La boutique du tennis

Protegez-vous enfin sur votre deuxième balle de service au tennis

matosevic au service

La seconde balle de service : un moment de vérité pour le joueur ©Vincent Bonnin

Cet article a pour origine la problématique de Léo qui se fait attaquer systématiquement sur sa deuxième balle de service. Devant la pertinence de son courrier, j’ai décidé d’y répondre à l’aide de quelques principes de base qui vous permettront d’y voir plus clair sur le nécessaire équilibrage entre les deux balles de service.
Jack Kramer, l’ancien joueur professionnel américain de la fin des années 40, avait pour habitude de dire que la deuxième balle de tennis était le coup le plus important du jeu. Si l’on considère l’importance que revêt au tennis (et à tous les niveaux) le service et si l’on prend en compte le fait que la qualité d’un service est directement liée à la qualité de sa deuxième balle, alors on peut considérer que l’affirmation de Jack Kramer est toujours d’actualité. Léo nous en fait une illustration frappante à travers son courrier.

Le problème de Léo

Bonjour, je me présente : je m’appelle Léo, j’ai 14 ans et je pratique le tennis depuis 1 an et demi (classement actuel : 30/2). Je vous écris à propos d’une difficulté qui m’embête beaucoup en match. Je n’arrive pas à faire un second service gênant (avec de l’effet) pour mon adversaire et de ce fait, je me fais punir à chaque fois par un retour gagnant. Ma question est donc simple : comment réussir à faire une seconde balle gênante pour mon adversaire afin de l’empêcher de m’envoyer une mine en retour ? Je tenais aussi à vous remercier pour ce très bon blog sur le tennis que j’ai découvert « début juillet 2013 » et qui m’a appris des choses très importantes en particulier sur la mentalité à adopter durant un match de tennis et sur l’acceptation de la défaite. Merci encore à vous et vive le tennis !

Après quelques échanges de courrier avec Léo, j’apprends que c’est un petit gabarit (1m60 et 43 kg) et qu’il cherche la vitesse en première balle vu qu’il n’arrive pas à mettre d’effet en deuxième. Il évalue son pourcentage de premier service à 50% mais il lui arrive fréquemment d’être en dessous.

Le diagnostic

Le service de Léo a les principales caractéristiques des joueurs qui débutent la compétition. C’est-à-dire : une première balle de service rapide frappée à plat assortie d’une deuxième balle toute aussi plate mais frappée au ralenti (poussée) avec une trajectoire qui la fait passer un tout petit peu plus au-dessus du filet.
Le résultat est que l’adversaire est rapidement en confiance sur une deuxième balle qui ne présente aucune difficulté. Le relanceur aura tout son temps pour analyser la trajectoire du service, se placer au mieux après le rebond et mettre en sérieuse difficulté le serveur.

Le serveur craignant alors de servir une deuxième va perdre en relâchement, ce qui va assurément affecter la qualité de sa première, son pourcentage et l’entrainer dans un cercle vicieux dont il aura bien du mal à se sortir.

La solution : apprendre à servir avec de l’effet

Djokovic bien relâché

C’est du relâchement au service que naissent la puissance, l’effet et la régularité ©Vincent Bonnin

Apprendre à mettre de l’effet dans la balle apporte le triple avantage d’ajouter variation, vitesse et sécurité à votre deuxième service.
Les effets de balle amènent une variété dans les trajectoires qui demande un effort supplémentaire de concentration visuelle de la part du relanceur. Un service lifté ou slicé va traverser le terrain d’une manière différente de celle d’un service plat et son rebond sera lui aussi tout autre.
Mettre de l’effet dans la balle au service ce sera aussi se donner la possibilité de frapper véritablement la balle plutôt que de la pousser (au deuxième service). La vitesse de la tête de raquette à l’impact étant utilisé principalement pour faire tourner la balle, une deuxième balle à effet va plus vite qu’une deuxième balle poussée à plat. La rotation de la balle va, de plus, faire vivre davantage la balle au rebond puisque selon les effets utilisés la balle va gicler ou fuir sur les côtés.
L’avantage collatéral est qu’apprendre à mettre des effets dans votre service va non seulement améliorer votre deuxième balle mais votre première.
Avec une deuxième balle plus gênante vous allez pouvoir augmenter votre confiance, vous relâcher davantage et pouvoir augmenter votre pourcentage de première balle à plat. Si votre deuxième balle est vraiment gênante pour votre adversaire (ce qui, à force de travail, finira fatalement par arriver), vous allez pouvoir l’utiliser en guise de première en servant parfois des premières-deuxièmes.
Les bons joueurs savent équilibrer leurs deux balles de service et utilisent beaucoup les effets en première balle pour varier au maximum leurs engagements. Le pourcentage idéal de premier service est de 70% environ.
Pour commencer à réfléchir sur les services les plus gênants pour votre adversaire, je vous renvoie directement à cet article :

Pouvez-vous réellement vous passer du service le plus efficace pour neutraliser votre adversaire au tennis ?

Et ne pas oublier qu’il n’y a pas que les effets de balle qui font la force d’un service, la précision et la longueur sont au moins aussi importants !

Comment mettre de l’effet dans la balle au service ?

Feliciano Lopez au service

Quel délice de pouvoir varier les effets au service ©Nacho y Adriana

Le type d’effet que vous allez pouvoir mettre dans la balle va aussi dépendre de vos possibilité physiques. J’ai pour ma part une très nette préférence pour le service lifté car c’est un service plus sécurisant que le service slicé, le lift passant plus nettement au-dessus du filet que le slice. Le service lifté est de plus un service qui rebondit plus haut et plus rapidement que le slice tout en démarrant plus lentement (on dit qu’il gicle).
Le problème est que le service lifté demande un engagement physique certain ainsi qu’une solide musculature du dos et des épaules, c’est pourquoi ce service a longtemps été déconseillé aux femmes pour des raisons physiologiques. Mais les spécialistes s’accordent à dire qu’il n’est point obligation de frapper comme une mule pour lifter et que l’on peut aussi mixer lift et slice. Il n’est pas non plus interdit de travailler sa musculature pour pouvoir booster son tennis.

Si vous débutez dans les effets au service commencez par vérifiez votre prise de raquette. Elle doit permettre les mouvements de poignet nécessaires pour gratter la balle (prise de coup droit proscrite).

Pour débuter dans le service lifté je vous invite à consulter

http://www.tennis-attitude.com/apprendre-service-lifte-3-conseils-pour-commencer/

A regarder cette vidéo (en anglais mais très explicite)

Et à respecter ces quelques points importants :

– le lancer de balle en arrière du corps (sur la gauche si vous etes droitier)
– flexion dorsale
– trajectoire de la raquette qui frotte la balle de gauche à droite

Pour le service slicé je vous recommande :
http://www.tennis-attitude.com/comment-apprendre-service-slice-en-moins-de-2-heures-de-cours/

 Et vous quel est votre état d’esprit avant de frapper votre deuxième balle de service : total contrôle ou angoisse totale? Je vous invite à vous exprimer dans les commentaires ci-dessous.

Cette entrée a été publiée dans technique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Protegez-vous enfin sur votre deuxième balle de service au tennis

  1. Pageau Sylvie dit :

    Bravo pour cet article particulièrement instructif, et les liens très intéressants. Merci Vincent !

  2. Jo dit :

    Salut Vincent.
    Personnellement j’ai repris les conseils de Ronan Lafaix, ainsi que dans un autre livre (Pensez comme un champion) pour ma deuxième balle. Une méthode qui consiste à quelques rituels (respirer, relâcher les épaules, visualiser la zone choisie, visualiser la réussite du service avec optimisme (en effet il faut avoir un discours positif envers soi-même, exemple : Je veux que cette deuxième balle passe un mètre au-dessus du filet et non pas je ne veux pas louper ce service, le cerveau n’interprètera pas de la même façon, et enfin s’engager à 100% dans son service).
    L’effet lifté étant difficile à maitriser pour un joueur avec peu d’expérience, je préfère privilégier ce genre de conseils pour débuter.

    • Vincent Bonnin dit :

      Salut Jo,

      Ce sont d’excellents conseils que tu as trouvé là.

      Penser plutôt  » je met le service tranquillement dans le carré » que « surtout pas de double-faute ». Le cerveau ne comprend pas la négation et modélise précisément la fameuse faute que le corps a toutes les chances de reproduire inconsciemment.

      Ritualiser la gestuelle de la préparation, te permettra en plus d’acquérir le relâchement nécessaire à la bonne exécution du geste.

      Une troisième étape pourrait être de se reconnecter mentalement avec les bonnes sensations acquises à l’entrainement.

      http://blog-tennis-concept.com/ameliorer-son-service-pnl/

      Quant au lift, tu as effectivement le temps de t’y mettre. Si tu as déjà la bonne attitude mentale ce sera d’autant plus facile.

      Vincent

  3. Nicolas Bonnardot dit :

    BONNE ANNEE 2014 à tous et bien sur à Vincent le boss de ce super blog.
    Je pratique le tennis depuis 3 ans maintenant. J’ai déjà perfer sur des joueurs classé 15-4 mais chez nous (Raiatea Polynésie eh oui..) il y très peu de compétition. Il y a d’ailleurs le mois prochain la coupe de Raiatea mais j’hésite à y participer car j’ai une tendinite rotulienne qui traîne un peu au genou depuis juillet et je ne voudrai pas aggraver cette blessure si je dois aller loin dans le tournoi et jouer des match difficile contre début troisième série (il y a un 15-2 en lice que je n’ai jamais encore affronté). A moins que ce ne soir la peur de perdre…
    Bref pour revenir au topic, j’ai passé beaucoup de temps l’année dernière à apprendre à lifter ma deuxième pour la sécurité que cela apporte. Malgrés de belles reussites (notamment en l’utilisant en première deuxième pour monter à la volée sur point important après plusieurs 1ere puissante à plat), je constate qu’il est difficile d’avoir de la puissance avec ce type de service. Et que pour obtenir un rebond haut, cela demande une implication maximum notamment au niveau de la vitesse de swing, qui pour ce type de service, et c’est le problème majeur de ce service à mon sens, est générée davantage par le bras et l’épaule que par le rotation du buste et l’effet bras de levier de la raquette avec fouetté du poignet..
    Souplesse, relâchement et grosse musculature de l’épaule indispensable pour ce service (merci la natation pour cela). Sinon, la perte de puissance est trop importante, cela revient a une balle à plat poussée… et un retour de service probablement terrible en troisième série.
    Je rejoint assez Ursus qui dit dans un autre topic « point sur mon défi » qu’il est difficile de changer de technique entre une première et une deuxième, que cela revient à commencer un nouveau brouillon.
    Je pense qu’il a raison, surtout dans les moments ou la confiance n’est pas au rendez vous dans les moments ou la pression est là avec la crispation musculaire qui vont avec… Je projette pour améliorer mon service de travailler l’ensemble des effet possible du slice au slice kick vers le pur lift et de rechercher davantage de puissance sur ma deuxième en utilisant davantage un effet slice avec rotation du buste, bras de levier et fouetté poignet. Le kick a une déperdition d’énergie trop importante actuellement pour moi.
    MERCI 100 000 fois à Vincent pour ces conseils concernant la littérature de la gestion mentale. Celui d’Antoni Girod a déjà changé ma vie. Celui de Ronan Lafaix doit être dans ma boite au lettre normalement et je vais de ce pas aller le vérifier (j’ai trop hate de le dévorer plusieurs fois) , je vais en profiter pour nager 3000 m (natationpourtous.com: générateur de séance). Cela fera du bien à mon genou, arrêter le tennis en cas de blessure pour mieux y revenir c’est voir à long terme….

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonne année à toi aussi bien sûr Nicolas,

      Et soigne bien ton genou avant de reprendre le tennis. Surtout que je n’ai pas lu dans ton commentaire de mention de l’action des jambes. Les jambes qui participent aussi grandement à la vivacité d’un service lifté.

      Autrement, tu a bien compris que servir lifté en deuxième balle allait de pair avec engagement physique certain (surtout si on veux garder un minimum de vitesse).

      N’hésite pas à tester différent effets de balle et à enchainer par exemple balle à plat en première et slice ou slice arrondi (ce que tu appelle slice kick). Le lancer de balle est à peu de chose près le même alors que quand on passe du plat au lift on passe d’un lancer de balle à droite vers un lancer de balle qui atterri derrière le dos.

      De toute façon le service, c’est du boulot et je vais passer beaucoup de temps cette année à m’entraîner à servir.

      Vincent

  4. Nicolas Bonnardot dit :

    OK ça roule j’ai déjà hâte de retourner avec mon seau pleins de balle travailler le slice et le slice kick. Réussir à choisir un des deux effet en servant est un objectif a atteindre au plus vite… (c’est vital).

  5. eric braud dit :

    bonjour et merci pour ton blog .
    je pratique en club depuis 4 ans et je reprends après une interruption de 8 mois,
    suite a une blessure . Le coup ou j ai le plus perdu est sans conteste le service .
    Gros dechets en première et une 2eme « poussée …..je sors d un tournois ou
    j ai été éliminé en partie a cause de ça , le joueur en face , était au bord du carré de service sur ma 2eme balle .
    penses tu qu a 52 ans on peut encore progresser au service, et si oui sur lequel.
    j ai encore un bon physique …. c est déjà ça ; merci . eric

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Eric,

      Je te félicite tout d’abord d’avoir repris le tennis et pour ta volonté de t’améliorer qui t’honore. Je ne pense pas que l’on puisse s’améliorer après 50 ans, j’en suis sûr. Je connais des enseignants qui donnent des cours individuels à des papy et des mamies de plus de 80 ans.

      Ce qu’il faut, c’est éviter d’écouter ses camarades de club (qui n’ont pas le savoir et l’expérience des entraineurs diplômés) et accepter d’y passer plus de temps qu’un junior (qui n’a pas d’idées toutes faites et qui se pose moins de questions).

      Sur ta deuxième balle, qui est poussée au milieu du carré, tu peux commencer par améliorer ta longueur de balle pour éviter que tes adversaires ne l’attaquent trop facilement.

      Sur ta première tu peux chercher à arrondir un peu ta trajectoire et à mettre un peu d’effet dans le but d’augmenter ton pourcentage. A partir d’un taux de réussite suffisant, il te suffira de servir des premières-deuxième sur tes deux balles (en visant plus le milieu du carré sur la deuxième) pour éviter les doubles fautes. Au fait, inutile de chercher l’ace sur la première, les services gagnants viennent avec l’amélioration de la précision.

      Enfin pour bien servir, il est nécessaire de pratiquer ce coup à toute ses séances. Y compris et surtout en tennis loisir à deux sur le court. Après une petite demi heure d’échange, prenez 10 minutes pour vous échauffer à la volée et au smash (important pour la préparation de l’épaule), 5 à 10 minutes à faire des services et terminer le dernier quart d’heure par des points qui démarrent sur un engagement et un retour.

      J’ai été taper ce matin, trois quart d’heure de services en utilisant un seau de vieilles balles. Je puise ma motivation dans le fait qu’il n’y a qu’a partir d’un bon service (long, placé et vif) que je pourrais m’octroyer les balles d’attaque avec lesquelles je me régale.

      Bon courage à toi

      Vincent

  6. Lacoste dit :

    Salut Vincent,
    Comme toujours très intéressant ce blog …
    Je suis dans une phase ou mes sensations de service sont un mélange de slice et de lift à la fois…. Après plusieurs seaux de balles, impression que je slice plus que je lift, mais que néanmoins, il y a, ou il commence à y avoir un peu lift …. Puisque par définition le bon mouvement d’effet est de la droite vers la gauche (suis gaucher) et d’avant en arrière pour un lift. Ce qui engendre forcément du slice !! Bref, à notre niveau 4ème voir 3ème série mais je peux dire une bêtise, il est fréquent de voir ce mélange…

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Lacoste,

      Tu es gaucher et donc, si tu vises le côté revers du droitier tout en cherchant à imprimer un effet d’arrière en avant, ta balle sera forcément à la fois liftée et slicée (c’est physiologique) à moins de te démonter le dos. On appelle ce genre d’effet mixte : slift ou twist. Je le qualifie pour ma part de slice arrondi.
      Si tu veux trouver un lift (ou quick) plus pur avec une balle qui va légèrement gicler vers la gauche, il te faudra viser les zones du carré qui te conduiront à jouer le coup droit du droitier (ou le revers du gaucher !).

      Allez, un ou deux seaux de balles supplémentaires et tu deviendra un maître des effets au service.

      Bon courage

      Vincent

  7. Sylvain dit :

    Très sympa!

    Etant assez grand, j’ai toujours eu une première balle assez rapide, et dès que j’ai voulu faire des matches en tournoi LA première chose que j’ai faite a été d’aller retrouver le prof qui m’avait inculqué les bases du tennis : « STP apprends moi à jouer une seconde! »

    C’est marrant comment à petit niveau, les joueurs y pensent peu, alors que l’enfant qui t’as donné l’occasion d’écrire ce billet l’a vu tout de suite…

    Je fais désormais un slice ennuyeux pour mes (mauvais) adversaires qui me permet de taper des premières ou de jouer des zones à suivre ensuite à la volée.

    Et bien-sur depuis que j’ai une seconde la première va beaucoup plus vite!

    Car c’est la clef de lecture, la seconde sert à « faire des premières »…

    • Vincent Bonnin dit :

      Bonjour Sylvain,

      Un grand serveur avec une mauvaise seconde balle, ça n’existe tout simplement pas !
      Si tu es fracassant sur ta première balle et que tu dois livrer ta deuxième sur un plateau, tes adversaire les plus malins auront tôt fait de s’engouffrer dans la brèche et de te faire douter sur ce que tu croyais ton point fort.
      Maintenant, à partir du moment ou tu arrives à mettre de l’effet dans ta balle tu es sur la bonne voie de l’acquisition d’un vrai service.

      Bonne continuation

      Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *