viens de me prendre un 6/0 6/2, le week-end dernier, à égalité de classement (30).
Il est donc inutile de te dévaloriser parce que tu as perdu contre des joueurs qui avaient un classement que tu considérais comme à ta portée. Tu t’es incliné contre des êtres humains, contre des joueurs, contre des philosophies de jeu et non contre des classements.

Je ne l’ai pas encore fait mais permet moi de te féliciter, au passage, pour ta performance. Au fait, as-tu pris le soin d’analyser comment tu avais fait pour battre ton 15/1 ? Cela pourrait bien te donner quelques éléments de réponse supplémentaires.

C’est là qu’intervient le deuxième point de cette partie mentale de mon analyse. Malgré tout ce que tu peux penser de la manière de jouer de tes adversaires (le chop ce n’est pas du tennis, ils ne savent qu’attendre et remettre…), tu dois admettre qu’ils ont été meilleurs que toi sur les parties que vous avez disputé. C’est la vérité incontestable du résultat sportif tennistique et c’est ce qui en fait la beauté.

Crois-moi je regrette autant que toi que les jeux offensifs ne sortent pas systématiquement vainqueurs des matchs et que les coups gagnants ne comptent pas triple. Seulement au tennis, ce sont quelques fois des limeurs sans imagination, ni panache qui gagnent. Et s’il leur suffit de renvoyer 25 fois le même chop mou pour remporter la mise, tu peux compter sur eux pour le faire sans état d’âme.

C’est pourquoi dès à présent, il te faut respecter tous tes adversaires quels que soit leur manière de jouer, leur physique, leur technique ou leur volume d’entraînement. C’est la première attitude que je te conseille d’adopter. Une attitude qui te permettra de libérer ton plein potentiel.

La bonne perception du jeu adverse

revers croisé par elentari86

Etes vous sûr d’avoir choisi la bonne diagonale ?©elentari86

Quand tu perds un match 6/2 6/2, soit tu es complètement débordé par ton adversaire soit ton plan de jeu est grandement perfectible. Je pencherai pour la seconde solution. Je vois dans ton cas un problème de perception.

Les adversaires qui te posent problème ont des bons coups droits et des revers chopés. Vu que tu es grand et lourd, les rebonds bas des revers chopés te gênent énormément. Le résultat est que tu fais la faute avant tes adversaires et que tu perds systématiquement les duels dans la diagonale des revers. Je connais bien cette situation car, étant moi-même petit et puissant des jambes, je ne manque jamais de tester mes adversaires sur cette diagonale en effectuant des séries de revers coupé. Si je constate que mon adversaire est inférieur à moi à ce petit jeu- là, je me permets d’insister lourdement. Cependant, je tombe régulièrement sur meilleur que moi dans cet exercice et je me retrouve alors dans ta situation. Je me vois donc régulièrement dans l’obligation de réviser mon plan.

En cherchant à éviter le coup droit de tes adversaires tu es probablement tombé sur…leur coup fort. Car un revers coupé précis, rasant et régulier peut être redoutable jusqu’à un très haut niveau. Il faut donc peut-être chercher la faille de l’autre côté.
Tu m’écris que, du côté du coup droit adverse, tu fais la faute en forçant tes coups car tu as peur de te prendre un scud. En voulant jouer vite et puissant, tu te précipites et tu ne prends pas le temps de te placer. J’ai l’impression que tu as peut-être tirée des conclusions hâtives sur le jeu adverse.

Si tu t’es pris un ou deux coups gagnant en coup droit, cela ne veut pas dire qu’il t’es interdit de jouer dans cette zone ou qu’il te faut impérativement y jouer un coup surpuissant de classe internationale. Le dernier adversaire avec un gros coup droit que j’ai joué était très fort pour prendre la balle à hauteur d’épaule. Je me suis d’ailleurs pris un ou deux pains de ce côté que je n’ai même pas touché. En revanche, je me suis aperçu que quand je lui envoyais une balle rasante sur son coup droit, il ne pouvait que remettre un coup neutre. Voilà qui me laissait le champ libre pour toucher son revers qui était lui, beaucoup plus faible. La découverte de cette faille dans le jeu adverse, me permis de sérieusement me décontracter.

Il est indispensable de tester le coup fort adverse avec différent types de balles avant de choisir de l’éviter à tout prix. Balle haute, balle basse, balle rapide, balle profonde, balle molle ou balle courte, un check-up complet doit être effectué.
Au passage, quand tu écris vouloir jouer rapide et puissant pour te mettre à l’abri d’un coup droit fracassant, je te conseille de chercher en priorité la longueur de balle. Nombre de coup droit impressionnant sur des balles courtes deviennent inoffensif quand on vient les chercher à proximité de la ligne de fond de court. Comme le dit régulièrement Rüdolf mon entraineur actuel :

Au tennis, la meilleure défense, c’est la longueur de balle

Pour conclure cette partie, si tu t’es libéré de ton autocensure de la zone coup droit, tu vas pouvoir jouer sur l’ensemble du court et déplacer ton adversaire comme tu aimes tant le faire. Tu pourras aussi voir comment tes adversaires jouent leurs revers après avoir été contraint de se déplacer.
Faire abstraction de ses émotions pour analyser de manière plus lucide le jeu adverse est la deuxième attitude que je te conseillerais de travailler.

Adapter son jeu pour optimiser ses points forts

volee de tennis délicate

Toutes les volée ne sont pas aussi compliquée à frapper ©mentalblock_DMD

Si tu es un joueur qui préfère adopter une filière de jeu courte ou moyenne, il est nécessaire que tu améliore l’efficacité de tes coups de débordement en venant conclure tes attaques au filet. Mais là encore, il faut examiner ton problème de manque de réussite au filet avec lucidité.

Es-ce que ta volée est catastrophique parce que tu ne prends jamais la décision de monter ou es ce que tu ne prends jamais la décision de monter parce que ta volée est catastrophique ?
En réalité je ne pense pas que ta volée soit réellement mauvaise, seulement un travail spécifique et un volume de frappe minimum est nécessaire pour gagner en confiance sur ce coup si particulier. Si le côté ludique de la compétition te stimule, tu peux aussi jouer des matchs de double.

Je suis étonné d’apprendre que tu ne fais que du fond de court lors de tes entrainements. Il est plus que nécessaire de compléter ces entraînements par une ou deux séances de jeu libre en dehors.
Quand je pratique une heure de jeu libre (en dehors de mes entraînements), je m’échauffe systématiquement à la volée et au smash pendant 5 minutes au moins. Enfin je me réserve toujours un quart d’heure en fin de séance pour jouer des points en situation de jeu avec service et retour. Cela peut prendre la forme de tie-breaks, par exemple. Plus tu vas monter dans le classement, plus le service et le retour vont prendre de l’importance dans tes matchs et donc demanderont un entraînement spécifique.

Une fois que tu pourras poser sans problème des volées faciles à droite et à gauche tu seras mûr pour suivre tes coups de débordement au filet. Et les chops de revers qui te posaient tant de problèmes te feront bientôt doucement rigoler.
Il faut bien que tu comprennes qu’il ne s’agit pas de te transformer en attaquant flamboyant mais de simplement pouvoir récolter à la volée les fruits de tes efforts que tu as consentis pour déborder ton adversaire du fond du court. Et crois-moi que si tes attaques sont bien préparée, tes volées ne seront pas bien difficiles.

Axer ses entraînements dans le but de rendre ses schémas tactiques plus efficaces et plus adaptables est la troisième attitude qui complètera les deux premières.

Bon courage à toi pour la suite de ta saison, je suis sûr que ta première victoire face à un chopeur fou en revers te permettra de définitivement vaincre le signe indien et te propulsera vers une autre dimension tennistique.

Vincent

Vous pouvez vous aussi me faire part de vos remarques sur le cas de Sébastien dans les commentaires. Si vous aussi vous êtes confrontés à des joueurs dont le jeu vous pose des problèmes insolubles, cela m’intéresse aussi bien évidemment.

A consulter aussi sur Blog Tennis Concept en cliquant sur les liens:

hauteur de balle, positiver une défaite au tennis, les filières de jeu du tennis, pourquoi jouer en double au tennis, les différents types de volées au tennis.

Cette entrée a été publiée dans strategie - tactique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

29 réponses à Les trois attitudes à adopter face à un problème tactique de tennis apparemment insoluble

  1. Laurent dit :

    Bonjour
    Merci pour cette excellent cas de figure et analyse.
    Pour aller dans ton sens Vincent… j’ajouterai : un futur 15/3 qui ne va jamais au filet… ce n’est pas vraiment du tennis ! 😉
    Bien sûr c’est de la provoc… c’est pour enfoncer le clou… respecter ses adversaire et donc tous les types de jeu me semble aussi être un bon point de départ pour accepter de nous remettre en question quand cela est nécessaire. Comme tu le soulignes également une belle longueur de balle sur ces revers chopés devrait en atténuer les effets et permettre d’aller conclure… au filet (qu’il faut travailler à l’entraînement !).
    En acceptant de se remettre en question Sébastien s’est mis sur la bonne voie.
    ++

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Laurent,

      Tu as tout à fait raison de penser que Sébastien est sur la bonne voie !

      Je suis convaincu qu’il a toutes les armes techniques pour s’imposer contre les adversaires qui le malmènent.

      Reste pour lui à mieux utiliser ses coups avec une meilleure attitude pour faire décoller ses performances.

      • JPP dit :

        Vos réponses sont tout à fait adéquates.
        Et j’adhère aussi complètement à la réponse de Laurent, même si le « côté provoc » ne m’apparaît pas du tout car je pense vraiment qu’à partir d’un certain niveau, sans jeu de volée, et bien … on reste à ce niveau !
        Je fais partie des vieux machins, maintenant, mais mon partenaire de double (nous jouons en rencontres par équipes et notre équipe a atteint l’année dernière, les 1/4 de finales du championnat de France, battue par le CA Vincennes de Patrice Beust (ex-n°5 français) et de Michel Bergès (ex -30)) mon partenaire de double, donc, classé 0 dans sa jeunesse, me disait récemment qu’il n’avait jamais pu aller plus loin dans le classement car il n’avait pas vraiment de jeu de volée. Et j’aimerais pourtant que vous puissiez voir ce qu’il fait à la volée !
        Il a aussi d’excellents coups chopés (des 2 côtés !) qui lui permettent … de monter à la volée.
        La seule chose sur laquelle j’aurais insisté dans votre réponse à Sébastien est, si vous permettez, la variation des coups en longueur. Je ne parle pas d’amortie mais de coups plus ou moins longs !
        Merci pour vos articles et pour votre blog en général.
        JPP

        • Vincent Bonnin dit :

          Merci JP pour ta participation au débat,

          Et félicitation pour ton quart de finale joué contre le CA Vincennes.

          Il suffit souvent de pas grand chose pour parvenir à augmenter son niveau de jeu et venir terminer ses points au filet quand on reste scotché au fond du court en fait partie. Je reste convaincu que dans ce domaine du jeu, la pratique régulière est le plus sûr moyen d’acquérir les bon réflexes. Et puis, il n’est pas interdit de commencer doucement par des volées faciles.

          Ta deuxième remarque est très pertinente car l’alternance de balles plus ou moins courtes oblige l’adversaire à des déplacements d’arrière en avant ainsi qu’en diagonale souvent délicats. Si on prend soin de ne pas livrer de balles d’attaque à l’adversaire, ce genre de stratégie peut effectivement permettre de débloquer bien des situations.

          Vincent

  2. Le Guil Noé dit :

    Article très intéressant et bien construit!

  3. Bonjour Vincent,
    Merci pour ce bel article bien expliqué, même si je n’en suis pas encore à ce niveau de technicité !
    Prends soin de toi
    Luc Mister No Stress

  4. Bonjour Vincent,
    Je suis stupéfaite de la précision de ton article.
    C’est intéressant de voir ce qu’on peut faire
    à distance même sans avoir la personne sous les yeux
    en pleine action.
    A part ça, je n’y connais pas grand chose en matière
    de tennis.
    http://www.forme-sante-ideale.com/bouddha-anorexique-troubles-alimentaires-biologie-totale/

  5. karine dit :

    Bonjour Vincent et Sébastien….de la part d’une ex 15/1

    Ce qui me vient de suite à l’esprit en lisant et qui rejoint l’avis de notre expert Vincent :
    – Pour éviter de recevoir une mine, soit maintenir une longueur de balle , voire une profondeur avec ton lift. A travailler, à renforcer donc si cela peut diminuer ta crainte de mines !

    – Soit tu cherches à déséquilibrer ton adversaire en baladant de droite à gauche…afin qu’il n’arrive pas à prendre le dessus

    – le fait de ne pas monter à la volée semble te poser pb et si je comprends bien 2 causes : volée catastrophique et déplacement peu rapide car gabarit lourd. Comme vincent le propose : pourquoi ne pas travailler ces points faibles ?? Si tes cours ne te le permettent pas, offre toi quelques courts particulier avec un  »pro »….et étudie parmi les différentes façons de monter au filet celles qui te conviennent le mieux vu ton profil de joueurs / Travailles aussi ta vitesse de déplacement.

    – Même remarque pour ton service : si tu ne peux pas attendre de tes cours de corriger tes points faibles , cherche une autre solution ailleurs ou propose..évoque à ton entraineur ce problème. Avoir un bon service est important , surtout chez les hommes; tu mets la pression dès le début !

    – Pour finir, moi aussi je tombais contre de ‘vieilles » crocodiles comme on disait…ça limait, ça limait du fond du court et qu’est ce que ça me mettait les nerfs !!: Jusuq’au jour où avec mon entraineur on a bien bossé dessus : comment faire pour que ces vieux crocodiles arrêtent de limer ,? Comment les éviter d’installer leur jeu ? Comment prendre les devants ? Parles-en à ton coach, regarde des vidéos de joueurs pros… pour t’en inspirer.

    D’autres avant toi ont rencontré ce problème et ont la solution

    Super, c’est bientôt Roland Garros ; ça tombe bien !

    Bon entrainement
    Karine

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Karine pour ce commentaire d’une compétitrice expérimentée,

      Jouer long sur le coup fort de son adversaire et alterner les zones de jeu à gauche et à droite suppose avant tout de se libérer de la peur dudit coup fort adverse.

      En cherchant à éviter à tout prix un coup droit dévastateur on joue crispé, lent, trop court, souvent dehors et surtout on s’expose au terrible coup droit de décalage, fléau du tennis moderne.

      Mieux vaut donc jouer franco sur le coup droit adverse, une balle difficile à jouer.

      Ensuite pour les gabarits lourd, le problème vient plus des changements de direction que des déplacements vers l’avant. Un déplacement vers l’avant qui permet justement d’abréger l’échange à la volée et de se protéger des changements de direction et autres contrepieds imposés par l’adversaire.

      Travailler son jeu d’attaque serait donc un bon investissement pour Sébastien.

      Vincent

  6. quinco dit :

    C’est vrai que c’est tentant de vouloir jouer « vite et puissant ». Ca rassure, mais ce n’est pas toujours efficace.
    Il faut donc varier.

    Lorsqu’un adversaire parvient à te neutraliser en sliçant, il est possible de le destabiliser en usant de coup croisés courts avec beaucoup plus d’effet (lift) que de frappe.
    2 effets intéressants :
    – en le sortant de son confort, l’adversaire te livrera peut être une balle plus facile à attaquer
    – c’est une séquence qui pousse naturellement à suivre au filet (surtout si l’adversaire fait un slice un peu à l’arrache lent et montant) : pas besoin d’être un cador de la volée pour conclure dans l’espace ouvert.

    Enfin, si ça fonctionne, tu auras mis dans la tête de ton adversaire qu’il ne doit pas s’attendre au même plan de jeu. Du coup lorsque tu choisiras d’appuyer tes coups, ce pourrait être plus efficace.

    En espérant avoir été d’une quelconque utilité… 😉

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Quinco pour ta participation au débat,

      S’il est vrai qu’il est plus simple d’imprimer l’effet lifté à une balle qui nous vient coupée qu’à une balle qui arrive avec un effet lifté, le problème reste entier quand nous avons affaire à des spécialistes du chop qui savent produire des coups rasants au rebond très bas.

      Je retiens donc ta proposition de court croisé en cas de chop raté qui rebondit trop.

      En revanche monter au filet face à un joueur qui abuse des coups coupé est fort pertinent, car les passings coupé vont quand même beaucoup moins vite que les passing liftés et plongent beaucoup moins dans les pieds.

      Ne pas oublier dans cet optique la redoutable attaque à contre-temps qui permet à ceux qui la maîtrisent de punir les maniaques du chop.

      Quant a alterner les cadences de jeu, c’est souvent plus destabilisant que le tout en rythme.

  7. Bon je ne suis pas un expert dans ce domaine mais ton article m’a donné l’envie de m’y intéresser de plus près.

    Très bon article Vincent ! A bientôt.

  8. Sébastien dit :

    Salut Vincent.

    Merci à toi pour ton investissement sur mon cas et merci à toutes et à tous pour vos opinions.
    Je suis donc 15/3 et je travaille de plus en plus ma vollée et mes services.
    Le plus dur reste la bonne prise à la vollée. Avoir le réflexe, prendre sa bonne prise et savoir quel type de vollée poser… Come on !!!
    Les 15/2 et 15/1 n’ont qu’à bien se tenir !

    • Vincent Bonnin dit :

      Salut Sébastien

      Je me joins à toi pour remercier tous les participants à cet article.

      Pour la prise à la volée, c’est normal de se chercher. Généralement on a plus le temps que l’on croit pour changer de prise.

      Un serveur volleyeur a par exemple le temps de changer trois fois de prise entre le moment ou il a terminé son service et le moment ou il touche sa volée.

      Après il faut faire le choix entre volleyer toutes les balles avec une prise neutre (marteau) ou adopter pour la volée de coup droit une légère prise spécifique avec le doigt en gachette.

      le mieux est de s’exercer au mur en alternant les deux types de volées.

      http://blog-tennis-concept.com/street-tennis-ou-faites-le-mur/

      Enfin pour la cible à choisir, je te conseille de faire au plus simple dans un premier temps. Si tu est loin du filet, joue une volée d’attente et recherche la longueur. Si tu est près du filet cherche à conclure en jouant court croisé. Comme c’est un coup très instinctif, beaucoup de (bons) réflexes viennent en pratiquant.

      http://blog-tennis-concept.com/les-diffrents-types-de-voles-au-tennis/

      Enfin, très important, jette toi à l’eau et force toi à monter au filet lors de tes matchs officiel. Cela te paraîtra bizarre au début, mais il n’y a que comme ça que l’on y arrive.

      Bon courage (c’est aussi de ça dont il s’agit quand on monte au filet)

      Vincent

  9. Jordan dit :

    Bonjour à tous,

    Je suis d’accord avec cette analyse qui me semble être fondée et concrète.
    De plus, je rajouterais qu’on ne doit pas s’arrêter à un style de jeu précis.
    Je m’explique, un joueur qui a un bon coup droit de fond, ne dois pas se dire, « ok, mon style de jeu sera d’envoyer des sacoches en fond de court ».
    Un joueur doit toujours chercher à évoluer, progresser. Cette évolution se fait en insistants sur des styles de jeu qui ne correspondent pas tellement à votre jeu « selon-vous ». On doit chercher à progresser sans s’arrêter aux solutions de facilités.
    Par expérience, pendant 2 ans je me suis basé sur mes points forts sans penser à autre chose. De ce fait je suis resté 2 années consécutives à 15/1 (peu de matchs en plus). Après m’être remis en question et accepter de changer mon jeu en gardant mes points forts.Suite à cela, je suis passé 5/6 (pas beaucoup de match mais des perfs jusqu’à 2/6).

    Bonne continuation à tous !

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Jordan pour ta participation,

      Tu as tout a fait raison quand tu écris que l’on doit sans cesse repenser son jeu pour l’améliorer. c’est ce que font les meilleurs et ce que tu as su très précisément faire pour franchir un nouveau palier.

      Mais je lis dans ton intervention « accepter de changer mon jeu en gardant mes points forts », et ceci est fondamental selon moi. Toute évolution doit se penser en fonction de son identité de jeu (son ADN tennistique), autrement dit gare à la dispersion et la dissolution de ses points forts (et je suis bien placé pour évoquer le sujet).

      Bon courage à toi pour la suite et la continuation de ta belle série.

      Vincent

      • Jordan dit :

        Vincent,

        Merci de ta réponse et en effet, chaque joueur doit continuellement se remettre en question dans son style de jeu, ses envies, sa motivation afin de progresser et d’éviter de se créer des barrières fictives.

        Personnellement, je suis entraineur de tennis depuis 2 ans, classé 3/6 actuellement à 19 ans et ce discours je le répète à tous les joueurs que j’entraine car la solution de facilité serait de dire « je sais faire donc je fais que ça ! ». Certes il va vite progresser mais à un moment il sera limité et il aura prit l’habitude de ne pas vouloir changer donc l’inverse va être compliqué à réaliser.

  10. muyard dit :

    Je suis débutant et je déstabilisé des joueurs qui jouent à plat et en rythme je joue lifté du coup droit très haut fond de court et coupé du revers car je ne sais pas lifter du revers et je monte au filet des que mon adversaire joue court.joue demi volee court croisée j ai du mal à jouer long de ligne.d après un joueur classé 4/6 je pourrai gagner contre des 30 ou des 15/5 malheureusement pas de service ou pourri moins rapide que mon coup droit en 2 èmeballe je fais des sservices slices involontairement aucune puissance alors que j ai des triceps plus gros que mon fils. J ai 45 ans je suis au chômage au r sa je joue 1 h tous les jours 7/7 depuis 1 an par manque de moyens je ne peux pas me payer un prof pour le service et les vidéos ne suffisent pas.mon partenaire et moi on squatte les courts de la ville de Paris extérieurs très lents l hiver il n y a personne mais des les beaux jours tout est plein connaissez vous un club pas cher en région parisienne ou ça joue la plupart des types de mon âge passe plus de temps à la buvette qu a jouer. Merci

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour cher lecteur,

      Et bravo de continuer à jouer au tennis malgré ton budget serré. Pour le club abordable en région parisienne je n’ai pas d’adresse à te donner mais un site qui recense les terrain en région parisienne
      http://tennissables.fr/

      Pour ton service, il te sera difficile de faire mieux qu’une séance avec un professeur particulier. Si jamais tu as l’occasion de te déplacer en province, profites en pour essayer de prendre un cours avec un prof local. Les locations de terrain sont moins cher et les heures de cours aussi généralement.

      A part ça tu as les analyses vidéo personnalisées de Bertrand Camacho de http://www.votretennis.org/ . 6 mois d’analyse et de suivi pour 19,90 €. De quoi améliorer ton service. J’ai personnellement testé

      http://blog-tennis-concept.com/4-conseils-coup-droit-tennis/

      Enfin, pour contrer les attaquants de fond de court qui jouent à plat et en rythme, le mieux c’est de reculer pour pouvoir avoir plus de temps de frapper tes balles correctement et pouvoir « faire jouer » ton adversaire. Le problème c’est
      1 qu’il te faudra frapper plus fort et plus haut pour avoir de la longueur 2 si tu veux monter au filet tu auras plus de chemin a parcourir.

      Bon courage à toi

      Vincent

  11. Souti dit :

    « Des revers chopés, ce n’est pas du tennis » ?!

    Alors dit toi que ne pas savoir volleyer et avoir un service faible ce n’en est pas non plus ! 😉

    • Vincent Bonnin dit :

      A partir du moment ou la balle est dans le terrain et que le point a commencé par un service joué dans le carré on peut considérer que techniquement c’est du tennis.

      • Souti dit :

        Ironie inside. C’était en réponse à ce qui est quoté sur le revers chopé. 😉

        PS : Je ne sais pas quel hébergeur tu utilises, ou si cela vient de chez moi mais l’affichage des pages est très très lent.

        • Vincent Bonnin dit :

          Tout à fait mon cher Souti, avant de qualifier ou non un jeu de tennistiquement correct, il faut d’abord bien regarder si le sien est totalement complet (de toute façon ce n’est pas constructif de critiquer les jeux adverse, il vaut mieux utiliser son énergie pour chercher des solution).

          Pour l’affichage cela vient parfois de mon hébergeur mais généralement cela ne dure pas longtemps avant de revenir à la normale.

  12. didji dit :

    il n’est inscrit nul part dans le règlement tennistique que tel ou tel coup est interdit ???!!! seul compte le coup qui a permis le point gagnant. C’est la première règle de base du tennis. Partant de cela, on est plus humble et plus respectueux de son adversaire qui est là avant tout pour vous poser un problème que vous devez à tout prix résoudre. Je considère même le boisage comme un coup du tennis car si boisage il y a c’est que l’on en est en partie responsable un peu comme l’amortie décoché contre toute attente et la nature de l’engagement…
    Sinon toujours très bonne analyse du comportement sur ce blog à la fois pour maitriser sa technique et surtout respecter son adversaire. Sébastien progressera quand il comprendra que l’ennemi n’est pas son adversaire mais la balle qui lui a fait passer le filet et qui devra à son tour renvoyer…Pour cela toujours se rappeler le regard de « killer » , voir hypnotique de tous les grands joueurs sur la petite baballe jaune au moment de l’impact dans la raquette!

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Didji pour ta participation.
      Considérer un match de tennis comme un problème à résoudre est la meilleure solution pour faire face à son adversaire et éviter les hors sujets.

  13. Corbard dit :

    Bonsoir
    J’ai aujourd’hui 64 ans. Quand j’ai commencé le tennis vers mes 30 ans sans cours je me souviens d’une anecdote. Adhérent d’un club privé, j’étais en discussion avec un copain (l’un des meilleurs joueurs togolais de l’époque) par ailleurs BE au club et classé – 4/6 ou – 15 à l’époque. C’était le tournoi du club. Un autre adhérent classé 30/1 s’adresse à nous en sortant de son match « je viens de jouer un adversaire avec un jeu de gonzesse; sa balle n’avançait pas ». Question du BE « Tu as gagné? ». « Non ». Alors le BE « c’est donc que ton adversaire était plus fort »

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Jean-Pierre pour ton anecdote,

      C’est aussi ce qui fait la beauté du tennis. Le résultat d’un match est très rarement discutable (contrairement au football par exemple) et le vainqueur a toujours fait un meilleur match que le vaincu. Reste à trouver les explications logiques à ce résultat.

      • Sébastien dit :

        L’explication logique est que le vainqueur a été meilleur sur les 4 constantes du tennis : Technique, Tactique, Physique, Mental. La somme (et la moyenne) de ces 4 compétences donne ton niveau de jeu sur l’instant.
        Tu peux être mauvais techniquement mais si tu es bon physiquement tu peux t’en sortir.

        Pour info Vincent, sache que je suis finalement monté 15/1 depuis cette année et que je suis en formation DE.
        J’ai compris pas mal de choses durant ces 3-4 dernières années (article actuel qui date de mai 2013). Le revers chopé à 15 est de meilleure qualité et tu comprends l’importance de ce coup. Pour ce qui est de la volée, et bien je m’y suis forcé en apprenant auprès de profs. Et ça sauve bien des situations lorsque c’est correctement exécuté. Il faut oser et passer les étapes de frustrations pour comprendre.

        Amicalement.

        • Vincent Bonnin dit :

          Bravo Sébastien pour tes progrès et tes projets tennis (sportif et pédagogique).
          Merci pour ton commentaire et de nous avoir donné de tes nouvelles.
          L’évocation des quatre compétences du tennis pour quantifier une performance en match est effectivement un point de départ intéressant pour analyser le résultat d’une partie.

          Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *