La boutique du tennis

Loic Tap fondateur du site Progression Tennis

loic tapLoic Tap baigne dans l’univers du tennis depuis qu’il est tout petit puisque son père et son oncle étaient profs de tennis. C’est donc tout naturellement qu’il a embrassé la carrière d’entraîneur professionnel après avoir été joueur de seconde série française. Passionné par l’enseignement du tennis et féru d’informatique, il a fondé le site Progression Tennis dans lequel il a d’abord proposé un prolongement de ses cours aux élèves de son club. Ce site, qu’il tient aujourd’hui à la manière d’un blog en partageant ses propres expériences d’enseignant et de joueur, touche aujourd’hui un large public sur le web francophone.
Au programme d’un entretien très instructif, vous apprendrez, entre-autre, comment jouer long 90 % du temps, quel critère va décider si votre service est vraiment efficace et comment bien débuter une partie.

Transcription texte de l’interview

Vincent Bonnin : Pour démarrer cette interview, je te propose de te présenter, de nous parler de ton parcours et de ton site Progression Tennis.

Loïc Tap : Très bien. Je suis né dans le tennis, puisque mon père et mon oncle ont construit un club de tennis à Perpignan, donc j’ai suivi le cursus de jeune joueur de tennis. Ensuite, j’ai passé mon diplôme pour être coach de tennis. Je suis monté jusqu’à 4/6. J’ai également fait un peu de squash, j’étais 330eme français au squash. Et quand je suis monté à 4/6 j’avais 18 ans, j’ai fait une progression de 15/1 à 4/6, d’où le nom de mon blog Progression Tennis. Ensuite, j’ai passé mon diplôme de prof de tennis pour entrainer d’abord les enfants de mon club. Aujourd’hui, j’entraine tout le monde, des meilleurs joueurs du département jusqu’au joueurs classés seconde série.
Et comme en plus je suis passionné d’informatique, j’ai décidé de créer un blog, pour mes élèves dans un premier temps, pour leur apporter un contenu complémentaire, puis j’ai commencé à l’ouvrir au public et je dois dire que je suis très content de son évolution.

Vincent Bonnin : Oui, d’ailleurs maintenant tu as un public francophone de toute la France, voire du monde francophone.

Loïc Tap : Oui.

Vincent Bonnin : C’est mérité, parce que je trouve certains de tes articles très intéressants. On a un peu commencé ensemble dans le blogging. Je voudrais revenir sur certains de tes articles qui m’ont moi-même fait progresser et qui ont changé la vision que j’avais du tennis. Tout d’abord, il y a un article qui s’appelle « Comment réussit-on à jouer long 90% du temps ? » ; ça répond à une problématique de 90% des joueurs.

Loïc Tap : Oui, en fait c’est partie d’une inspiration, c’est quelqu’un qui m’a contacté par e-mail et qui m’a posé cette question et ça m’a inspiré pour écrire un article. Au début, je cherchais des idées pour développer mon blog ; j’ai répondu tout simplement, en tout cas le mieux possible à cette problématique. Donc, comment jouer 90% du temps long, d’abord à la base c’est le problème que beaucoup de gens rencontrent, c’est qu’on a peur de jouer court avant tout. Il ne faut pas avoir peur de jouer court, parce qu’on ne va pas encore perdre le point quand on met la balle dans un carré de service, on est simplement en défense et il est fort possible de renvoyer la balle. Donc, je voulais d’abord répondre à ça, parce que la personne qui m’a contacté me disait dans son e-mail qu’elle jouait court et voulait savoir commet jouer 90% du temps long pour gêner son adversaire.
Ensuite, je suis rentré un peu dans les détails techniques ; je lui expliquais que techniquement il fallait essayer de jouer le plus souvent possible à la même vitesse du bras et mettre toujours le même effet dans la balle. En fait, c’était juste une histoire de variable et la variable qui change c’est la hauteur de balle. Lui, il changeait la vitesse de son bras, il ne mettait pas tout le temps le même effet et donc il ne savait pas comment jouer long tout le temps. Donc, si on arrive à bien jouer à la bonne vitesse de bras, mettre toujours le même effet, rien qu’en changeant la hauteur de balle on arrive à jouer plus long. Je ne sais pas si c’est ce que tu as bien compris en lisant mon article, si c’est ce qui t’a fait peut-être progresser.

Vincent Bonnin : Oui et puis tout simplement la remarque très intéressante du fait qu’on pouvait jouer à la même vitesse. La problématique, c’est qu’une fois qu’on s’était réglé en fond de court, quand on jouait derrière la ligne de fond et qu’on devait avancer justement dans le terrain sur une balle courte, ce n’était pas la peine de chercher forcément à taper plus fort ou à mettre plus d’effet, mais tout simplement à faire passer la balle moins haut au-dessus du filet, pour pouvoir contrôler justement la longueur de balle.

Loïc Tap : Oui, en fait c’est un constat qu’on ne voit pas malheureusement quand on regarde les matchs de tennis à la télévision, on ne voit pas les différentes hauteurs de balle, parce que l’écran écrase un peu tout ça, mais quand on joue au tennis plus on est loin – c’est logique, mais on n’y pense pas souvent – plus il faut jouer haut, et plus on est proche du filet plus on doit jouer rasant. Et en fait, quant on est proche du filet ou du moins les pieds dans le terrain, le simple fait de jouer à la même vitesse, mais rasant, la balle s’accélère, c’est une sorte d’effet d’optique, puisqu’elle parcourt moins de distance, donc elle est plus rapide. Mais à la télévision, on a l’impression que les joueurs frappent plus fort quand ils rentrent dans le terrain, alors que ce n’est pas forcément le cas et c’est ce que je voulais aussi partager dans cet article.

Vincent Bonnin : Exact, on ne se rend pas compte que quand des joueurs comme Nadal ou Djokovic sont derrière la ligne de fond, ils envoient la balle très haut au-dessus du filet, trois ou quatre mètres, mais à la télévision on ne s’en rend absolument pas compte.

Loïc Tap : Il faut juste faire le déplacement sur un tournoi ou deux pour bien s’en rendre compte, surtout sur terre battue. C’est intéressant, parce que quand on est loin, on se met beaucoup moins la pression et on n’hésite pas à jouer haut. Il n’y a pas que les rameurs ou ceux qui font des chandelles, c’est simplement un coup, quand on est loin il faut faire ça pour pouvoir jouer long 90% du temps. Et quand on est proche du filet, logiquement on ne peut pas jouer haut, sinon on va faire des fautes en longueur, donc il faut jouer plus bas mais toujours faire attention à jouer à la même vitesse de bras et avec les mêmes effets.

Vincent Bonnin : On va passer maintenant au technico-tactique, avec un autre article qui m’a permis d’entamer une réflexion sur mon propre jeu, l’article s’appelle « Avez-vous un service efficace ? ». Quand on dit très bon service, on pense au service puissant qui fait des services gagnants, des aces, qui met l’adversaire hors de position dès le premier coup et qui le met hors jeu d’entrée. Mais en fait, un bon service c’est aussi un service qui permet de préparer un deuxième coup suivant. Est-ce que tu pourrais nous parler de ça ?

Loïc Tap : Je pense que tout le monde rencontre des problèmes sur le service, pourtant on ne dépend de personne que de soi-même, on lance toujours sa balle de la même façon, du moins on essaie. Je reçois beaucoup d’e-mail sur ça. En plus, mes élèves sur le terrain me posent souvent des questions sur le service. Dans cet article je voulais expliquer comment faire un bon service, un service efficace. C’est bien d’avoir un service puissant, mais des fois il rentre une fois sur trois ou une fois sur quatre. Quand il est dedans, c’est super, on gagne beaucoup de points grâce à ça, mais ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, moi qui suis joueur j’adore quand la balle arrive vite au service, parce que j’ai simplement besoin de mettre ma raquette en opposition et j’arrive de suite à retourner en jouant long. Donc, je suis parti de cette réflexion, le service efficace ce n’est pas forcément un service puissant, c’est un service qui va surtout gêner le retourneur ; peut-être dans la puissance, mais ça peut aussi le gêner dans l’effet ou en le sortant un peu plus du court, par exemple avec un service slicé ou un kick de service lifté. Donc, dans cet article je dis qu’il faut se concentrer sur les retours de l’adversaire, parce que quand on sert fort et que l’adversaire retourne tout le temps long, ce n’est pas vraiment efficace de servir fort. Suite à ça, il faut réussir à gêner son adversaire, c’est la première chose qui permet d’avoir un service efficace, ensuite l’adversaire va retourner moyen ou va retourner court. Et c’est ce deuxième coup qu’il faut également exploiter pour être un bon serveur. Ça ne suffit pas de mettre juste une quiche au service, il faut être vigilant sur le retour du retourneur pour pouvoir bien exploiter le deuxième coup. Et ça c’est quelque chose qui est primordial, à seconde série en tout cas, c’est-à-dire que sans ce deuxième coup après le service, on se fait breaker très rapidement.
Donc, à la fois penser à l’adversaire, au retourneur pour pouvoir bien le gêner le plus possible et du coup logiquement avoir une balle plus courte, plus accessible pour pouvoir bien commencer la construction de son point ou continuer de l’enfoncer pour pouvoir terminer le point, le gagner.

Vincent Bonnin : C’est du temps mieux utilisé à travailler ce second coup, plutôt que de chercher à faire trois aces par jeu, là on peut travailler son service pendant très longtemps, sans y arriver.

Loïc Tap : Oui, il faut quand même avoir un service correct pour pouvoir avoir une balle facile derrière, mais ce n’est pas forcément dans la puissance qu’on va gêner le retourneur, c’est surtout ça le message que je veux partager. Moi le premier, je suis monté jusqu’à 4/6 en faisant des premières secondes sur mes deux balles et beaucoup de joueurs m’ont dit que je les gênais avec mon service, parce que je slice énormément et je sors mes adversaires du court, je lifte dans la diagonale des avantages. Donc, quel intérêt j’avais à frapper plus fort, à prendre des risques, alors qu’en faisant des premières secondes j’arrivais à gêner mes adversaires.
Donc, je conseille aux élèves qui ont vraiment du mal au service de faire des bonnes premières secondes travaillées avec de l’effet, pas forcément rapides et au fur et à mesure qu’ils prennent confiance en eux de commencer à avoir deux sortes de services, un service puissant et un service qui est vraiment précis et dans ce cas, on va avoir des balles faciles exploitables pour pouvoir terminer son point.

Vincent Bonnin : Le troisième article qui m’a encore beaucoup servi concerne les débuts de matchs de tennis. Quand je l’ai lu, c’était à une période où je faisais des débuts de match un peu catastrophiques, où j’étais rapidement mené au score, avant d’éventuellement revenir. Mon problème, c’est soit que je démarrais trop vite, soit au contraire je ne démarrais pas assez bien. Et tu as fait un article sur comment bien démarrer un match de tennis, qui explique qu’il faut vraiment bien démarrer dans un rythme qui permet d’accélérer par la suite. J’aimerais que tu nous réexpliques un peu ça.

Loïc Tap : C’est parti de plusieurs constats que j’ai faits, parce que quand j’étais plus jeune et que je faisais tous les tournois du département j’étais assez stressé au début. Alors, j’ai commencé par faire un échauffement physique avant même de rentrer sur le terrain, le but étant de transpirer et de ventiler, de respirer, d’être essoufflé on va dire; de cette manière j’arrivais déjà dans un premier temps à évacuer un maximum de stress négatif. Donc, quand je rentrais dans le terrain je n’avais pas la poitrine serrée ni le bras qui tremblait, parce que j’étais déjà un peu fatigué, je me mettais un peu le compte pendant cinq, dix minutes en footing, quelques sprints, pour pouvoir rentrer sur le terrain chaud.
Ensuite, durant l’échauffement en raquette avec mon adversaire je me suis simplement concentré sur deux choses, dans un premier temps être régulier, c’est-à-dire tenir la balle, pour frapper un maximum de coups et pour pouvoir avoir rapidement des sensations. La deuxième chose était d’analyser déjà mon adversaire pendant les cinq minutes d’échauffement, s’il est droitier, gaucher bien sûr, s’il aime bien les balles liftées sur son revers ou les revers coupés sur son coup droit par exemple. Ça, c’était avant de démarrer le match, pour se mettre dans les meilleures conditions possibles. Personnellement, ça me permet d’être bien pour démarrer.

Troisième chose, qui n’est pas dans l’article, c’est que j’ai découvert qu’en fait c’était surtout l’été que je faisais les tournois et il faut être actifs deux à trois heures avant de faire un match de compétition, c’est-à-dire bien sûr si on trempe dans la piscine ce n’est pas bon du tout, c’est très connu, mais si on regarde la télévision avant de faire un match de tennis deux ou trois heures avant on a tendance à être vraiment mou sur le court, il faut essayer d’être un peu actif, de faire un peu de bricolage, de jardinage, faire la vaisselle, faire quelque chose de manuel, pour pouvoir s’occuper l’esprit et toujours avoir toutes les parties de son corps bien réveillées au moment du match. Ça, c’est l’avant match, pour être dans les meilleures conditions.
Ensuite, c’est en regardant un match par équipe, un copain qui a démarré son match tambour battant et il menait 5-0, il jouait en perf, tout rentrait et là d’un seul coup il n’a plus mis une balle et il a commencé à se frustrer et il a perdu 7/5-6/1. Dans un premier temps j’étais un peu énervé et après j’ai commencé à discuter avec lui et on en a déduit ensemble durant notre conversation que si on démarre tambour battant c’est très bien, ça veut dire qu’on est vraiment bien chaud, bien préparé, mais lorsque tout rentre, qu’on mène 5-0, 5-1 ou 5-2 dans le premier set et que d’un seul coup ça commence à ne plus trop rentrer, on a tendance à redescendre un peu, c’est-à-dire qu’on est un peu surpris que d’un seul coup pourquoi plus rien ne rentre dans le terrain, alors qu’avant ça rentrait, donc on a cette frustration qui s’installe pendant le match et ça commence à nous bouffer de plus en plus.
Donc, je lui ai conseillé de démarrer non pas calmement, mais tranquillement et de regarder s’il avait tous les outils techniques, tactiques, physiques et mentaux pour pouvoir démarrer son match et de faire en fonction. Et une fois qu’on a bien cerné les outils qu’on a en début de match, on va pouvoir les exploiter. Par exemple, il arrive que certains matchs on ne sente pas son coup droit ou son revers, ça arrive, il faut l’accepter. Par contre, jouer avec ce qu’on a et petit à petit de monter en régime pour pouvoir démarrer ce match correctement et surtout de pouvoir gagner le premier set qui est quand même relativement important. Voilà ce que peut-être tu as compris sur cet article.

Vincent Bonnin : Oui, c’est un excellent conseil que je valide complètement. Maintenant, on va parler un peu de l’actualité de ton site Progression Tennis et de ce que tu proposes ; outre des articles très intéressants, des vidéos, tu proposes des formations pour ceux qui veulent aller un peu plus loin.

Loïc Tap : Oui, d’abord je propose une newsletter, les personnes qui s’inscrivent vont recevoir par email les nouveaux articles ou les nouvelles vidéos gratuites présentes sur le blog, comme ça elles n’ont pas forcément besoin de visiter le blog tous les jours. Dans cette newsletter je partage aussi des vidéos gratuites de coaching, où j’explique comment être efficace sur un entrainement de tennis, pendant un match de tennis. Et j’offre aussi une série de vidéos sur le chemin que l’on peut prendre pour monter jusqu’à seconde série ; ça commence en tant que non classé, les conseils et au fur et à mesure des vidéos on monte de classement. Pour toutes les personnes qui s’inscrivent, celles qui démarrent, celles qui sont troisième série ou des secondes séries, ces vidéos rappellent les fondamentaux pour pouvoir évoluer sur l’échelle du classement français. Je vous invite donc à vous inscrire à cette newsletter pour découvrir ces vidéos.

La deuxième chose actuelle que je propose est l’académie Progression Tennis. Il y a un premier mois d’essai offert, ensuite les vidéos sont payantes sur un espace membres, où je partage chaque semaine une nouvelle vidéo de coaching qui dure entre six et dix minutes. Dans un premier temps, je réponds à des questions sur les membres de l’académie qui me posent des questions, puisqu’on communique via un forum sur l’espace membres. Ensuite, j’apporte des solutions à certains problèmes que les membres rencontrent ou que moi je rencontre avec des élèves, ou que moi-même je rencontre quand je fais des tournois.
Ensuite, j’ai deux projets en cours, d’abord je vais proposer un stage en présentiel Progression Tennis ; huit joueurs pourront participer à ce stage que j’organise chez moi dans le sud de la France à Perpignan, dans mon club de tennis durant le mois d’août. Le deuxième projet, c’est que je vais bientôt ouvrir les portes de ma formation de la méthode Progression Tennis, qui est une méthode d’entrainement que j’ai mise en place et que j’ai utilisée, celle qui m’a permis de prendre trois classement, de passer à 15/1 à 4/6 il y a quelques années maintenant. Ce sont des vidéos de coaching avec des conseils pour pouvoir tout optimiser, avoir un planning d’entrainement, tous les fondamentaux techniques, une tactique, un physique et améliorer son mental pour pouvoir vraiment être efficace sur le court, à l’entrainement, pour pouvoir ensuite avoir des résultats en compétition.

Vincent Bonnin : En conclusion, si on est intéressé par toutes ces formations très intéressantes, il faut s’inscrire à ta newsletter.

Loïc Tap : Exactement, les joueuses et les joueurs passionnés recevront toutes les informations sur mes projets tennistiques pour l’année 2015.

Vincent Bonnin : Et puis quatre vidéos gratuites offertes, je le rappelle. Je te remercie très chaleureusement de m’avoir accordé cette interview et je te dis à très bientôt.

Loïc Tap : Merci à toi de suivre mon blog et de m’avoir proposé cette interview pour parler de Progression Tennis.fr.

Cliquez ici pour visiter le site de Loïc

Cliquez ici si vous souhaitez vous pré-inscrire à la formation de Loïc et recevoir 3 vidéos gratuites dans votre boîte mail

Cette entrée a été publiée dans rencontre d'expert, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *