La boutique du tennis

Trois utilisations du bras libre au tennis

 Elégance et fluidité du champion de tennis Serbe Djokovic

Novak Djokovic deploie ses ailes en pas de tango ©mirsasha

Pour optimiser votre technique au tennis, il vous faudra prendre conscience de la position de votre bras libre pendant l’exécution de vos coups. Si ce bras libre est un frein, faîtes-en un allié.

On a pu voir, dans l’article sur le déplacement, qu’il n’y avait pas de bon joueur sans déplacement parfaitement orchestré. Or les amateurs et les néophytes n’ont souvent d’yeux que pour les mouvements du haut du corps.

Mais il y a un autre point technique souvent négligé par les amateurs mais pourtant fondamental dans la gestuelle globale du joueur, c’est le rôle du bras qui ne tient pas la raquette. Or le rôle de ce bras (gauche chez les joueurs de tennis droitiers) est fondamental pour acquérir la bonne biomécanique des coups.

Si sur la photo à gauche, Djokovic déploie ses deux bras tel un albatros dans ce modèle de revers coupé, ce n’est pas que pour faire joli *.

Un rôle essentiel dans la qualité des coups

La musculature des bons joueurs de tennis est la plupart du temps beaucoup moins déséquilibrée qu’on croit. L’idée que l’on se fait du joueur de tennis pro avec un bras énorme d’un côté et un membre complètement malingre de l’autre tient le plus souvent du fantasme.
C’est vrai que les joueurs et joueuses pros pratiquent assidûment les salles de gymnastique mais ils ont aussi une utilisation active et dynamique de leur bras libre dans tous leurs coups et pas seulement dans le cas du revers à deux mains. L’action du bras libre contribue alors pleinement à la réussite de coups puissants, toniques et précis.

Pour améliorer votre jeu, pensez à votre bras libre.

Il m’arrive de temps en temps d’observer un joueur qui ne sait pas quoi faire de son bras libre. Son geste paraît forcé tout en manquant d’équilibre, d’amplitude et de puissance. Quel dommage, son bras libre, au lieu d’être un frein, pourrait être un allié précieux de sa technique.
L’objet de cet article n’est pas de vous expliquer le rôle du bras libre dans la technique du tennis. Ce sujet mériterait à lui seul un livre entier**. Mais j’ai choisi de vous montrer à travers trois exemples comment la position du bras libre permet un coup plus efficace.

La préparation du smash

Roger Federer prêt à smasher

La préparation au smash de Roger Federer ©mbevis

Observez Roger Federer lors de sa préparation du smash.

Lorsqu’il arme son coup, le bras droit est tiré derrière, prêt à faire descendre la raquette dans son dos démarrant la fameuse boucle qui aboutira à la frappe de la balle au-dessus de sa tête.

Le bras gauche de Roger est alors positionné à la verticale de son épaule (plus précisément à une heure, afin que le bras droit vienne frapper au dessus de l’épaule droite), sa main gauche pointant la balle.

Par la suite, lors du déclenchement de la frappe, son bras gauche va redescendre et se replier contre son ventre pour faciliter le passage de l’épaule droite et de la raquette contre la balle.

Imaginez le champion suisse avec le bras gauche ballant lors de l’armé du smash, il risque tout simplement de tomber en arrière entraîné par le poids de sa raquette.

L’accompagnement du revers frappé à une main

Richard Gasquet puissant et relâché en revers

Richard Gasquet en totale extension sur ce revers ©mbevis

Sur la fin de geste du terrible revers de Richard Gasquet, son bras gauche est complètement tendu, parallèle au sol et dans le prolongement de son bras droit.

Le coup a été particulièrement violent et, sans l’action et le positionnement de son bras gauche, devinez quoi ?

Et oui, Richie serait parti en rotation comme une toupie. Ce qui aurait fait désordre en plus d’être dangereux.

Si vous avez un revers à une main faiblard, osez déplier votre bras libre en fin de geste. Vous libérerez alors une puissance insoupçonnée.

La bonne position pour frapper un coup droit en hauteur.

Francesca Schiavone : maîtrise et aggressivité

coup droit haut de Francesca Schiavone © Mark Howard Photography

Ce dernier exemple me tient particulièrement à cœur, car il m’a permis de régler un problème technique qui me taraudait depuis un bon moment. En effet, quand il fallait que j’attaque une balle en hauteur avec mon coup droit, je ne savais pas vraiment si la balle allait rebondir dans le terrain adverse, s’écraser contre le grillage ou mourir dans le bas du filet.

Un repositionnement correct de mon coude gauche (au départ trop bas) au niveau de ma poitrine pendant la frappe, m’a permis de contrôler parfaitement l’inclinaison de mon tamis à l’impact. Merci au passage à Laurent, mon professeur, qui a su m’éclairer sur ce point technique précis.

Rafa en coup droit à l'entraînement

Rafael Nadal tranquille, le coude droit bien haut ©mirsasha

Remarquez sur les photos la position haute du bras gauche replié de Francesca Schiavone ( main gauche en l’air) qui participe à la bonne rotation du haut du buste.

Pour les gauchers, Rafael Nadal nous montre la marche à suivre. Vous comprendrez que sans une position adéquate du bras libre, il ne peut y avoir de précision, d’accélération et de régularité dans le coup droit frappé haut.

Et vous, avez-vous conscience de la position de votre bras libre lors de l’exécution de vos coups ? Je vous invite à vous exprimer dans les commentaires.

* Vous remarquerez que Nole exécute sur cette photo un très rare pas de tango. Novak Djokovic n’a décidément pas fini de nous surprendre.

** Tennis, le rôle du bras libre par Didier Masson édité chez Marval en 1984  (malheureusement épuisé chez l’éditeur).

Cette entrée a été publiée dans technique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Trois utilisations du bras libre au tennis

  1. BECQ dit :

    Bonjour Vincent,
    très sympa ton article (comme d’hab !), l’utilisation du bras libre … en rythme avec la respiration … apporte tout son sens.
    Il serait possible d’évoquer aussi l’aspect féminin / masculin entre les deux bras !
    Merci en tout cas de prendre le temps de travailler tes articles, toujours aussi sympa et agréable à lire, + les photos (pour info, le pas tango de Djoko indique une montée au filet, effet coupé/chopé, et le maintien des épaules en ligne (avec la bonne utilisation du bras libre, comme tu l’indiques, ce qui lui permet de monter sur la ligne « virtuelle » (vers là ou il joue, se reférer à ton article sur la bonne position de placement au filet !!).
    Et comme tu le sais, le rôle important de la main libre est traité sur mon blog, pour une recherche de relâchement de détente !
    bon vent à toi et belles parties, je t’imagine affuté pour une belle saison !
    Avec toute mon Amitié,
    Guy-François

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Guy-François pour ton commentaire.

      Tu as entièrement raison de le souligner : une bonne utilisation du bras libre est génératrice de relâchement et de détente.
      Quand c’est combiné en plus, à une respiration parfaitement dans le rythme, il est possible d’atteindre une sorte de nirvana tennistique.

      Quant à l’aspect masculin et féminin des différents mouvements du tennis, voila une belle idée d’article !

  2. Marc DELEZENNE dit :

    Cet article sur la main libre est super
    L’exemple sur le revers de Gasquet, avec son bras gauche qui part à l’opposé de la frappe pour rester en équilibre et s’empêcher de partir en rotation est à enseigner à tout les joueurs à une main.
    De même pour le coup droit:
    Les joueurs qui ont tendance en frappant à partir en rotation trop tôt et qui boisent, doivent se servir de leur main libre en accompagnant la raquette pendant l’armé de la frappe.
    La main libre lâche la raquette légèrement avant le départ du bras de frappe en direction de la balle.

    J’ ai également apprécié l »article sur le jeu de jambe

    • Vincent Bonnin dit :

      Merci Marc pour ce compliment,

      La dernière fois que j’ai fait appel à un technicien pour améliorer un de mes coup (le coup droit en l’occurence) sur quatre conseils, deux concernait l’utilisation du bras libre.

      Il s’agissait pour moi de prolonger l’accompagnement de la raquette durant la préparation beaucoups plus longtemps que je ne faisait. Et dans un deuxième temps de garder la main libre devant moi durant la frappe afin de garder une ligne d’épaule parallèle au filet.

      Il y a souvent une corelation entre la qualité de l’enseignement d’un moniteur de tennis et l’intégration dans son enseignement du rôle du bras libre.

      Vincent

      • lulu dit :

        Juste au moment où je me rend compte en regardant mes photo que mon bras gauche est trop bas et trop collé au corps, je tombe sur votre article. En tout cas merci pour votre article. Vous faites un superbe travail sur votre blog.

        • Vincent Bonnin dit :

          Content que mon article t’ai fait prendre conscience d’un point technique assez important. Essaie de garder ton bras gauche replié au niveau de ta poitrine au moment de ta frappe de coup droit et ta ligne d’épaule pourra rester bien horizontale.

          Bonne progression

          Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *