La boutique du tennis

« Allô, capitaine ? » Ou comment lui faciliter la tâche qui lui incombe…

L'art de communiquer du capitaine de tennis ©ph-stop

L’art de communiquer du capitaine de tennis ©ph-stop

Pour jouer en équipe dans les meilleures conditions, il est important de bien connaître le rôle et les devoirs d’un capitaine d’équipe. Il doit d’abord trouver suffisamment de joueurs motivés pour constituer son équipe et savoir les conseiller ou pas pendant leur match. Les joueurs de leur côté doivent montrer suffisament de respect à leur équipe pour que tout se passe pour le mieux pour leur capitaine. Quand tout se passe bien, une rencontre d’équipe constitue souvent un grand moment sportif dans la saison d’un joueur ou d’une joueuse de tennis.

Ce premier article de Yannick Giammona aborde un sujet qui me tient particulièrement à cœur et qui fait partie de mon ADN de joueur de tennis : les rencontres de tennis par équipe. Malgrés les quelques contraintes qu’elles imposent ce sont souvent les moments de tennis qui laissent les souvenirs les plus forts.

Yannick Giammona, exerce le métier de professeur des écoles, écrit par passion, et joue au tennis par plaisir. Joueur dans un club bordelais depuis une quinzaine d’années, il s’est investi dans le capitanat d’équipe depuis maintenant 4 ans.
Il tient une page Facebook intitulée Tennis Smash, un compte Twitter du même nom  et projette de créer bientôt son propre blog.

« Allô, capitaine ? Oui, je t’appelle parce que j’ai un petit souci pour demain… Disons que je ne pourrai pas être là pour jouer les interclubs… Quoi ? Pourquoi je te préviens que maintenant ? Bah, c’est samedi soir, je dois sortir avec des potes et je ne serais pas en forme pour jouer demain… Désolé hein, pour les autres matchs tu pourras compter sur moi sans souci ! »
Vous reconnaissez cette conversation ? Combien de capitaines ont déjà eu droit à ce genre d’excuse d’un joueur ne pouvant pas être présent en équipe le dimanche et prévenant au dernier moment ? Chers co-équipiers, sachez que le travail du capitaine est loin d’être aisé, alors je vous prierai de bien lire cet article pour vous en rendre compte !
Le but de tout cela n’est pas de taper sur les doigts des amateurs qui jouent régulièrement en équipe, mais de faire en sorte que tout le monde s’entende, en connaissant les tenants et les aboutissants des rôles de chacun au sein d’une équipe.

Les difficultés que rencontre le capitaine pour coacher ses joueurs

"capitaine? je suis pas sur d'être dispo dimanche" ©mirsasha

« capitaine? je suis pas sur d’être dispo dimanche » ©mirsasha

À travers mon expérience de joueur et de capitaine, j’ai pu me rendre compte que dans certains clubs, il est assez difficile de trouver des joueurs motivés pour se lever le dimanche matin (surtout en plein hiver quand il fait -2° et que les terrains glissent). Alors si des joueurs annulent au dernier moment… Comment dire ? Ça plombe l’équipe, peut coûter de l’argent au club (car un forfait n’est pas gratuit !), et surtout démotive les autres joueurs…
De plus, le rôle de capitaine rencontre d’autres difficultés :

le manque de motivation de certains joueurs, qui n’aiment pas jouer contre mieux classé qu’eux ou au contraire contre moins bien classé ;

le fait de faire jouer des joueurs en simple et en double : certains joueurs ne veulent jamais jouer en double, or dans la plupart des compétitions par équipes, celui-ci rapporte 2 points. Il est donc dommage que des joueurs ne s’investissent jamais dans cette discipline ;

enfin, le fait de savoir si un joueur apprécie d’être coaché pendant son match, de recevoir des conseils de la part de son capitaine pour mieux jouer face à un adversaire qu’il ne connaît pas la plupart du temps, ou si au contraire il ne faut pas parler au joueur car il n’aime pas ça et peut se déconcentrer assez facilement.

J’insiste sur cette partie, car je suis de ceux qui n’aiment pas trop avoir de conversations avec ses co-équipiers pendant un match. J’ai un sale caractère, que j’assume, et qui se retrouve décuplé pendant un match de tennis. Je peux donc comprendre que l’on préfère rester dans sa bulle tout au long d’une partie et ne pas être dérangé.

Comment les joueurs peuvent faciliter la tâche du capitaine

En toute connaissance de cause, les joueurs peuvent donc rendre la tâche du capitaine plus aisée. Et pour faire la balance avec ce que j’ai écrit précédemment, heureusement la plupart des joueurs sont des types sympas, qui donnent le meilleur pour leur équipe ! Mais je vais quand même donner quelques conseils, qui ne sont pas des obligations, loin de là, pour que votre capitaine soit plus enjoué et plus heureux de partager des bons moments avec son équipe chaque dimanche matin :

  • Disponible le plus souvent, tu seras.
  • Annuler au dernier moment ta présence au sein de l’équipe, point tu ne feras.
  • De bonne humeur tu seras, et ce tout le temps et malgré les circonstances.
  • Les copains et co-équipiers tu encourageras.
  • Venir pour jouer un match en simple et repartir chez toi te reposer sans te soucier des résultats des autres rencontres, point tu ne feras.
  • Pour l’équipe tu joueras (on est dans un sport individuel les gars, mais de temps en temps pensez collectif !).
  • Que tu es hyper-ultra-méga-giga motivé, tu montreras.

Les avantages et les inconvénients des compétitions par équipes

le clou de la rencontre? le double ©gallopingphotog

le clou de la rencontre? le double ©gallopingphotog

Pour tout joueur voulant participer aux matchs par équipes dans son club, il faut savoir que ces compétitions ont des avantages, mais aussi pas mal d’inconvénients qu’il faut connaître avant de se lancer.
Les bons côtés sont simples, et tout bonnement humains. Il s’agit de passer du bon temps avec des connaissances de son club, voire des copains, et de partager notre passion pour ce sport dans la convivialité. Un des objectifs est aussi de se faire progresser les uns les autres, soit en se donnant des conseils pendant les matchs, soit en s’entraînant ou en s’échauffant ensemble.
Et puis, que dire de la joie et de la satisfaction quand on gagne une rencontre tous ensemble, même si certains joueurs ont perdu leur partie : si l’équipe gagne, on ne garde que ça comme souvenir, et ça fait plaisir à tout le monde ! D’autant plus que ces championnats se déroulent sous un format avec classement, et qu’en général il faut terminer premier de sa poule pour aller plus loin. On peut donc retirer une satisfaction, au bout de cinq matchs, d’être la meilleur équipe de sa poule et de passer au niveau supérieur…
Mais malgré tout cela, il faut bien garder en tête que ces compétitions ont lieu le dimanche matin : il faut donc se lever en plein week-end, alors qu’on a la fâcheuse habitude de faire la grasse mat’ ! Voilà peut-être pourquoi parfois il est difficile de trouver des joueurs motivés…
De plus, quand l’hiver il fait froid et qu’il pleut, les matchs peuvent être interrompus, repoussés et donc la rencontre prend le dimanche entier pour se terminer. Adieu le dimanche en famille, avec femme et enfants… Et bonjour les remontrances en rentrant à 17h à la maison !
Enfin, la défaite peut parfois laisser un goût amer : à un match près, le sort de la rencontre peut être très différent. En cause les deux points rapportés par le double, qui peut faire tomber une équipe qui menait à l’issue des simples. Mais ainsi va le jeu !

Pour conclure, laissez-moi vous dire que si j’ai pu me plaindre de certains mauvais côtés du rôle de capitaine, tout se passe bien en général. Certes, il y a des petites choses à reprendre de temps en temps, mais on fait en sorte, mes joueurs et moi-même, de partager de bons moments ensemble. Voilà pourquoi on se retrouve toujours dans la bonne humeur, avec un bon petit café et des croissants avant d’accueillir nos adversaires et de les battre, car on n’est pas là pour rigoler quand même !!

Yannick Giammona
Pour Blog Tennis Concept

Et vous, jouez-vous en équipe dans votre club ? Avez-vous vécus les joie du capitanat d’équipe ? Nous sommes très curieux de connaître vos expériences dans le domaine.

Cette entrée a été publiée dans articles invités, savoir être, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à « Allô, capitaine ? » Ou comment lui faciliter la tâche qui lui incombe…

  1. Jérémy dit :

    Très bon article qui pose les bases du comportement adéquat à avoir lors d’une rencontre par équipes.

    Pour avoir joué à Grenoble quelques années, j’ai particulièrement apprécié la formule mise en place dans la région.
    En plus des traditionnels croissants, chaque joueur de l’équipe prépare un plat et le ramène pour le match afin de finir la journée par un vrai repas. Premièrement cette formule permet de rapprocher les deux équipes avec des discussions plus profondes que « t’as quoi comme perf? ».
    Mais elle apporte également une supplément psychologique à l’équipe recevante car elle permet de se plonger dans le match la veille avec la préparation ainsi que les courses. En effet, même si le but premier reste de préparer la quiche, le joueur va rentrer inconsciemment dans son match du lendemain car il agit en direction de son match.
    Enfin, ça permet de responsabiliser ses joueurs et de voir leur degré d’implication.

    Voilà, je ne sais pas si c’est pratiqué dans d’autres régions mais en tout cas j’ai bien aimé la formule.

    Jérémy

    • Jérémy dit :

      Chaque joueur de l’équipe qui reçoit. *

      • Vincent Bonnin dit :

        Très bonne idée Jeremy,

        Nous organisons aussi ce genre de réception pour les équipes qui nous visitent. le rôle du capitaine est alors de coordonner les plats afin qu’on évite d’avoir 4 salades, 4 pains, 4 quiches, 4 boites de paté ou 4 gâteaux au yaourt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *